Guetta Bernard journaliste "en même temps"...

J'avais eu il y a quelques années un accrochage avec Bernard Guetta suite à un courrier des lecteurs que j'avais eu l'outrecuidance d'adresser à la rédaction de France Inter.

Je lui avais rappelé comment les journalistes intègres et objectifs dont il faisait partie, nous avaient pris de haut, abreuvés de mépris et quasiment traités de minus habens lors notre campagne contre le traité constitutionnel européen.

Je lui avais aussi rappelé comment leur irréfragable objectivité (et la sienne qu'il exerça comme correspondant Europe de France Inter jusqu'à dernièrement) leur avait fait prendre et hautainement fait et cause pour le dit traité constitutionnel quasi à l'unanimité, traité que le vote populaire leur renvoya ensuite à la figure.

Le monsieur l'avait mal pris et avait défendu un collègue qui pourtant comme chroniqueur animateur sur le service public s'était montré un zélé et arrogant thuriféraire du dit traité et un frénétique dénigreur des opposants, de leurs raisons et arguments rendus d'ailleurs au public avec une rare désinvolture journalistique.

Plongeant dans Internet pour débusquer derrière l'auditeur de FInter que je suis, quelqu'individu inavouable il avait exulté de me découvrir militant de la LCR, engagement  qui semblait à ses yeux frapper d'invalidité toute critique que je pourrais avancer, et même me disqualifier comme auditeur à prendre en compte.

Ce n'est pas sans un ironique contentement que je vois notre Guetta Bernard objectif commentateur en son temps du traité constitutionnel, objectif contempteur des abrutis qui s'y opposaient, et correspondant absolument distancié de FInter à Bruxelles attaché à l'information sans filtre ni œillère bien sûr, ni arrière pensée odieusement partisane, que donc je vois notre Guetta Bernard ci-devant journaliste auto patenté (de ceux droits dans leurs bottes qui s'effarent de se faire vilipender par les va-nu-pieds en gilets jaunes) candidat sur la liste "en même temps" du macronisme en marche pour faire renaître l'Europe.

Je n'aurais pas l'outrecuidance de lui demander "quelle Europe", il n'y en a évidemment qu'une, unique et in(?)divisible qu'un esprit étroit stérilisé par le marxisme révolutionnaire comme le mien n'est pas à la hauteur pour la comprendre et l'apprécier.

Bon, vous serez élu, monsieur Guetta, après les salaires du service public les prébendes des institutions européennes...

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.