Révolution égyptienne

Egypte, à quoi faut-il nous attendre ? au pire, non ?

Même si le pire n'est pas vraiment inévitablement absolument toujours toujours fatal, hein ?

Mais, entre nous soit dit, comment les mêmes bonnes âmes qui se demandent ouvertement à Davos (Le Monde d'aujourd'hui dit "sans langue de bois") si les démocraties sont bien "outillées" pour obtenir de leurs populations les sacrifices nécessaires à éponger les fameuses dettes publiques (aux banques privées qu'on a récemment etc etc...), alors que "les régimes forts" le sont, eux,

régimes forts c'est le nom (entre gens du même monde) qu'ils donnent aux dictatures...

comment ces mêmes bonnes âmes qui plaident officiellement pour la "sortie de crise par la modération et la démocratie" en Egypte, peuvent-elles y croire un instant ?

Et donc ne pas préparer en douce le pire, un bon faux chaos, un bon vrai massacre, un bon exemple exemplaire, mur de feu et de sang transmis au monde entier entre autres par Al Jezira, qui viennent enseigner aux fronts têtus des peuples idéalistes que la théorie des dominos etc etc, et qu'à se révolter on finit par venir s'y cogner, contre ce mur avec le feu et le sang à la clé.

Alors que, franchement, comme disait Montesquieu, marquis de la Brède, il vaut mieux tolérer (supporter) le mal que risquer le pire ?

Hein ?

Ceci dit, les régimes forts sont-ils si bien outillés ?

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.