Jacques-Marie Bourget
Abonné·e de Mediapart

80 Billets

0 Édition

Billet de blog 6 juil. 2017

Jacques-Marie Bourget
Abonné·e de Mediapart

Macron la haine des "rien" et des gens "ordinaires"

Macron, notre roi Délire, notre nouveau maître du Titanic, est sorti de la cuisse de Jupiter.

Jacques-Marie Bourget
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Sur le Mont-Valérien, Macron ne vaut pas grand-chose… Le 18 juin, lors de la commémoration rituelle de l’appel à la résistance lancé par De Gaulle, le tout neuf président de la France a refusé l’accès de la cérémonie aux Français ordinaires, aux dépourvus d’invitation, de bristol à lettres d’or. Craignait-il que, saisi d’un syndrome mélenchonien, l’ombre du Général ressuscitée en hologramme ne vienne effacer la sienne ? Ce n’est pas le nouveau Jupiter, accouché de la pyramide du Louvre, qui nous dira le contraire : l’homme vit aussi de symboles et de rites. Là, devant les portes du fort qui coiffe le Mont-Valérien, c’est la première fois depuis le 1er novembre 1944 que les manants ont été interdits de ce recueillement collectif.

Hollande conchiait les « sans-dents », Macron, lui, les sans-grade, les sans-diplôme, les sans-Sciences-Po, les sans-famille qui ne sont pas issus des « deux-cents ». Et aussi les « illettrées ». C’est ainsi que le 17 septembre 2014 à Josselin il a qualifié les ouvrières bretonnes de l’usine Gad. Quand il aime la foule, le président de la France la veut comme les fans de Johnny à Bercy. Mais il déteste le peuple et lui interdit même d’entonner le Chant des Partisans. Un hymne lent et mortel, pas du tout écrit en marche, et que l’on n’a pas coutume d’écouter en posant la main droite sur le cœur, façon Hollywood. En gros, la société qui a fait la queue devant le fort où discourait le président n’était pas assez civile. Et les tricards ont compris le message : « Ben quoi ? C’est ça la nouvelle démocratie ! », a entendu le reporter du quotidien Le Parisien. Ou encore : « Une cérémonie de l’entre-soi… C’est quoi, ça ? » Enfin, la phrase d’une femme âgée expliquant sa raison d’être et d’être ici : « Parce que c’est l’appel du général de Gaulle et pour que la France reste la France. »

Puisque nous parlons de Résistance, la discrète protestation des exclus du Mont-Valérien me fait penser à l’Indignez-vous lancé par Stéphane Hessel en 2010. Qu’est devenu le grand espoir né de ces quelques pages, l’impression en petit livre d’un discours prononcé par ce héros de la France libre lors d’une cérémonie sur les cendres du maquis des Glières ? Aurait-il muté en macronmanie ? Pourtant, 4 millions d’exemplaires d’un fascicule incandescent traduit en 34 langues, ça devrait laisser des traces. Où sont les indignés désormais invisibles ?

Soyons optimistes, les futurs révoltés finissent d’avaler leur dégoût avant de monter aux barricades. C’est dans un moment d’histoire noire, où se croisaient bien des douleurs, que le texte d’Hessel est né. L’excellent Stéphane était alors ému par le sort des sans-papiers, par la « réforme » des retraites, le sabotage de la planète et l’écart de plus en plus abyssal entre riches et pauvres. « Réveil public d’un peuple qui était jusqu’à présent très passif », a alors écrit Edgar Morin. Réveillé. Et aussi sec rendormi. Et de nouveau les yeux ouverts après l’atterrissage d’un néo-Jupiter à la tête de la France ? Puisqu’il est certain, vu les poignards que Macron s’apprête à lancer contre les ultimes lambeaux de notre pacte national issu de la Résistance, que le réveil va sonner, dur comme une sirène.

Résistance, Conseil national de la Résistance, Mont-Valérien, Glières… autant de gros mots. Si peu modernes, si peu start-up, si peu Davos pour notre génie de la pastille, celle amère qu’il veut nous faire avaler de force. Certes, s’ils tiennent le coup et ne se disloquent pas, les 500 000 Insoumis de Mélenchon sont une cohorte prometteuse, prête à se coucher en travers de la route du bulldozer éradicateur lancé depuis Wall Sreet, avec Emmanuel au volant.

Observons que dans sa courte invite à l’indignation, parvis de la révolte, Hessel n’a pas oublié de citer – dans le lot des injustices majeures commises dans le monde – celui de la Palestine. Ce rappel, qui n’était que l’accomplissement d’un devoir, a pourtant déclenché une tempête. Un certain Marc Knobel, « chercheur au Crif », a alors accusé l’espiègle et rigoureux Stéphane de « tenter de légitimer le terrorisme ». Alors que Boris Cyrulnik, un savant de kiosques de gare, critique le principe même d’indignation et que Pierre Assouline, en pompier de service, détruit le texte qui « dégouline de bons sentiments ». Rescapé des fusilleurs de l’occupation, Hessel est symboliquement flingué en retard.

Si je fais ce rappel à la Palestine, qui sombre doucement dans un silence digne, c’est pour en revenir à Macron. J’ai déjà décrit ici comment chaque militant d’En marche, candidat à la députation, avait été passé au scanner afin d’être certain que l’impétrant n’avait pas prononcé de toute sa vie une syllabe contre la politique d’Israël. C’est clair, Macron et son équipage sont bien des sionistes compulsifs, avec pour arbitre des élégances une dénommée Laurence Haïm. Une star de la police de la pensée qui cumule les fonctions d’attachée de presse de Jupiter, de propagandiste de Netanyahou et aussi d’un marchand de costumes du 2e arrondissement de Paris.

Si, dans la politique de Hollande, le sort de la Palestine a été mis au congélateur, dès l’arrivée de Macron il est déplacé vers la poubelle. Alors, que dire du sort de Georges Ibrahim Abdallah, militant révolutionnaire qui, luttant pour la libération de la Palestine à l’époque de massacre du Sabra et Chatila, meurt dans une prison française depuis 34 ans ! En passe de battre le titre de « plus vieux prisonnier politique du monde ». Puisque son groupe, les Fractions armées révolutionnaires libanaises, est accusé d’avoir, en 1982 à Paris, abattu un officier américain, chaque année le département d’État américain n’oublie pas de renouveler l’ordre donné à la France, celui de conserver Abdallah en prison. Dans une missive exprès, Hillary Clinton n’a pas manqué à la coutume. Aujourd’hui, Abdallah n’est plus un prisonnier, mais un otage de la France. En 2003, le tribunal correctionnel de Pau a accordé la mise en liberté de ce combattant en lutte pour une Palestine libre et indépendante. Voilà donc treize années qu’une première mesure d’élargissement a été prise, puis réitérée en 2012, en vain, pour un homme qui « n’a pas de sang sur les mains ». Les amateurs de comparaisons noteront que Jean-Marc Rouillant, le chef d’Action directe condamné pour des crimes (dont l’assassinat du PDG de Renault), se promène librement dans nos rues…

Interdictions de manifester, promulgation attendue d’une loi d’exception réduisant les libertés publiques : la conjonction d’une idéologie policière et d’un désir d’ordre – si utile pour le business –, et la France s’enfonce dans le classement qui mesure les indices de la liberté. Il suffit pour le constater de cliquer sur le site d’Amnesty International, une structure qui, pourtant, ne veut que le meilleur pour les pays de l’Otan.

Le new deal français est aujourd’hui le suivant : « Nous vous protégeons, vous citoyens, du terrorisme, mais laissez-nous, nous autres, terroriser le Code du travail. » Convaincu par le matraquage médiatique qu’un djihadiste peut aisément se cacher sous son lit, le Français n’a plus qu’un choix, pousser un « hosannah ! » destiné au Jupiter qui le sauve. Pourtant, le très savant Michel Serres qui n’est pas un énergumène a calculé que le risque d’être victime d’un attentat était comparable à celui d’être touché par une météorite. « La stratégie de la tension » éprouvée en Italie il y a quarante ans semble être un outil politique qui ne vieillit pas. C’est sans doute pour en faire une bonne lecture que, dans le magazine Elle, Emmanuel Macron, sans même sourire, a conseillé aux jeunes Français de « lire Karl Marx ». Tout va bien.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
« Ce slogan, c’est un projet politique »
Alors que des milliers de personnes bravent la répression et manifestent en Iran depuis une semaine, le régime des mollahs est-il menacé ? Nous analysons ce soulèvement exceptionnel impulsé par des femmes et qui transcende les classes sociales avec nos invité·es. 
par À l’air libre
Journal — Social
Mobilisation pour les salaires : pas de déferlante mais « un premier avertissement »
À l’appel de trois organisations syndicales, plusieurs manifestations ont été organisées jeudi, dans tout le pays, pour réclamer une hausse des salaires, des pensions de retraite et des minima sociaux, avec des airs de tour de chauffe avant une possible mobilisation contre la réforme des retraites.
par Cécile Hautefeuille et Dan Israel
Journal — Santé
La hausse du budget de la Sécu laisse un arrière-goût d’austérité aux hôpitaux et Ehpad publics
Pour 2023, le gouvernement propose un budget en très forte augmentation pour l’assurance-maladie. Mais les hôpitaux publics et les Ehpad ont fait leurs comptes. Et ils ont de quoi s’inquiéter, vu la hausse du point d’indice, la revalorisation des carrières et l’inflation.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal — Défense
Défense française : le débat confisqué
Le ministre des armées répète que les questions militaires sont l’affaire de tous. En France, en 2022, tout le monde n’est pourtant pas invité à en débattre.
par Justine Brabant

La sélection du Club

Billet de blog
La diffamation comme garde-fou démocratique ?
À quoi s’attaque le mouvement #MeToo par le truchement des réseaux sociaux ? À la « fama », à la réputation, à la légende dorée. Autrement dit à ce qui affecte le plus les femmes et les hommes publics : leur empreinte discursive dans l’Histoire. Ce nerf sensible peut faire crier à la diffamation, mais n’est-ce pas sain, en démocratie, de ne jamais s’en laisser conter ?
par Bertrand ROUZIES
Billet de blog
Il n’y a pas que la justice qui dit le juste
Dans les débats sur les violences sexistes et sexuelles, il y a un malentendu. Il n’y a pas que l’institution judiciaire qui dit le juste. La société civile peut se donner des règles qui peuvent être plus exigeantes que la loi. Ce sont alors d’autres instances que l’institution judiciaire qui disent le juste et sanctionnent son non respect, et ce n’est pas moins légitime.
par stephane@lavignotte.org
Billet de blog
Violences en politique : combats anciens et avancées récentes
Même si les cellules de signalement sont imparfaites, même si le fonctionnement de certaines d’entre elles semble problématique à certains égards, aujourd’hui, une organisation politique ou syndicale qui ne dispose pas a minima de ce mécanisme interne n’a plus aucune crédibilité sur le sujet des violences faites aux femmes. 
par eth-85
Billet de blog
Cher Jean-Luc
Tu as dit samedi soir sur France 2 qu’on pouvait ne pas être d’accord entre féministes. Je prends ça comme une invitation à une discussion politique. Je l'ouvre donc ici.
par carolinedehaas