Jacques-Marie Bourget
Abonné·e de Mediapart

77 Billets

0 Édition

Billet de blog 16 sept. 2019

En 1851 à Nantes, les Bretons étaient des migrants sales, voleurs et contagieux.

L'histoire n'apprend rien aux crétins. Alors qu'un site d'extrême droite "Breton" passe son temps à décrire ses fantasmes, celui d'une immigration qui nous conduit à la mort, il suffit de quelques clics pour nous rappeler qu'au XIX e siècle et au début du XXe, les Bretons étaient le "nègres blancs" du capitalisme français.

Jacques-Marie Bourget
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

C’est agréable d’écrire un article facilement, sans avoir à se creuser plus creux le fond de l’âme, ni à devoir ouvrir un opus de BHL ou d’Onfray. Un papier qui tombe tout cuit. Sur Internet je découvre un interminable baratin publié il y a un an sur le site de bretons d’extrême droite, Breizh-info.com. Entre deux séquences d’admiration des sculptures de Yann Goulet, l’auteur de la chose nous décrit l’origine du mal qui nous ronge : l’immigration. Mais qui nous ronge vraiment la peau puisqu’il s’agit de maladies. Pour faire court les migrants sont responsables d’un tas de morbidités incroyables. Pas une seule seconde le titulaire du plumier de Breizh n’a quitté ses lunettes à verres de bois pour imaginer que si nous attrapions le palu, par exemple, c’est que des citoyens français, et même Bretons prenaient l’avion pour rencontrer un exotisme parfois mortifère. Non c’est le migrant qui rend malade. Et bientôt, en sa compagnie, nous serons tous morts.

Voilà le titre de cet article de bazar destiné à répandre haine et trouille :

« Le corps médical sait parfaitement que le retour de certaines maladies en France est lié en partie à l’immigration »

Ces propos, peu surprenants, sortent de la bouche d’un dermatologue nantais... »

Il faut que vous sachiez que le thème du migrant est obsessionnel à Breizh, et qu’à côté Marine Le Pen c’est Karl Marx.

Je connaissais très bien un petit texte qui m’amuse depuis longtemps, auquel je pense quand Nantes demande à être rattaché à la Bretagne...C’est le rapport réalisé par Auguste Cherot, industriel, élu nantais et hygiéniste en 1851. Cet aspect des Bretons jadis traités comme des « Nègres blancs français » a été assez bien développé par des universitaires. Et leur littérature existe sur Internet. Mais c’est encore sur ici que j’ai retrouvé ce monument grâce à un site « Breton » qui ne confond pas Bretagne et Révolution Nationale à l’eau de Vichy.

Voici des extraits du rapport de l’admirable Cherot, en plus bon chrétien, tel que le site « Ur Skop War Ar Plastr » l’a lui-même publié (merci à eux). Titre compris.


LE BRETON, UN BOUGNOULE COMME LES AUTRES

17 Février 2010

Rédigé par Torr e Benn, titre compris, et publié depuis Overblog

"RAPPORT SUR LES IMMIGRATIONS BRETONNES DANS LA VILLE DE NANTES".

Monsieur le Maire,

Dans son rapport du 11 janvier, la commission pour l’assainissement des logements insalubres vous signalait ce fait : que l’insalubrité des logements, dont la raison principale était la malpropreté avait souvent pour cause première des habitudes de malpropreté invétérés chez les personnes.(...) nous devons le reconnaître, nos espérances se décourageraient, si les quartiers misérables, dont nous poursuivions l’assainissement, devaient être régulièrement infectés, le mot n’est pas trop fort, par ces invasions de mendiants qui nous viennent des campagnes de Bretagne.
Ces populations étrangères à notre département, chez lesquelles la malpropreté la plus repoussante est une seconde nature, et dont la dégradation morale est descendue à un niveau effrayant, viennent périodiquement encombrer nos quartiers les plus pauvres et les plus insalubres.

(...) Ajoutons que la plupart de ces malheureux ne comprennent que le bas-breton, et qu’il est presque impossible aux agents de l’autorité de s’en faire comprendre.
Nous ne saurions trop insister sur ce point, monsieur le maire ; chacun de leurs séjours est une véritable infection des habitations, qui doit paralyser tous nos efforts et les vôtres, si on n’apporte un remède énergique à ce fléau.
Car c’est un véritable fléau, une plaie déplorable que la présence, parmi nos populations, de ces pauvres gens, dont la dégradation morale égale la dégradation physique.

(...) les archives judiciaires révéleraient qu’ils entrent pour les trois quarts dans la population qui alimente les bancs des tribunaux de police. En général, ces ménages sont encombrés d’enfants dont l’aspect est navrant.

(... ) Ces hordes nomades, [sont] une concurrence désastreuse à notre population ouvrière à la recherche du travail.

(...) La plupart ne comprennent pas ou ne parlent que leur patois breton : ils sont donc dans l’impossibilité de pouvoir s’employer utilement, sauf le cas exceptionnel de grands travaux de terrassement. (...) Enfin, ils ont, outre la tentation, toute facilité, dans une grande ville, de s’abandonner à tous les vices auxquels les laisse en pâture l’absence du sens moral, à peu près étouffé chez eux, si jamais il y a été développé.

Nous pensons qu’à tous égards, il importe que cette facilité de quitter les campagnes pour venir croupir dans la misère d’une grande cité comme la nôtre, soit refusée à ces populations.

L’administration doit les retenir dans les campagnes. Elles y seront aussi, près du pasteur de leur paroisse, à la portée des enseignements de la religion et de la morale, dont elles n’ont pas moins besoin que de pain.
Nantes, 25 avril 1851."

Le vice-président de la commission, A. Cherot

Pourvu que les travailleurs du chapeau rond, qui publient dans Breizh, ne lisent pas ce texte, le taux de suicide est déjà assez important en Bretagne.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
La visite du ministre Lecornu a renforcé la colère des Guadeloupéens
Le barrage de La Boucan est l'une des places fortes de la contestation actuelle sur l’île. À Sainte-Rose, le barrage n’est pas tant tenu au nom de la lutte contre l’obligation vaccinale que pour des problèmes bien plus larges. Eau, chlordécone, vie chère, mépris de la métropole... autant de sujets que la visite express du ministre des outre-mer a exacerbés.
par Christophe Gueugneau
Journal — France
L’émancipation de la Guadeloupe, toujours questionnée, loin d’être adoptée
Alors qu’une crise sociale secoue l’île antillaise, le ministre des outre-mer, Sébastien Lecornu, a lâché le mot : « autonomie ». Une question statutaire qui parcourt la population depuis des années et cristallise son identité, mais qui peine à aboutir.
par Amandine Ascensio
Journal — France
Didier Raoult éreinté par son propre maître à penser
Didier Raoult défend un traitement inefficace et dangereux contre la tuberculose prescrit sans autorisation au sein de son institut, depuis au moins 2017. Le professeur Jacques Grosset, qu’il considère comme son « maître et numéro un mondial du traitement de la tuberculose », désapprouve lui-même ce traitement qui va « à l’encontre de l’éthique et de la morale médicale ». Interviewé par Mediapart, Jacques Grosset estime qu’il est « intolérable de traiter ainsi des patients ».
par Pascale Pascariello
Journal — International
Variant Omicron : l’urgence de lever les brevets sur les vaccins
L’émergence du variant Omicron devrait réveiller les pays riches : sans un accès aux vaccins contre le Covid-19 dans le monde entier, la pandémie est amenée à durer. Or Omicron a au contraire servi d’excuse pour repousser la discussion à l’OMC sur la levée temporaire des droits de propriété intellectuelle.
par Rozenn Le Saint

La sélection du Club

Billet de blog
Pas de paix sans avoir gagné la guerre
« Être victime de », ce n’est pas égal à « être une victime » au sens ontologique. Ce n’est pas une question d’essence. C’est une question d’existence. C’est un accident dans une vie. On est victime de quelque chose et on espère qu'on pourra, dans l’immense majorité des cas, tourner la page. Certaines s’en relèvent, toutes espèrent pouvoir le faire, d’autres ne s’en relèvent jamais.
par eth-85
Billet de blog
Les communautés masculinistes (1/12)
Cet article présente un dossier de recherche sur le masculinisme. Pendant 6 mois, je me suis plongé dans les écrits de la manosphère (MGTOW, Incels, Zemmour, Soral etc.), pour analyser les complémentarités et les divergences idéologiques. Alors que l'antiféminisme gagne en puissance tout en se radicalisant, il est indispensable de montrer sa dangerosité pour faire cesser le déni.
par Marcuss
Billet de blog
Pour une visibilisation des violences faites aux femmes et minorités de genre noires
La journée internationale des violences faites aux femmes est un événement qui prend de plus en plus d'importance dans l'agenda politique féministe. Cependant fort est de constater qu'il continue à invisibiliser bon nombre de violences vécues spécifiquement par les personnes noires à l’intersection du cis-sexisme et du racisme.
par MWASI
Billet de blog
Effacement et impunité des violences de genre
Notre société se présente volontiers comme égalitariste. Une conviction qui se fonde sur l’idée que toutes les discriminations sexistes sont désormais reconnues et combattues à leur juste mesure. Cette posture d’autosatisfaction que l’on discerne dans certains discours politiques traduit toutefois un manque de compréhension du phénomène des violences de genre et participe d’un double processus d’effacement et d’impunité.
par CETRI Asbl