Histoire brune: ces militants de la CGT qui ont choisi Hitler

La mort du Code du travail ouvre la porte à la création de "syndicats" qui seront créés sur mesure pour satisfaire Macron Et Gattaz.

 

 

« Camarades, camarades ». Quand on use en commun ses semelles sur le parcours d’une manif unitaire, en voyant flotter la banderole F.O. dans les environs,  la remarque tombe presque toujours : « Ah ! Ça fait quand même mal de défiler avec Force Ouvrière, le syndicat inventé par la CIA ». Voilà, à vie F.O. est habillé de sa bannière étoilée. On en reste là sans plus de questions posées sur l’histoire syndicale. On sait, au fil des temps, les divisions, scissions et les abus de pouvoir, mais on ignore l’ignominie qui a frappé la CGT en 1939.  Ignorance rompue par le dernier livre qu’Annie Lacroix-Riz vient de publier au  Temps des Cerises : « Scissions syndicales, réformisme et impérialismes dominants, 1939-1949 ». Je suis d’accord avec vous ce titre long comme un boa est du genre à faire décamper le lecteur. Et il aura tort puisque l’étude musclée de l’historienne met à la lumière le visage hideux de certains responsables de la CGT d’avant-guerre. Ceux qui ont ouvert des gouffres sous les pieds de leurs militants, leur argument à ce suicide étant de lutter contre « le danger communiste ». Avec leur volonté de pouvoir, c’était leur bonne raison de passer de la lutte des classes au nazisme… Le bouquin de Lacroix-Riz passe cet épisode du mouvement ouvrier à la paille de fer et ça fait mal. Vous allez dire « Ah bon ! Incroyable, Lacroix-Riz a rejoint  Courtois au comptoir de l’histoire, celle qui enchante monsieur Gattaz ? ». Et bien non, la professeure continue de rouler pour le faible contre le fort. Ce n’est pas parce que, comme les trains, elle roule à gauche qu’elle n’a pas de point de vue sur le chef de gare, fut-il cégétiste.

Son livre regorge d’horreurs sur les actes et trahisons, en rafale, commis par le courant munichois de la CGT. A sa tête on trouve Léon Jouhaux, anti communiste compulsif et munichois frénétique. Prudent il délègue à son coadjuteur, l’infâme René Belin, la charge de structurer un pan de la CGT qui soit capable de brandir le drapeau de la collaboration.  Pour exprimer ses pensées moisies il détient la publication « Syndicats ». A une époque où un journal ne sert pas qu’à allumer le feu, les idées de Belin font des ravages chez trop de militants. Reconnaissons à ce Belin le peu de logique de son engagement puisqu’il passe sans moufeter de la défense de la classe ouvrière au service de Vichy. Ville d’eaux où il va devenir ministre du Travail et de la Production nationale de Pétain et aussi  signer les lois anti-juives du 3 octobre 1940. Un bon citoyen tranquillement mort dans son lit sans autres tourments : gracié en 49. Il serait injuste de punir un tel serviteur qui a tenté d’édifier une CGT sans un seul militant coco à l’intérieur.

Dans le premier  chapitre de son livre, Annie Lacroix-Riz se livre à une réflexion sur « L’étrange défaite », l’ouvrage de l’historien Marc Bloch qui dès 1940 a le courage de dresser le bilan du fiasco, avant de finir exécuté en tant que résistant. Bloch cloue en première place les militaires au tableau du déshonneur, l’historien lui-même mobilisé, a vécu à bout portant les épisodes de la « drôle de guerre ». C’est là qu’il a pu mesurer l’inanité du commandement. Bloch fustige aussi une droite qui a refusé de « s’informer sur le monde », « la haute bourgeoisie appuyée par la finance et la presse », considérant Hitler comme un bienfait ou un moindre mal. La gauche n’est pas épargnée puisque Bloch stigmatise les ouvriers « trop bien payés  et pas assez mobilisés dans l’effort de guerre »…

Pour Lacroix-Riz, qui avec « Le choix de la défaite » a publié la Bible sur les origines de la guerre, le propos de Bloch même 75 ans plus tard, mérite d’être revisité. Le « sabotage » dénoncé par Bloch est essentiellement  le fait de ceux-là qui, à l’intérieur de la CGT, avaient choisi Hitler.  Avec  Belin ils préfèrent  le chancelier moustachu à l’esprit du Front Populaire, un Front qui, allez savoir s’il venait à reprendre force, serait bien capable de conduire le PC à la tête de la France. S’il a comme source de revenus première ses combines et le détournement des cotisations, le groupe « pacifiste » a d’autres cordons à sa bourse. Par exemple les francs de Jean Courtrot « l’idéologue en chef » de la banque Worms.  Aux quelques journalistes qui s’étonnent de voir le CGT se diviser aussi radicalement, les amis de Belin répondent «les  communistes de la CGT n’agissent pas pour défendre la cause ouvrière, ils sont là pour «faire la révolution »… Et Léon Jouhaux, prudent patron de la CGT, approuve discrètement les putschistes. Des militants qui peuvent également compter sur le soutien des Renseignements Généraux. Lacroix-Riz n’épouse pas l’analyse de Bloch où des ouvriers rêveurs et paresseux auraient saboté leur travail. Pour elle, cette attitude, quand elle a existé, a été dictée et financée par le patronat.

Ça ne va pas vous étonner mais, la guerre terminée, toute la clique dirigeante de la CGT, celle regroupée derrière le journal « Syndicats », est recyclée par le patronat. Plus que jamais l’objectif est de poursuivre la lutte  « contre l’hydre marxiste ». Les Américains débarquant avec de grosses valises de dollars et leurs idées capitalistes, viennent au secours d’une cause qui est désormais au cœur de la Guerre froide. L’American Federation of Labor et sa tête de pont en Europe Irving Brown vont jouer à fond une carte, la création de syndicats qui ne veulent que le mieux pour le patronat. C’est toute cette bataille entre ce qui va devenir le monde ultra libéral et celui du travail qu’analyse Lacroix-Riz, au travers de l’histoire syndicale avec, comme toujours chez elle, le poids des documents.

Un Marc Bloch étonné avait écrit dans «L’étrange défaite » : « Les chefs des principaux syndicats qui comptaient parmi les puissances de la République se sont, en une alliance étrange, rencontrés sur les routes de la capitulation avec les ennemis de leur classe et de leurs idéaux »… Le chaos de 39-45 passé, la trahison, moins voyante, est toujours là, et c’est sans honte ni obstacles, qu’avec une pluie de dollars Léon Jouhaux, en 1947, va lancer Force Ouvrière et recevoir le Prix Nobel de la Paix en 1951 !

Si la lumière que braque Lacroix-Riz semble arriver bien tard, c’est la faute à ces règlements scélérats qui ont trop longtemps interdit l’accès aux archives, surtout brûlantes. Pas grave, le bouquin est quand même à l’heure. Au moment où l’on passe le Code du travail au hachoir on voit se dessiner un nouvel espace pour les ennemis des travailleurs. La porte est ouverte à la création de micro syndicats newlook, capables de guider au mieux des intérêts du Medef et la gestion hollando-macronnienne du nouveau monde du travail.

 

« Scissions syndicales, réformisme et impérialisme dominants 1939-1949 »  Annie Lacroix-Riz éditions Le temps des cerises. 15 euros.

 

 

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.