Violences Urbaines : Bis repetita non placent

Après les émeutes de Mantes-La-Jolie dans la soirée du jeudi 24 Octobre...

Violences Urbaines : Bis repetita non placent !

Après les émeutes de Mantes-La-Jolie dans la soirée du jeudi 24 Octobre où la haine a explosé contre les policiers attirés dans un guet-apens, après l'incendie d'une école à Béziers,  c'est au tour de Chanteloup-les-Vignes de connaître des violences urbaines !

Je tiens tout d'abord apporter mon total soutien à la Maire de cette ville, ma collègue Arenou Catherine qui oeuvre sans relâche pour sa ville et ses habitants.

Je tiens aussi à apporter mon soutien total aux policiers, aux pompiers qui se font constamment attaqués, caillassés et tirés dessus avec des mortiers de feu d'artifice achetés sur internet !

Mais au-delà du soutien moral, il est urgent de regarder la réalité en face et d'en tirer toutes les conclusions pour ramener l'ordre dans les banlieues;

La politique des bien-pensants qui estiment que ces voyous et délinquants sont d'abord des victimes de la société est une insulte à tous les élus qui n'ont de cesse à agir dans ces quartiers pour améliorer la vie des habitants, avec les millions consacrés en vain à ces quartiers par la politique de la ville !

Il est indispensable que le gouvernement prenne les mesures fortes et sans faiblesse pour faire face :

- expulsion de tous les salafistes et étrangers délinquants, il existe 15 000 étrangers dans nos prisons - sans compter les doubles nationaux -, ils doivent purger leur peine dans leur pays d'origine !

- expulsions de toutes les personnes en situation irrégulière,

- mise en place d'équipes disciplinaires sur le modèle des équipes Jeunes en équipes de travail de l'Amiral Brac de la Perriere, ces équipes à la discipline militaire doivent être installées loin des banlieues où sévissent ces voyous.

La prison n'est pas la solution, car les détenus en sortent pires et souvent hyper radicalisés.

Si ces mesures ne sont pas rapidement adoptées et mises en application le " Face à Face " annoncé par Gerard Collomb sera rapidement dépassé par la guérilla urbaine et son cortège de victimes !

 

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.