LES MAIRES GARDIEN DU TERRITOIRE !

Honneur à mon collègue Jean-Mathieu Michel maire de Signes mort dans l’exercice de son mandat...

Honneur à mon collègue Jean-Mathieu Michel maire de Signes mort dans l’exercice de son mandat alors qu'il demandait à deux individus de ramasser les gravats qu'ils déchargeaient en toute illégalité, en dépôt sauvage.

Certains se demandent pourquoi le maire est intervenu pour s'opposer à ce dépôt sauvage, dépôts sauvages qui sont devenus la plaie de nombreuses communes ?

C'est oublier que ce genre de délit doit être constaté sur le fait, la simple vue d'un gendarme fait fuir ses auteurs, à l'évidence JM Michel est arrivé au moment du dépôt pour en payer le prix de sa vie.

Mais c'est surtout oublier que dans nombre de communes de petite taille, mais pas seulement, le Maire et lui seul incarne avec abnégation les services publics du quotidien.

Ces maires constituent le premier guichet de L'ADMINISTRATION, c'est vers lui que l'on s'adresse pour tout problème, pour toute question afin d'avoir, sinon une réponse au moins un conseil .

A un moment où l'Etat et ses services reculent partout, les maires assurent par leurs actions, la cohésion des territoires, ils sont devenus à eux seuls - et sans exagération en raison de la disparition de l'Etat - la seule action politique qui reste de feue la politique d'aménagement du territoire.

Ils sont les fantassins de la République, les ignorer voire les mépriser du haut de l'Olympe jupitérienne , les tenir pour des quantités négligeables illettrées qui ne comprendraient pas la quintessence de la mondialisation heureuse, c'est avec certitude priver la Nation de ses meilleurs défenseurs.

Faut-il en arriver à la mort d'un maire pour que le gouvernement comprenne enfin que la France sans ces élus ne serait qu'une jungle, une terra incognita sans histoire et sans âme !

Demain en hommage à Jean-Mathieu Michel les drapeaux de la mairie de Maisons-Laffitte seront mis en berne.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.