L'Algérie bombe démographique

Abdelaziz Bouteflika renonce à sa candidature pour un 5ème mandat: la crise est elle pour autant terminée ? Ce n'est en réalité que le début d'un processus politique qui peut susciter de multiples rebondissements, un nouveau Bouteflika peut arriver au pouvoir et gérer le pays de la même manière que le régime actuel .

Abdelaziz Bouteflika renonce à sa candidature pour un 5ème mandat: la crise est elle pour autant terminée ?

Ce n'est en réalité que le début d'un processus politique qui peut susciter de multiples rebondissements, un nouveau Bouteflika peut arriver au pouvoir et gérer le pays de la même manière que le régime actuel .

Mais le destin de l'Algérie se joue bien au-delà du régime politique, bien au-delà de la démocratie sous toutes ses formes.

Le destin de l'Algérie se joue dans les enjeux de sa démographie, qui après un ralentissement de sa croissance repart à la hausse depuis 2010.

L’Algérie a aujourd'hui 42 millions d’habitants avec un taux de croissance de 2% par an, cela signifie que sa population double en 36 ans.

 

Il faut savoir que tout pays qui un a taux de croissance de ce niveau ne peut assurer un développement qui lui permet de financer les équipements nécessaires pour faire face à la croissance de la population. IL ne peut pas décoller.

 

Il y a quelques années un haut fonctionnaire du plan algérien m'indiquait que 80% des étudiants diplômes des universités algériennes ne trouvaient pas de travail, à l'époque ces jeunes gens se sont engagés dans les maquis du GIA.

Aujourd'hui il n'est pas certain que l'islamisme intégriste revienne, mais en revanche la jeunesse algérienne ne voit son avenir que dans l'émigration et fera tout pour partir, il faut se rappeler qu'à chaque visite officielle de J.Chirac ou de F.Hollande, la foule les interpelaient par " des visas, des visas"

L'Algérie est une bombe démographique pour la France et l'Europe, il faut en avoir conscience.

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.