Être un Maire gaulliste  en 2020

Tous les élus ou presque se veulent gaulliste aujourd’hui...

Être un Maire gaulliste  en 2020

Tous les élus ou presque se veulent gaulliste aujourd’hui, à l’exception sans doute des écologistes qui sont les nouveaux doctrinaires et idéologues de notre époque.

Etre gaulliste, à mes yeux, c’est poser comme axiome de base la pérennité de la Nation, de son indépendance, la France devant garder son rang dans le concert des Nations.

Cet axiome posé, tout est alors affaire de pragmatisme et de circonstances pour faire face.

De Gaulle n’a pas demandé aux femmes et aux hommes qui l’ont rallié en juin 1940 leurs opinions politiques. Seul importait qu’ils veuillent se battre pour la France, c’est l’amour supérieur porté à la Patrie qui prime tout.

Etre un Maire gaulliste, c’est , toute proportion gardée, la même démarche : défendre et promouvoir l’identité de sa ville, ses intérêts, son développement dans tous les domaines.

Le point fondamental, à ce titre , est de renforcer la cohésion sociale de la cité.

Une ville, comme la Nation, est un tout. Elle doit fédérer, rassembler, c’est la mission de l’élu qui porte un projet pour sa ville.

Chacun doit se retrouver dans les actions de la majorité municipale qu’il soit adepte de sport, de culture, qu’il ait des attentes en matière familiale ou sociale…

Le Maire ne peut favoriser un secteur au détriment des autres, tous les secteurs progressent et se développent en parallèle pour renforcer la cohésion de la cité.

En matière de défense, de Gaulle affirmait avec force : « La défense ! c’est là en effet la première raison d’être de l’Etat. »

Il en va de même pour le Maire dont la mission essentielle est d’assurer la sécurité dans la cité. C’est là une mission de plus en plus difficile à assurer, mais essentielle. Elle implique une question de moyens mais aussi de volonté.

Hubert Védrine rappelle qu’il y a toujours en soi une volonté française de vouloir, c’est le fondement de l’action de tout gaulliste.

« Au commencement était le verbe, non, au commencement était l’action » Goethe (Faust)

Voilà le sens de mon engagement gaulliste pour ma ville, pour la France.

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.