Frappes en Syrie : analyse critique d'une faute géostratégique !

Les forces armées françaises sur ordre du President de la République, chef des Armées, ont effectué des frappes ciblées sur des installations militaires syriennes le 14 avril dernier. Ces frappes sont justifiées, aux dires du gouvernement, "en représailles" à l'utilisation d'armes chimiques à la Ghouta le 7 Avril.

Les forces armées françaises sur ordre du President de la République, chef des Armées, ont effectué des frappes ciblées sur des installations militaires syriennes le 14 avril dernier. Ces frappes sont justifiées, aux dires du gouvernement, "en représailles" à l'utilisation d'armes chimiques à la Ghouta le 7 Avril.

Dans sa conférence de " débriefing " du 14 avril, la ministre des Armées a visiblement voulu minorer ces frappes en insistant sur la nécessité de passer à la phase de négociation; c'est d'ailleurs ce qu' E. Macron a confirmé dans la foire d'empoigne avec les deux polémistes hier soir .

Malheureusement pour la France les conséquences sont tout autres qu'une simple frappe, et nous allons devoir faire face à des conséquences diplomatiques et géostratégiques néfastes .

Pour la première fois, la France a délibérément violé la Charte des Nations Unies qui interdit d'utiliser la force militaire contre un Etat sans un mandat du Conseil de sécurité (Chapitre VI de la Charte) ou sauf cas de légitime défense, individuelle ou collective ( article 51 de la Charte ).

L'utilisation unilatérale de la force entre dans le champ d'application de la Cour pénale internationale que la France a ratifiée , c'est un crime de guerre!

E. Macron a justifié ces frappes au nom de la théorie reconnue par le droit international des représailles, sauf que les représailles sont tolérées que lorsqu'un Etat est victime d'une attaque elle-même effectuée en violation du droit international et y répond. En l'occurence, la France n'a pas été attaquée par la Syrie !

L'utilisation unilatérale de la force par trois Etats membres permanents du Conseil de sécurité est d'ailleurs d'autant plus grave et inadmissible que ces Etats ont plus que tout autre l'obligation de respecter la Charte en raison des privilèges qu'elle leur confère !

De plus E. Macron parle de ces trois Etats - France, Etats-Unis et Royaume-Uni - comme représentant la Communauté internationale; c'est là une ineptie qui va faire plaisir au 190 autres Etats membres de l'ONU !

La réalité est tout autre, on assiste au retour du concept de la guerre juste et de l'idéologie des néo-conservateurs, mise en avant par les Américains pour intervenir en Irak et y créer le chaos qui dure encore aujourd'hui.

E. Macron apparaît sous son vrai visage, celui d'un atlantiste convaincu au mépris des intérêts de la France, son image est désormais fortement détériorée dans de très nombreux pays ! 

E. Macron a violé non seulement la Charte de l'ONU mais ses obligations - moins connues - qui découlent de la Convention de l'interdiction des armes chimiques signée à Paris le 13 Janvier 1993 et entrée en vigueur en Avril 1997.

En effet, cette Convention prévoit tout un dispositif en cas de violation de ses obligations; l'article XII stipule :

" Si la situation est particulièrement grave, la Conférence ( des Etats Parties ) porte la question, y compris les informations et les conclusions pertinentes, à l'attention de l'Assemblée générale des Nations Unies et Conseil de sécurité de l'Organisation des Nations Unies. "

L'une des annexes de la Convention prévoit les modalités des inspections, c'est ce qui en cours maintenant après les frappes...

Mais en dehors du droit international délibérément violé par ces Etats qui s'érigent en Gendarmes du monde, se croyant encore à l'époque des canonnières où ils étaient les faiseurs de rois, ils vont devoir faire face aux conséquences géostratégiques de leur action unilatérale.

Il est fort à parier que nombre de pays pour se protéger et sanctuariser leur territoire décident de se doter d'armes nucléaires. On se souvient que les dirigeants nord coréens ont clairement dit aux Américains qu'ils voulaient l'arme nucléaire pour ne pas subir le sort de l'Irak de Saddam Hussein !

Les frappes sur la Syrie ne sont pas que des frappes techniques; lorsqu'on utilise la force dans les relations entre Etats, il faut savoir en peser toutes les conséquences, certes immédiates, mais surtout à moyen et long termes !

En l'occurence, elles ne font que commencer !

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.