Le 18  juin, une date immortelle

La France est à genoux, l’armée française, après une terrible bataille ...

Le 18  juin, une date immortelle

La France est à genoux, l’armée française, après une terrible bataille et malgré de nombreux actes héroïques de résistance à l’ennemi, est défaite.

Tout semble consommé, tout semble perdu,  le Gouvernement se réfugie à Bordeaux, Paris est déclaré ville ouverte.

Du tréfonds de son âme, un homme, seul, refuse ce qui apparaissait à beaucoup comme une évidence ;

un homme seul, pétri de la tradition militaire de la France, refuse et lance son appel à la résistance, au renouveau, pour que la flamme de la France ne s’éteigne pas.

Aujourd’hui, il est paradoxal de voir et d’entendre des hommes et des femmes qui n’ont pas l’amour de la patrie chevillé au corps, qui rêvent d’artificielles utopies européennes, s’approprier sans vergogne l’héritage du général De Gaulle.

Il n’y a là qu’imposture  et duperie.

Si De Gaulle a été capable de refuser la défaite, de se tenir debout, de fédérer à lui des êtres dissemblables, royalistes ou anarchistes, aristocrates ou ouvriers, catholiques, protestants ou juifs, c’est qu’il plaçait au-dessus de toutes ces différences la Nation, socle rassembleur capable de rétablir dans sa gloire le destin cruel qui frappait la France ;

la Nation enseignée dans les ouvrages de Lavisse, cette «  force indicible » qui traverse les siècles, fondement même de la démocratie et de l’essence du génie français, qui s’incarne dans un Etat fort tenant son rang ;

c’est là que de Gaulle a puisé sa force, c’est là que De Gaulle a tiré la force indomptable de dire « non », le « non » créateur, le « non » rédempteur qui, depuis Antigone, gouverne les hommes libres.

C’est en puisant notre force dans l’histoire nationale, dans son renouveau permanent, réinventé mais vivant que nous serons capables de refonder notre indépendance, de maîtriser notre destin, sans  nous replier, pour ne jamais subir.

Tel est l’enseignement du 18 juin, date immortelle du renouveau de la France.

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.