jacques myard
Membre Honoraire du Parlement - Maire de Maisons-Laffitte - Président du CNR
Abonné·e de Mediapart

228 Billets

0 Édition

Billet de blog 21 mars 2018

En mission d’observation lors de l'élection présidentielle russe

A l’invitation du Président de la Douma Viatcheslav Volodine et du Dialogue franco-russe, j’ai effectué avec 26 députés et sénateurs et ex-députés et sénateurs une mission d’observation de l’élection présidentielle russe du 18 mars 2018.

jacques myard
Membre Honoraire du Parlement - Maire de Maisons-Laffitte - Président du CNR
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

A l’invitation du Président de la Douma Viatcheslav Volodine et du Dialogue franco-russe, j’ai effectué avec 26 députés et sénateurs et ex-députés et sénateurs une mission d’observation de l’élection présidentielle russe du 18 mars 2018.

Les 26 observateurs ont effectué leur mission dans plusieurs villes : Moscou, Saint-Pétersbourg, Kaluga, et la Crimée où je me suis rendu avec Eric Doligé, ex- sénateur LR, et Jérôme Lambert, député PS.

L’élection présidentielle a été précédée de l’affaire de l’empoisonnement de l’ex espion russe en Angleterre dans laquelle Moscou est directement accusé par Londres de cet assassinat, ce qui a provoqué une réelle tension entre la Russie et les Occidentaux.

Fallait-il pour autant renoncer à la mission d’observation ? Non, je ne le crois pas. Les relations franco-russes doivent s’inscrire dans la durée, au-delà des avatars, voire des turpitudes des règlements de comptes...

En Crimée, nous avons effectué la visite de 7 bureaux de vote, 2 à Yalta et 5 à Simferopol même et dans sa banlieue.

Chaque bureau de vote, soit une école, soit une salle des fêtes, avait entre 2000 et 2800 électeurs inscrits. Devant chaque bureau, on relève la présence de vendeurs des quatre-saisons mais aussi de jeunes adolescents qui chantent dans une sorte de karaoké, le tout dans une ambiance festive qui tranche avec l’austérité de nos élections.

Le processus de vote est remarquablement organisé grâce à un nombre de volontaires qui traduit une mobilisation populaire.

La liste électorale est scindée en 4 ou 5 segments par ordre alphabétique.

L’électeur donne son identité, signe à son nom sur la liste électorale, reçoit le bulletin de vote où figurent les 8 candidats. Il peut dès lors cocher en face du candidat de son choix.

En Crimée, les bulletins sont trilingues, le russe, l’ ukrainien et la langue tatar.

En règle générale, 4 isoloirs aux armes de la Russie sont disposés dans la salle, avec 2 ou 3 urnes scellées. Certaines urnes sont translucides et laissent voir le choix du vote si l’électeur n’a pas plié son bulletin qui est une longue feuille. Moins de 10% des bulletins de vote non pliés laissent apparaitre le choix de l'électeur.

Dans plusieurs bureaux, nous avons pu ainsi voir les votes pour Poutine mais aussi pour Ksenia Sobtchak (36 ans), la seule femme candidate, et pour Pavel Groudinine, le candidat communiste.

L’absence d’enveloppes pour le bulletin interpelle l’observateur car il y a un risque de non confidentialité du vote, même si faire connaître son choix serait une tradition. De plus, de très nombreux bulletins sont pliés par l’électeur, préservant la confidentialité. Et les bulletins non pliés , s’ils tombent dans l’urne du côté imprimé, sont rapidement recouverts par d’autres.

Cela reste un point qui néanmoins interpelle.

Nous avons visité 2 bureaux de vote avec des urnes électroniques non transparentes, et qui ne sont pas en réseau; le bulletin feuille est rentré dans la machine face cachée, la confidentialité du vote est là préservée.

L’opération du vote s’effectue en deux minutes, sans attente, il n’y a aucune file d’attente.

A 14 heures, on enregistrait dans les bureaux visités une participation supérieure à 50% des inscrits. En règle générale, c’est le tout venant de la population, les familles se déplacent avec les enfants, voire les grands-parents.

De ce que nous avons constaté en Crimée et de ce que nos collègues ont pu aussi voir dans d’autres villes, il n’y a eu ni contrainte pour forcer les Russes à voter, ni de fraudes. A ce titre, la diffusion en France d’une vidéo où l’on voit certaines personnes bourrer l’urne sans que l’on sache qui agit laisse perplexe : s’agit-il d’un bourrage en faveur d’un candidat ou d’une provocation préméditée pour être largement diffusée ?

Accuser Poutine d’avoir instauré une dictature et d’être lui-même un dictateur est loin de la réalité ! V. Poutine est certainement un homme à poigne qui a restauré l’Etat et ainsi a gagné la confiance de ses concitoyens. Un dictateur qui tolère 7 candidats contre lui est encore bien loin des pratiques soviétiques, ne l’oublions pas.

Nous devons alors nous poser une question.

Est-il vrai, comme il nous est revenu de journalistes eux-mêmes, que les rédactions des médias français ont ordonné à leurs journalistes qui couvraient l’élection de ne faire état que des critiques contre Poutine et de parler de fraudes ?

Il ne suffit pas de monter en épingle Alexei Navalny qui a été écarté par la commission électorale de l’élection et est devenu la coqueluche des médias occidentaux pour condamner le processus électoral russe.

Les médias occidentaux oublient d’ailleurs trop facilement qu’Alexeï Navalny est un extrémiste nationaliste qui tient des propos racistes ; de cela, on ne parle pas...

La Russie n’est sans doute pas un modèle de démocratie mais le sommes-nous ?

Donner des leçons au monde entier et à la Russie en particulier n’est ni favoriser la nécessaire coopération avec ce pays qui est incontournable pour l’équilibre européen ni défendre nos intérêts diplomatiques, économiques et culturels.

Cela doit nous conduire à réexaminer notre politique à l’égard de Moscou. Il ne s’agit pas d’embrasser Poutine sur la bouche, comme le soulignait le général de Gaulle, « les Etats n’ont pas d’amis ».

Nous devons être réalistes et regarder les choses en face, sans coller aux positions américaines et aux ultras Européens qui n’ont pas les mêmes intérêts que nous et poursuivent une politique parfois hostile à l’égard de la Russie.

Dans ces conditions, notre position de non reconnaissance du retour à la Russie de la Crimée est un non-sens.

C’est mettre notre politique dans une impasse pour longtemps ; la Crimée est russophone à 96 %, la Russie ne la lâchera plus pour des raisons historiques, sociologiques et géostratégiques. ; comme le déclarait à juste titre -pour une fois- Laurent Fabius, nous ne ferons pas la guerre pour la Crimée !

Dans ces conditions, reconnaissons cette réalité et négocions avec Moscou : la Crimée est russe, mais en contrepartie, vous devez, vous Russes, reconnaître la frontière ukrainienne avec la Russie dans le Donbass et Kiev doit pour sa part accorder l’autonomie à cette région dans un Etat fédéral ukrainien.

A défaut, en campant sur des positions irréalistes, nous reconstruisons un rideau de fer avec Moscou, néfaste pour la Russie mais aussi pour la France et tous les pays d’Europe.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Migrations
Husain, Shahwali, Maryam... : ces vies englouties au large de Calais
Qui sont les vingt-sept hommes, femmes et enfants qui ont péri dans la Manche en tentant de rallier la Grande-Bretagne ? Il faudra des semaines, voire des mois pour les identifier formellement. Pour l’heure, Mediapart a réuni les visages de dix de ces exilés, afghans et kurdes irakiens, portés disparus depuis le naufrage du 24 novembre.
par Sarah Brethes (avec Sheerazad Chekaik-Chaila)
Journal — Éducation
« On veut comprendre pourquoi le collège n’a rien fait »
Près d’un mois après le suicide de Dinah, 14 ans, ses parents ont déposé plainte pour « harcèlement » et accusent le collège de non-assistance à personne en danger. Plusieurs témoins dénoncent la passivité de l’établissement. La direction dément tout dysfonctionnement.
par David Perrotin
Journal
Étudiants précaires : une petite prime et des bugs
Plutôt que de réformer le système des bourses, le gouvernement a décidé d’accorder une prime inflation de 100 euros aux étudiants boursiers. Les serveurs du Crous n’ont pas tenu le choc, les bugs se sont multipliés et nombre d’étudiants n’ont pas pu faire leur demande dans les délais.
par Khedidja Zerouali
Journal
Professeurs non remplacés : la Cour des comptes dénonce une « défaillance institutionnelle »
Dans un rapport publié jeudi, les magistrats financiers se penchent sur les absences des enseignants qui font perdre aux élèves 10 % d’heures de cours dans les lycées. Les deux tiers sont liés à une mauvaise organisation de l’Éducation nationale.
par Faïza Zerouala

La sélection du Club

Billet de blog
SOS des élus en situation de handicap
Voilà maintenant 4 ans que le défenseur des droits a reconnu que le handicap était le 1er motif de discrimination en France, pourtant les situations de handicap reconnues représentent 12% de la population. Un texte cosigné par l’APHPP et l’association des élus sourds de France.
par Matthieu Annereau
Billet de blog
Ne vous en déplaise, Madame Blanc
Plusieurs médias se sont fait l’écho des propos validistes tenus par Françoise Blanc, conseillère du 6ème arrondissement de Lyon du groupe « Droite, Centre et Indépendants » lors du Conseil municipal du 18 novembre dernier. Au-delà des positions individuelles, cet épisode lamentable permet de cliver deux approches.
par Elena Chamorro
Billet de blog
Précarité = Adelphité
Nous exclure, nous isoler, nous trier a toujours été admis; nous sacrifier n’a jamais été que le pas suivant déjà franchi par l’histoire, l’actualité nous a prouvé que le franchir à nouveau n’était pas une difficulté.
par Lili K.
Billet de blog
Handicap, 4 clés pour que ça change !
Engagée depuis vingt ans pour l’égalité des droits de toutes et tous, je constate comme chacun que les choses avancent très peu. Les changements arriveront lorsqu’il sera compris que le handicap est un sujet social dont tout le monde doit s’emparer. Le 3 décembre, journée internationale du handicap : voici 4 solutions pour qu’advienne enfin une société inclusive !
par Anne-Sarah Kertudo