L'UNEF ou la dérive "racialisée"

L'UNEF ou la dérive "racialisée" des nouveaux destructeurs de la société française.

L'UNEF ou la dérive "racialisée" des nouveaux destructeurs de la société française.

Il est stupéfiant de voir comment la France a nourri en son sein ses propres ennemis leur octroyant argent, écoute, vénération, accès à tous les droits, au nom de ses principes égalitaires et universels puisés dans ses textes fondateurs des droits de l'homme et des citoyens.

La naïveté française est désormais payé en retour au prix fort : celui de sa propre exclusion de chez elle, au prix de sa condamnation sans appel, en violation de ses principes fondateurs, elle serait coupable d'être blanche une couleur de peau incompatible avec des réunions qui doivent être réservées à des peaux noires, à des peaux non blanches seule capables d'entrer en communion avec l'âme de personnes de couleurs.

La présidente de l'UNEF , la très grande intellectuelle de ce syndicat étudiant, Mélanie Luce défend bec et ongle l'organisation de réunions interdites aux blancs , voilà la renaissance des ghettos raciaux, nouvel apartheid, une avancée historique dans l'imbécilité politique.

Face à cette nouvelle lèpre de l'inintelligence incarnée , il faut porter le fer pour mettre un terme à ces insultes au genre humain.

L'UNEF doit être dissoute, leurs membres défenseurs de thèses "racialisées" fermement condamnés .

Le gouvernement aura -t-il le courage d'agir ?

Lui qui vient de dissoudre une association dite d'extrême droite, ou y a-t-il deux poids et deux mesures en France ? Le mythe de l'UNEF va -t-il prévaloir sur le syndicat gauchiste et déviant d'aujourd'hui , pour qu'elle puisse continuer son travail raciste de sape contre les principe et les valeurs de la France ?

Les Français sont tout ouï et en attente les décisions de Jupiter et de son gouvernement aux ordres !

" L'Homme est un monstre d'inconsistance ." Henry de Montherland

L'Homme peut être ? mais l'UNEF et le gouvernement, c'est certain !

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.