Hippodrome de Maisons-Laffitte, Point d'Etape No 4 : Réponse au Président Rothschild

J’ai lu avec une très grande attention votre réponse du 26 août 2019 reçue par courrier le 27 soit pratiquement 6 semaines après ma lettre du 16 juillet 2019.

Le 29 Août 2019

 

 

 

A/S :  Hippodrome de Maisons-Laffitte, Point d'Etape No 4 : Réponse à la lettre du President Rothschild du 26 Août 2019

 

 

 

VILLE de MAISONS-LAFFITTE

 

 

 

 

CABINET DU MAIRE Le 29 août 2019

Réf. : JM/BM/055

 

 

Monsieur Edouard de Rothschild

Président

France Galop

46 place Abel Gance

92100 Boulogne Billancourt

 

 

 

 

Monsieur le Président,

 

 

J’ai lu avec une très grande attention votre réponse du 26 août 2019 reçue par courrier le 27 soit pratiquement 6 semaines après ma lettre du 16 juillet 2019.

 

Vous relevez dans votre réponse que vous vous réjouissez de constater que l’appel d’offres pour la désignation d’un assistant à Maître d’Ouvrage (A.M.O) soit d’ores et déjà « lancé » pour proposer l’appel à projet pour la réalisation des activités dans les tribunes.

 

Vous convenez avec moi que « les activités développées sur l’hippodrome en dehors des courses seront vitales pour équilibrer les comptes de la société des courses ».

 

A ce titre, vous me confirmez en outre que le Conseil d’administration de France Galop soutient ma démarche et ne s’oppose pas au principe d’emphytéose avec la ville.

 

Toutefois, vous m’indiquez que « la société mère ne pourra s’engager sur l’attribution de réunions sans visibilité sur les conditions d’organisation de ces journées de courses et le contenu du projet d’exploitation global du site et sa viabilité économique ».

 

Vous vous étonnez de n’avoir reçu aucune information sur les conditions d’organisation des 24 réunions de courses alors que trois mois se sont écoulés depuis que vous nous avez transmis des données que nous avons dûment analysées.

 

Vous me demandez la communication d’un projet précis.

 

A ce stade, je suis dans l’obligation de vous faire part de mon total étonnement car vous renversez l’ordre des facteurs.

 

Pour vous communiquer un plan précis du fonctionnement de la Société des courses hippiques de Maisons-Laffitte, pour pouvoir prendre des engagements auprès des professionnels que nous devons engager, il faut que la ville soit titrée et bénéficie de l’emphytéose sur le site.

 

En termes très clairs, vous renversez la charge de la preuve et donner une très fâcheuse impression de tout simplement tergiverser !

 

Je vous rappelle que le Conseil municipal a confirmé par un vote le 9 juillet dernier l’engagement de la ville d’assurer financièrement le coût de la reprise du site – société des courses compris- jusqu’à la réalisation des activités économiques dans les tribunes !

 

Les choses sont désormais très simples.

 

La ville a besoin d’une emphytéose, titre qui lui permettra :

 

- de lancer l’appel à projets pour le choix des investisseurs

- d’engager tous les professionnels pour la société des courses, ce qui permettra alors de vous présenter un plan détaillé de développement et de fonctionnement.

 

A ce stade, nous avons bien évidemment des données économiques théoriques, que nous allons vous transmettre, mais qui ne peuvent être validées que par des négociations, ce qui est impossible sans titre qui fonde l’action de la ville.

 

Je vous le redis avec solennité : la balle est dans votre camp.

 

Je suis certain que vous le comprenez et j’ajoute que la solution que je vous propose est totalement :

 

- bénéfique pour France Galop dont la situation financière ne semble guère s’améliorer

- bénéfique pour la filière qui conserve ainsi un hippodrome très prisé des professionnels.

 

En conséquence, je vous saurais gré que nous puissions aller de l’avant en signant très rapidement l’emphytéose avec la ville.

 

J’ajoute un point important, vous posez l’hypothèse de retarder l’entrée en fonction de la Société des courses en 2021...

 

Très franchement, cela ne me paraît pas être une solution ; cela me semble une fuite en avant pour gagner du temps.

 

L’expérience montre d’ailleurs qu’une piste d’hippodrome doit être entretenue sans relâche !

 

Pour toutes ces raisons, je vous demande en urgence un rendez-vous pour arriver à un accord.

 

 

Je vous prie d’agréer, Monsieur le Président, l’expression de ma considération.

 

 

Jacques MYARD

Membre honoraire du Parlement

Maire de Maisons-Laffitte

 

 

 

Copie :

- Gérard Larcher, Président du Sénat

- Valérie Pécresse, Présidente de la Région Ile de France

- Pierre Bédier, Président du Conseil Départemental

- Didier Guillaume, Ministre de l’Agriculture et de l’Alimentation

- Justine Coutard, Directeur de Cabinet du Ministre du Budget

- Mathieu Boutin, Président de l’Association des entraîneurs propriétaires

- Nicolas Clément, Président de l’Association des entraîneurs de galop

- Hubert Tassin, Président de l’Association Paris province

- Steve Burggraf, Président de Génération courses

- Loïc Malivet, Président de la Fédération des éleveurs

- Serge Tardy, Président du Syndicat des propriétaires

- Les membres du Conseil d’Administration de France Galop.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.