Jacques Tessier
Animateur du collectif un-polar
Abonné·e de Mediapart

21 Billets

2 Éditions

Billet de blog 3 août 2013

Jacques Tessier
Animateur du collectif un-polar
Abonné·e de Mediapart

Le port de la "burqarmure" obligatoire pour les hommes ?

Jacques Tessier
Animateur du collectif un-polar
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Vous n’êtes pas sans ignorer (vu que les médias occidentaux n’en parlent jamais), la situation très particulière de la république ishtarique d’Ylgourie.

Ce minuscule état souverain, dans lequel je viens de passer quatre semaines, possède une triple caractéristique, qui devrait nous permettre de prendre un peu de recul par rapport au débat sur la burqa :

1)      Il est le seul pays de la planète entièrement dirigé par des femmes. La matriarcat y est absolu, domine la mentalité collective et structure les lois de la république.

2)      Il est aussi le seul pays dans lequel la religion monothéiste Ishtarienne est une religion d’État. Sa prophétesse, la très sainte et très vénérée Ishtarie (1802-1914) a réussi le difficile syncrétisme des trois religions du livre en prenant le contrepied absolu de celles-ci sur la question des rapports femmes-hommes.

3)      Les hommes y sont contraints au port obligatoire de la burqarmure sous peine de flagellation publique s’ils ne s’y soumettent pas. La burqarmhure étant un élégant compromis entre la burqa afghane et l’armure médiévale. Imaginée par Paco Rabanne en 1972, constituée non pas de tissu, mais d’un alliage à base d’aluminium, de carbone et de zinc qui la rend à la fois souple et légère. Elle permet de cacher toutes les parties impures de l’individu de sexe masculin, c’est-à-dire, en réalité, la totalité du corps de l’homme, des yeux et des cheveux jusqu'aux orteils et aux mains.

Tout comme pour l’armure médiévale, une mince fente au niveau des yeux permet aux porteurs de la burqarmure de ne pas se cogner aux rayons des supermarchés quand ils vont y faire leurs courses, ce qui est la seule activité publique permise aux hommes d’Ylgourie, qui n’ont naturellement ni le droit de travailler ni celui d’avoir leur propre compte bancaire, ni même d’aller boire un verre dans un des nombreux bars qui fleurissent dans la capitale et qui sont réservés aux femmes. Mais les hommes Ylgoures ne se plaignent pas : ils ont la chance de pouvoir s’occuper des enfants, du ménage, de préparer les repas et servir leur femme quand celle-ci arrive tard le soir, exténuée par son travail. « Existe-t-il tâche plus exaltante ? », m’ont dit ceux que j’interrogeais...  

En arrivant en Ylgourie (un voyage programmé par Marie, mon épouse, qui voulait m’en faire la surprise), je ne connaissais rien de ce pays, de ses mœurs et de ses coutumes. Comme tous les visiteurs étrangers mâles, j’ai été naturellement obligé de porter la burqarmure, sous peine d’être illico refoulé hors du pays. J’avoue que le premier jour, quand nous sommes allés sur le marché de Tabkentha, la capitale d’Ylgourie, j’ai trouvé ça un peu pénible, d’autant plus que la température avoisinait les 40 °C à l’ombre, ce qui donnait sous l’alliage de métal, et en particulier le heaume, une température capable de faire fondre la banquise en quelques heures. Mais on se fait à tout, et d’ailleurs comme mon épouse me le fit très justement remarquer « pour une fois que ton cerveau va être porté à ébullition, tu devrais considérer ça plutôt comme une chance ! ».

Il est vrai que de son côté, avec son petit short moulant et son tee-shirt relevé au-dessus du nombril, elle avait l’air plutôt à son aise, comme d’ailleurs toutes les femmes Ylgoures que nous croisions, toutes vêtues avec la même simplicité de bon aloi.

Comme je tentais d’engager la discussion avec l’une d’elles, celle-ci me lança un regard furieux et s’adressant directement à Marie, lui demanda de m’expliquer que je devais me tenir à distance des femmes et éviter de leur parler. « La burqarmure existe pour évite aux femmes de subir les tentations charnelles que la vue des hommes risque de leur infliger, ce n’est pas pour que les hommes essaient d’émouvoir les femmes par leurs voix charmeuses et leurs paroles mielleuses » me traduisit Marie, qui s’écarta alors pour discuter longuement avec son interlocutrice et me rapporta un peu plus tard leur discussion.

J’appris alors que la burqarmure avait été créée par la très sainte et très vénérée Ishtarie pour protéger les hommes de la concupiscence des femmes. Les hommes, me rapporta en substance Marie, par leur comportement naturellement lascif, leur corps troublant et leurs discours trompeurs et souvent corrupteurs, peuvent faire naître chez les femmes des pensées impures et les détourner de l’Ishtarisme. Ils doivent comprendre que la burqarmure leur évite d’être importunés par de jeunes femmes qu’ils risquent de croiser quand, allant faire leurs courses, ils sont amenés à s’éloigner de leur domicile alors que leur épouse ne peut pas les accompagner.

« Tu veux dire que si je me déplace à visage découvert dans la ville, mon charme légendaire et ma beauté perfide vont pousser les jeunes femmes que je croise à me draguer ? », répondis-je à Marie, plutôt surpris, je dois l’avouer. « Mais tu sais que si c’est le cas, je me sens tout à fait capable de les remettre à leur place ! Je n’ai nul besoin de burqarmure, je me sens capable de me protéger tout seul. De plus, je te signale que lorsque je sors dans les rues du village, chez nous, je n'ai perçu aucun regard concupiscent que des femmes jetteraient sur moi ».

Je n’osai pas ajouter « hélas » pour ne pas aggraver mon cas, mais Marie, qui me semblait anormalement perturbée par la longue discussion qu’elle venait d’avoir avec la femme Ylgoure, me rétorqua : « tu ne comprends pas, en réalité même si tu les remettais à leur place, ce dont je ne doute pas, le mal serait quand même fait : tu aurais suscité chez elles des pensées impures et peut-être même libidineuses. Et c’est le mal absolu, quelque chose que Dieu n’admet pas, et Ishtarie non plus ».

Voilà où j’en suis, mes amis : après avoir porté la burqarmure en Ylgourie pendant quatre semaines, nous sommes revenus en France et je dois vous avouer que je me suis habitué à cet habit original. Je le porte tous les jours dans les rues du village, sans ostentation, mais sans honte non plus. Je dois reconnaitre que Marie avait raison : rares sont les femmes qui viennent m’importuner. Certes, quand je fais du vélo avec mes copains, je dois mettre souvent de l’huile aux articulations de ma burqarmure afin qu’elle ne grince pas trop fort, et j’ai parfois un peu de mal à grimper les cols, mais ce sont des inconvénients mineurs par rapport aux immenses avantages moraux que j’en retire.  

J’espère donc que dans quelques années, tous les mâles de notre pays le comprendront : la burqarmure est l’avenir de l'homme, ainsi que la religion Ishtarienne, n’en déplaise aux laïques intransigeants et bornés qui peuplent ces lieux Médiapartiens...

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Iran : l’hymne à la révolte qui galvanise la jeunesse
À l’heure où les affrontements se font de plus en plus violents, comme à l’université Sharif de Téhéran et qu’une autre jeune fille a été battue à mort, la chanson « Pour », qui raconte simplement les désirs de liberté des manifestants, a recueilli plus de 40 millions de vues en deux jours.
par Jean-Pierre Perrin
Journal — Moyen-Orient
« Les foules iraniennes exigent de séparer le gouvernement de la religion »
Pour le philosophe Anoush Ganjipour, les manifestations en Iran exigent que le pouvoir des mollahs abandonne sa mainmise sur l’espace public. Une telle revendication d’une sécularisation, moderne, procède des injustices commises par la République islamique.
par Antoine Perraud
Journal — Extrême droite
« Le RN veut se distinguer du FN, mais il garde le même fond xénophobe »
Le parti lepéniste s’en tient à un colloque à l’Assemblée nationale pour fêter ses 50 ans. Un anniversaire qui sied mal à la dédiabolisation affichée, quand bien même, rappelle l’historienne Valérie Igounet, ses fondamentaux restent inchangés : « immigration, insécurité, priorité nationale ».
par Christophe Gueugneau
Journal
#MeToo, 5 ans après : notre émission spéciale
Le 5 octobre 2017, un mot-dièse va faire le tour de la planète : #MeToo (« moi aussi »), une expression pour dire haut et fort les violences sexistes et sexuelles. Cinq ans plus tard, les rapports de domination, de pouvoir, ont-ils vraiment changé ?
par À l’air libre

La sélection du Club

Billet de blog
L'Italie post-fasciste : en marche vers le passé
La victoire du post-fascisme, déflagration annoncée, menace nos systèmes démocratiques imparfaits et l'Europe qui subit une guerre de conquête et un bouleversement interne avec ces extrêmes-droites qui accèdent au pouvoir. Faut-il attendre les catastrophes pour crier ? La remise en cause de vieux réflexes ne demandent-elles pas une actualisation pour agir sur notre époque sans se renier ?
par Georges-André
Billet de blog
Ouvrir les yeux sur le fascisme qui vient
Un peu partout, « la loi et l’ordre » s’imposent, sous une forme directement inspirée des années 40 comme Italie, ou de façon plus insidieuse, comme chez nous. De L’écofascisme au post-fascisme en passant par l’autoritarisme policier ultra-libéral, c’est cinquante nuances de brun. Et il va falloir commencer à sérieusement s’en inquiéter, si on ne veut pas voir nos gosses grandir au son des bottes.
par Mačko Dràgàn
Billet de blog
Après les élections, vers le post-fascisme
Aujourd'hui, en Italie, l'institutionnalisation du fascisme va porter l'agression raciste et patriarcale à un niveau supérieur. Avec cette combinaison du fascisme et de la technocratie, le gouvernement Meloni ne sera probablement pas simplement un gouvernement Draghi plus raciste. Nous verrons dans quelle mesure les alliances internationales, l'Union européenne et la Présidence de la République pourront limiter et contenir les dégâts. 
par Bruno Montesano
Billet de blog
La grande nostalgie
Les nostalgiques de l'ère fasciste s'en donnent à cœur joie pour ressortir les reliques de l'époque. Dimanche matin à Porta Portese, le plus grand marché aux puces de la capitale, j'ai trouvé un choix impressionnant de memorabilia de l'ère Mussolini.
par D Magada