Jacques Tessier
Animateur du collectif un-polar
Abonné·e de Mediapart

21 Billets

2 Éditions

Billet de blog 9 mars 2017

Satan, ses pompes et ses oeuvres

Le visage de Satan fait partie de ces thrillers plaisants, de ceux qui font frémir, comme ils auraient pu faire frémir l’ado que j'étais voici quelques décennies. Il est vrai que l’auteur a réuni là tous les ingrédients du genre et les a consciencieusement malaxés jusqu’à en tirer la bonne recette miracle apte à faire palpiter le petit cœur sensible de ses vulnérables lecteurs : vous et moi.

Jacques Tessier
Animateur du collectif un-polar
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

le visage de satan,Florent marotta, © Taurnada

Jugez-en.

–        Tout d’abord, dès les premières pages une série de meurtres sanguinolents et plutôt horribles, qui vont immédiatement susciter chez vous une sensation d’intense soulagement : heureusement, vous n’étiez pas concerné par ces tueries et vous avez échappé à l’horreur !

–        Ensuite une belle plongée en apnée au sein d’un groupe d’individus fascinés par Satan, ses pompes et ses œuvres. Même si bien heureusement les susdits satanistes ne sont généralement pas plus meurtriers que vous et moi (en tout cas que moi), il semble bien que de tels groupes existent réellement et dépensent des trésors d’ingéniosité pour manier et marier symboles ésotériques et imaginaire chrétien dévoyé. 

–        Petit clin d’œil aux amateurs de romans noirs qui – vous en savez quelque chose – peuvent se trouver aussi chez les amateurs de thrillers, l’auteur met en scène un personnage de détective privé aussi plaisant que classique : Gino Paradio. Celui-ci est un ex-flic et ancien alcoolique plus ou moins cassé par la vie, plutôt sympa et beau gosse (tant qu’à faire)... A mon avis, pour frôler la perfection il aurait pu être un peu plus désabusé et cynique, tout particulièrement avec les femmes. Mais nobody is perfect, bien qu’il soit un tantinet colérique, le bougre a plutôt un bon fond et reste capable de tomber en amour s’il croise l’âme sœur.

–        À propos d’âme sœur, serait-elle justement cette créature répondant au doux prénom de Sybille, veuve affriolante aux longues jambes et aux lèvres pulpeuses, riche de surcroit, qui vient à l’agence implorer son aide ? Illico tous mes clignotants de lecteur de romans noirs américains des années cinquante se sont mis au rouge : attention danger, femme fatale annoncée. En fait la pulpeuse vient demander à Gino d’enquêter sur la mort de son mari. Officiellement c’est une crise cardiaque, mais elle soupçonne le pire, c’est-à-dire un assassinat. J’aurais été à la place de Gino, je peux vous dire que j’aurais accepté la proposition sans l’ombre d’une hésitation, mais c’est à ce genre de chose qu’on voit bien que je ne serai jamais un héros de roman : lui il fait sa chochotte et demande à réfléchir ! J’avais envie de lui dire  « t’es con ou quoi ? », mais fort heureusement quelques pages plus tard j’étais rassuré : Gino prenait l’affaire en main.

Lecteur à la perspicacité légendaire, vous avez déjà deviné qu’il y a un lien entre les meurtres sanglants du début du roman (qui vont être suivis par d’autres, rassurez-vous) et la demande de la belle Sybille et que ce lien a pour nom satanisme. Nous allons donc plonger à la suite de Gino et de quelques autres quelques personnages croustillants, émouvants ou inquiétants dans les méandres d’une secte satanique.

Ce faisant, il faut reconnaitre à Florent Marotta une excellente documentation sur un sujet que je ne connaissais que très vaguement, n’ayant pas la chance d’avoir de satanistes parmi mes amis ou mes relations proches. Il a aussi un art du suspense consommé, les rebondissements s’enchainent, les principaux personnages prennent de l’épaisseur, bref c’est du bon boulot. Ce livre devrait plaire à tous les amateurs des deux genres (et j’en fais partie), genres qui sont ici mêlés avec habileté et un réel talent d’écriture. 

Le visage de Satan
Florent Marotta
Taurnada éditions
380 pages

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Aux États-Unis, le Sénat adopte un plan climat sans ambition sociale
Par 51 voix contre 50, le Sénat des États-Unis a adopté le plus ambitieux plan climat de l’histoire du pays, prévoyant une enveloppe de 369 milliards de dollars pour réduire de 40 % les émissions de CO2 entre 2005 et 2030. Mais le volet social a été très largement sacrifié.
par Romaric Godin
Journal — Afrique
Kenya : le pays suspendu à des élections à haut risque
Mardi 9 août se déroulent au Kenya des élections générales. Alors que la population fait face à une crise économique et à une forte hausse des prix, ce scrutin risque de déstabiliser ce pays clé de l’Afrique de l’Est. 
par Gwenaelle Lenoir
Journal — Proche-Orient
L’apartheid, révélateur de l’impunité d’Israël
Le débat sur l’existence ou non d’un système d’apartheid en Israël et dans les territoires palestiniens occupés est dépassé. L’apartheid israélien est un fait. Comme le confirme l’escalade des frappes et des représailles autour de la bande de Gaza, il est urgent désormais de mettre un terme à l’impunité d’Israël et de contraindre son gouvernement à reprendre les négociations.
par René Backmann
Journal — Proche-Orient
Quarante-quatre morts à Gaza depuis le début de l’offensive israélienne
Parmi les victimes des frappes visant la bande de Gaza figureraient quinze enfants et des dirigeants du groupe armé palestinien Djihad islamique. Une trêve entre les deux parties serait entrée en vigueur dimanche soir.
par La rédaction de Mediapart (avec AFP)

La sélection du Club

Billet de blog
par Philippe Soulié
Billet de blog
La grosse entourloupe de l'AAH
Alors qu'on parle de la victoire de la déconjugalisation de l'AAH, alors qu'on cite les augmentations de ce minima social comme une exception du macronisme, personne ne parle d'une des plus grandes entourloupes des dernières années : la suppression du complément de ressources de 180 euros pour les nouveaux admis dans le système.
par Béatrice Turpin
Billet de blog
Le pouvoir d'achat des fonctionnaires vampirisé par quarante ans de néolibéralisme
Lorsque la spoliation du pouvoir d'achat des fonctionnaires devient une institution sous la Cinquième République...
par Yves Besançon
Billet de blog
Loi pouvoir d'achat : Macron & Borne veulent prolonger notre ébriété énergétique
[REDIFFUSION] 42°C en Gironde. 40°C en Bretagne. 20 000 hectares partis en fumée. Lacs, rivières et sols s'assèchent. Les glaciers fondent. Que fait-on à l'Elysée ? On reçoit le président des Emirats Arabes Unis pour importer plus de gazole. A Matignon ? On défend un projet de loi « Pouvoir d'achat » qui vise à importer plus de gaz du Qatar et des Etats-Unis. Où est la sobriété ?
par Maxime Combes