Jacques Tessier
Animateur du collectif un-polar
Abonné·e de Mediapart

21 Billets

2 Éditions

Billet de blog 10 mars 2022

Un roman sur les « nettoyeurs » du Web

Premier roman de la Néerlandaise Hanna Bervoets traduit en français, Les choses que nous avons vues est aussi le premier roman publié par une prometteuse et toute nouvelle maison d’édition installée à Marseille : Le Bruit du Monde.

Jacques Tessier
Animateur du collectif un-polar
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Les choses que nous avons vues

Il est bon de préciser que c’est un roman, car le thème principal du livre traite en effet d’un sujet de société qui nous concerne tous : la modération des contenus de l’un des plus importants réseaux sociaux actuels. Mais ce qui fait l’intérêt de ce roman très noir – qui nous révèle par ailleurs tout un aspect sensible de l’Internet d’aujourd’hui – c’est qu’il porte sur la vie et les relations interpersonnelles au sein d’un groupe de modérateurs « nettoyeurs du Web ».

Au fil des mois, entre ses nettoyeurs des amitiés se nouent, se font et se défont. Elles ne sont pas dépourvues d’ambigüités ni de difficultés liées à la nature de leur travail. Nous découvrons comment celui-ci, de façon insidieuse, va influer sur leur personnalité et leurs relations privées, amicales ou amoureuses. Ce « nettoyage » se fait selon des consignes et des critères rigoureux, et porte sur des messages, des photos ou des vidéos qui ont été signalés offensants par certains utilisateurs, mais aussi (procédé maintenant classique) par une I.A. qui informe les humains d’éventuels risques juridiques encourus par l’entreprise.

« À la suite du battage médiatique autour du procès que vous intentez au nom de mes ex-collègues, on suppose que nous étions assis derrière nos écrans, apathiques, que nous ne savions pas ce que nous faisions, ni dans quoi nous nous étions fourrés, qu’on nous bombardait sans aucune préparation de milliers d’images choquantes qui nous grillaient presque instantanément le cerveau – eh bien ce n’était pas comme ça. Du moins pas tout à fait, et pas pour tout le monde » écrit la narratrice Kailegh à Stitic, l’avocat du groupe qui défend une action collective menée par certains « nettoyeurs » contre la société qui les emploie.

Et en effet, l’univers professionnel que décrit Hanna Bervoets est plus paradoxal et plus dangereux. Lecteurs de ce roman, nous sommes confrontés nous aussi à des questions que chaque internaute peut se poser : comment réagirais-je si j’étais bombardé plusieurs heures par jour et cinq jours par semaine par des vidéos parfois atroces, montrant des scènes de suicide ou de mutilations en direct, ou si j’étais obligé de lire des milliers de textes d’un racisme assumé ou bien d’appels à la violence ou au meurtre, avant de prendre la décision d’en censurer certains et d’en laisser d’autres s’afficher ? Comment ma vision du monde et mes relations sociales, amicales ou amoureuses pourraient-elles en être affectées ? Pourrais-je devenir plus sensible à des thèses conspirationnistes ? Basculer vers un mouvement sectaire, comme le font quelques-uns des collègues de Kailegh qui se retrouvent aspirés par la mouvance platiste, précipitant ainsi la rupture de celle-ci avec certains de ses amis les plus proches ? Et dans la foulée, le lecteur peut aussi se demander comment la relation amoureuse que noue Kailegh avec sa collègue Sigrid va bien pouvoir résister à cet environnement malsain.

Cette façon de relier la vie intime de la narratrice avec la description détaillée des côtés les plus noirs du Web donne à ce court roman une force inattendue. Une force liée à la subtilité des descriptions de chaque situation vécue et imaginée, une subtilité qui n’attend pas de réponse univoque. Ce sera à chacun des lecteurs de trouver la sienne.

Les choses que nous avons vues
Hanna Bervoets

Editions Le Bruit du Monde
Traduit du néerlandais par Noëlle Michel

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Écologie
Écologie : encore tout à prouver
Le remaniement ministériel voit l’arrivée du novice en écologie Christophe Béchu au ministère de la transition écologique et le retour de ministres délégués aux transports et au logement. Après un premier raté sur la politique agricole la semaine dernière, le gouvernement de la « planification écologique » est mis au défi de tenir ses promesses.
par Mickaël Correia et Amélie Poinssot
Journal — Histoire
De Gaulle et la guerre d’Algérie : dans les nouvelles archives de la raison d’État
Pendant plusieurs semaines, Mediapart s’est plongé dans les archives de la République sur la guerre d’Algérie (1954-1962), dont certaines ont été déclassifiées seulement fin 2021. Tortures, détentions illégales, exécutions extrajudiciaires : les documents montrent comment se fabrique la raison d’État, alors que l’Algérie célèbre les 60 ans de son indépendance.
par Fabrice Arfi
Journal — Société
Maltraitances en crèche : le bras de fer d’une lanceuse d’alerte avec la Ville de Paris 
Eugénie a récemment raconté à un juge d’instruction le « harcèlement moral » qu’elle estime avoir subi, pendant des années, quand elle était directrice de crèche municipale et qu’elle rapportait, auprès de sa hiérarchie, des négligences ou maltraitances subies par les tout-petits.
par Fanny Marlier
Journal — Justice
Affaire Darty : cinq mises en examen pour blanchiment et association de malfaiteurs
En juillet 2021, Mediapart révélait un système d’encaissement illégal d’argent liquide au sein du groupe Fnac-Darty. Depuis, quatre directeurs de magasins Darty et un directeur régional ont été mis en examen. Selon de nouveaux documents et témoignages, de nombreux cadres dirigeants du groupe auraient eu connaissance de ces opérations réalisées dans toute la France, au-dessus des seuils légaux. 
par Nicolas Vescovacci

La sélection du Club

Billet d’édition
La révolution, le martyr et l’avenir
Comme toute chose périssable, une Révolution peut-elle vieillir ? Au rendez-vous des célébrations décennales, elle est convoquée au gré des humeurs présentes. La Révolution se met à la table des incertitudes du moment, quand elle n’est pas mobilisée en morphine mémorielle afin d’endormir les espérances d’émancipation encore vivaces.
par Amine K.
Billet d’édition
60 ans d’indépendance : nécessité d’un devoir d’inventaire avec la France
L’année 2022 marque les 60 ans de l’indépendance de l’Algérie. Soixante ans d’indépendance, un bail ! « Lorsqu'on voit ce que l'occupation allemande a fait comme ravage en quatre ans dans l'esprit français, on peut deviner ce que l'occupation française a pu faire en cent trente ans.» Jean Daniel  Le temps qui reste, éditions Plon, 1973.
par Semcheddine
Billet d’édition
Le purgatoire de grand-père
Dès les premiers instants au camp de Saint-Maurice-l’ardoise, grand-père s’isola. Près des barbelés, les yeux rivés vers l’horizon. Il se rappelait l’enfer. La barbarie dont il avait été témoin. Il avait vu le pire grand-père. La mort qui l’avait frôlé de si peu. Ils avaient tous survécu. Ses enfants, son épouse et lui étaient vivants. Ils étaient ensemble, réunis. C’était déjà un miracle.
par Sophia petite-fille de Harkis
Billet de blog
Abd el Kader au Mucem : une vision coloniale de l'Émir
La grande exposition de l'été du Mucem est consacrée à Abd el Kader, grand résistant algérien à l’invasion coloniale. On pourrait y voir le signe d'une avancée dans la reconnaissance du caractère illégitime de l'entreprise coloniale. Il n'en est rien. Derrière une beauté formelle se dissimule la même vision coloniale du « bon » rebelle Algérien, à l'opposé des « mauvais fellaghas » de 1954.
par Pierre Daum