Jacques Testart
Critique de science
Abonné·e de Mediapart

12 Billets

0 Édition

Billet de blog 29 sept. 2016

Bébé à 3 parents et 4 ADN

Les médias du monde entier se font l'écho d'une manipulation cellulaire ayant permis une « première » un peu réchauffée : la naissance d'un bébé « à 3 parents ».

Jacques Testart
Critique de science
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Encore une première médicale ! Des biologistes de New York ont obtenu la naissance au Mexique d'un enfant apparemment sain, dont la mère est porteuse d'une grave maladie mitochondriale (syndrome de Leigh). C'est la mère qui transmet les mitochondries, lesquelles produisent l'énergie dans toutes les cellules du corps, mais leur ADN peut-être atteint de mutations, comme il arrive avec l'ADN des chromosomes. Dans ce cas l'enfant héritera de la maladie maternelle, transmise par les mitochondries apportées par l'ovule. La solution médicale discutée depuis une vingtaine d'années serait de substituer aux mitochondries déficientes d'autres mitochondries issues de l'ovule d'une femme donneuse. Deux stratégies ont été tentées pour cela: la première consiste à remplacer le cytoplasme de l'oeuf (qui contient les mitochondries) afin d'obtenir un embryon indemne par « transfert cytoplasmique »depuis un ovule sain. Cette voie, utilisée aux Etats-Unis hors pathologie pour « revivifier » les ovules de femmes âgées, aurait permis des naissances d'enfants bien portants mais aussi d'enfants porteurs d'anomalies et a été abandonnée. La seconde stratégie consiste à placer l'ADN nucléaire dans un ovule indemne d'anomalies mitochondriales. C'est celle qui a conduit à cette nouvelle première dans la série des « bébés à 3 parents ».

Dans ce « succès », deux éléments du bref article (John Zhang et al, New Scientist, 27 septembre) n'ont pas été relevés par les commentateurs. Le premier est que trois des quatre embryons obtenus avaient une composition chromosomique anormale (aneuploïdie). Ce fait peut-être rapproché de la méthode utilisée : les auteurs n'ont pas transféré dans un ovule sain le noyau d'un ovocyte mais les chromosomes tels qu'ils sont organisés hors de toute structure nucléaire dans un ovule mûr (métaphase de seconde division méiotique). Dans cette configuration, les chromosomes sont alignés sur un réseau de fibres, constituant un ensemble instable sensible à tous les stress physiques. C'est cette situation qui nous avait fait refuser la congélation des ovules dans les années 1980, des aneuploïdies ayant été rapportées suite aux mouvements osmotiques intracellulaires qui accompagnent l'adjonction de substances cryoprotectrices, un phénomène annulé par les techniques actuelles de congélation ultra rapide.

Le second élément est la présence dans l'embryon « normal » de mitochondries à ADN muté, apportées dans l'ovule sain en même temps que les chromosomes. Même si, selon les auteurs, elles ne représentent que 5% des mitochondries embryonnaires (et plus tard 1,6% des mitochondries du bébé), on ignore les conséquences éventuelles de cette mixture d'ADN mitochondrial. Des résultats inquiétants ont été obtenus par des chercheurs espagnols chez la souris (Nature, 28 juillet 2016), montrant que l'ADN mitochondrial de la donneuse doit être génétiquement proche de celui de la receveuse pour éviter des altérations métaboliques et le vieillissement prématuré.

Les praticiens et les médias parlent de bébé à 3 ADN pour qualifier l'enfant qui hérite des ADN nucléaires de son père et de sa mère et des mitochondries d'une donneuse. Tout enfant est « à 3 ADN », même l'enfant traditionnel « à 2 parents », en ce qu'il reçoit les mitochondries maternelles. Mais ici il s'agit plutôt d'un bébé à 4 ADN puisque les mitochondries sont de deux origines.

Encore une fois, l'exploit est médiatisé avant une véritable publication scientifique mais celle-ci ne manquera pas d'arriver. John Zhang se justifie en prétendant que l'éthique consiste à « sauver des vies »mais quelle vie fut sauvée ici ? Et quel risque fut pris de créer une vie de souffrance ? Comme dans toutes les voies aventureuses qui nourrissent la bioéthique, on doit se demander où placer la limite à l'artifice procréatique c'est à dire reconnaître qu'il est des situations où l'enfantement n'est pas souhaitable.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Le grand bond en arrière climatique
Et si le climat était une victime de la guerre en Ukraine ? Face au risque de pénurie énergétique provoquée par le conflit, les pays européens préparent un recours accru au charbon et au gaz fossile. Une marche arrière alarmante, à l’heure de l’urgence climatique, qui met en lumière notre terrible retard en matière de transition écologique.
par Mickaël Correia
Journal
Viktor Orbán est-il de plus en plus isolé en Europe ?
Embargo sur le pétrole russe, État de droit, guerre en Ukraine... Sur plusieurs dossiers, le premier ministre hongrois, à l’aube de son quatrième mandat consécutif, diverge de la majorité des Vingt-Sept. Débat avec une eurodéputée et un historien spécialiste de la région.
par Amélie Poinssot
Journal — Histoire
Le docteur est-il encore en vie ?
Le 4 mars 1957, le docteur Slimane Asselah est enlevé dans son cabinet médical, au milieu de la casbah d’Alger, par les forces de l’ordre françaises. Mort ou vif, sa famille ne l’a jamais revu. Deuxième volet de notre série.
par Malika Rahal et Fabrice Riceputi
Journal — Amérique du Sud
En Équateur, victoire en demi-teinte pour les autochtones après 18 jours de lutte
Un accord a été conclu jeudi entre le gouvernement et les responsables autochtones, à l’issue d’une longue grève générale, pour réclamer de meilleures conditions de vie. Dans la capitale Quito, la « Casa de la Cultura » (Maison de la culture) a été un endroit clef du mouvement.
par Alice Campaignolle

La sélection du Club

Billet de blog
Apprendre à désobéir
Les derniers jours qui viennent de s’écouler sont venus me confirmer une intuition : il va falloir apprendre à désobéir sans complexe face à un système politique non seulement totalement à côté de la plaque face aux immenses enjeux de la préservation du vivant et du changement climatique, mais qui plus est de plus en plus complice des forces de l’argent et de la réaction.
par Benjamin Joyeux
Billet de blog
Chasse au gaspi ou chasse à l'hypocrisie ?
Pour faire face au risque de pénurie énergétique cet hiver, une tribune de trois grands patrons de l'énergie nous appelle à réduire notre consommation. Que cache le retour de cette chasse au gaspillage, une prise de conscience salutaire de notre surconsommation ou une nouvelle hypocrisie visant préserver le système en place ?
par Helloat Sylvain
Billet de blog
Sale « Tour de France »
On aime le Tour de France, ses 11 millions de spectateurs in situ (en 2019) et on salue aussi le courage de Grégory Doucet stigmatisant le caractère polluant de l’événement. Une tache qui s’ajoute à celle du dopage quand le Tour démarre ce 1er juillet à Copenhague, où l’ancien vainqueur 1996 rappelle la triche à peine masquée. (Gilles Fumey)
par Géographies en mouvement
Billet de blog
Aucune retenue : l'accaparement de l'eau pour le « tout-ski »
J'ai dû franchir 6 barrages de police et subir trois fouilles de ma bagnole pour vous ramener cette scandaleuse histoire de privatisation de l'eau et d'artificialisation de la montagne pour le « tout-ski » en Haute Savoie.
par Partager c'est Sympa