Jacques Van Rillaer
Professeur émérite de psychologie à l'université de Louvain
Abonné·e de Mediapart

95 Billets

0 Édition

Billet de blog 2 déc. 2020

“Les gardiens de la raison” : fake news concernant le prof.Francisco Di Iori

Parmi les erreurs factuelles et insinuations malveillantes de Foucart, Horel & Laurens, nous rapportons celles qui visent le philosophie Di Iori. Les lecteurs de Mediapart peuvent ainsi se faire une opinion sur le ramassis de “fake news" que ces journalistes ont produits. A cet effet, sont également mentionnés les liens pour les réponses d’autres auteurs visés par les pseudo-démystificateurs.

Jacques Van Rillaer
Professeur émérite de psychologie à l'université de Louvain
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Francisco Di Iori a signalé à la revue de l’AFIS, Science et pseudo-sciences (*)

Coordinateur, avec Gérald Bronner, d’un ouvrage intitulé, The Mystery of Rationality publié en 2018 par la maison d’édition Springer [1], je viens de découvrir que notre livre est cité dans Les gardiens de la raison des journalistes Stéphane Foucart et Stéphane Horel et du sociologue Sylvain Laurens (chapitre 11, intitulé « Gérald Bronner, l’intellectuel rationaliste de synthèse »).

Je suis présenté comme « docteur en philosophie, spécialiste de Friedrich Hayek et membre de la Société autrichienne d’économie » (p.297). Je n’ai jamais été membre de cette société et je n’ai jamais entendu parler d’elle. Une recherche sur Internet ne donne d’ailleurs aucune trace d’une telle institution. On trouve bien une Society for the Development of Austrian Economics aux Etats-Unis, mais, je n’en suis pas non plus membre (mon CV est en ligne sur mon site personnel [2] où toutes mes affiliations sont présentées). Cette fausse information vient en renfort d’un schéma interprétatif développé par Foucart, Horel et Laurens suggérant un lien entre le travail de Gérald Bronner et une espèce de complot néo-libéral. Cela en raison des théories politiques anti-étatistes défendues par les membres d’un courant de pensée appelé « école autrichienne d’économie ». En ce qui me concerne, mon travail se concentre essentiellement sur des contributions épistémologiques et méthodologiques.

Les auteurs des Gardiens de la raison écrivent que, dans l’introduction de notre livre, Gérald Bronner et moi-même « [mobilisons] les neurosciences (les “neuros”) pour affirmer que la liberté n’a pas d’autre origine que les contradictions entre les différentes zones de notre cerveau et que les sociologues et les économistes devraient cesser de lier “l’intentionnalité et la rationalité” ». Dans cette introduction, nous ne parlons nulle part de l’origine neuronale de la liberté. Cette introduction se contente de présenter les différents points de vue des théoriciens de la rationalité sans aucune prise de position nette en faveur de telle ou telle perspective défendues. C’est un contresens que de présenter notre texte comme une défense d’un réductionnisme neurobiologique. Cette introduction est en réalité une présentation très synthétique des débats contemporains (développés dans l’ouvrage) et elle souligne, entre autres, l’importance de certaines découvertes des neurosciences du point de vue de l’analyse de la rationalité. D’ailleurs, tous les auteurs de The Mystery of Rationality s’opposent au réductionnisme neurobiologique. La plupart sont très connus au niveau international et beaucoup d’entre eux ne suggèrent pas de séparer intentionnalité et rationalité.

Par ailleurs, dans notre introduction, nous ne disons pas ce que les sociologues et les économistes devraient faire.

Francesco Di Iorio
professeur associé de philosophie à l’université de Nankai (Chine).

[1] Gérald Bronner et Francesco Di Iorio (dir.) The Mystery of Rationality. Mind, Beliefs and the Social Sciences, Springer, Cham (Suisse), 2018.

[2] Site personnel de Francesco di Iorio : https://francesco-di-iorio.com/

(*) https://www.afis.org/A-propos-du-livre-Les-gardiens-de-la-raison-Mise-au-point-du-Pr-Francesco-Di

——————

Pour d’autres balivernes et fake news des dénonciateurs paranos :

Conseil d’administration de l’AFIS (18/09/2020). Journalisme d’insinuation : après les articles, le livre. Site de l’AFIS.

Thomas Durand (12/09/2020). La raison n’est pas un trophée – Réponse à Foucart, Horel et Laurens. Blog La Menace Théoriste.

Virginie Tournay (23/09/2020). Un nouveau journalisme : de l’insinuation à l’inquisition. Blog de V. Tournay.

Laurent Dauré (23/09/2020). Les naufrageurs de la raison (et de la gauche). Ruptures.

Marcel Kuntz (25/09/2020). Merci aux auteurs du livre Les gardiens de la raison. Blog de M. Kuntz.

Hervé Le Bars (27/09/2020). Je ne suis pas l'homme que vous croyez. Blog de H. Le Bars.

Jean Bricmont (27/09/2020). Des journalistes du Monde et un sociologue attaquent Jean Bricmont dans un livre : il répond. Le média pour tous.

Virginie Tournay (28/09/2020). Journalisme d’inquisition: le linceul de la raison. Telos.

Philippe Stoop (29/09/2020). Un diplôme de désinformation décerné par S. Foucart (Le Monde). Page LinkedIn de P. Stoop.

François-Marie Bréon (1/09/2020). L’Afis serait-elle "climato-scpetique" ? Compte Twitter de F.-M. Bréon.

Yann Kindo (30/10/2020). Les gardiens de la déraison. Blog sur Médiapart.

Frank Ramus :  les approximations de Stéphane Foucart

L’auteur n’a pas autorisé les commentaires sur ce billet

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Gauche(s)
Parlement : ce que peut espérer la Nupes
Et si la gauche devenait la première force d’opposition au Palais-Bourbon en juin prochain ? Un scénario plausible qui pourrait, dans une certaine mesure, transformer le paysage politique, explique Olivier Rozenberg, spécialiste de la vie parlementaire.
par Pauline Graulle
Journal
Ukraine : divisé, le monde occidental peine à dessiner une issue
Alors que le spectre d’un conflit long se précise, faut-il continuer, et jusqu’à quand, à livrer des armes à Kyiv ? Est-il encore possible de ménager une « porte de sortie » à Vladimir Poutine pour faciliter de futures négociations de paix ? Aux États-Unis comme en Europe, des dissensions commencent à affleurer sur ces sujets clés.
par Ludovic Lamant
Journal — Migrations
La guerre a déplacé des milliers d’orphelins et d’enfants placés
Les enfants représentent, avec les femmes, la majeure partie des déplacés internes et des réfugiés ukrainiens. Dans l’ouest de l’Ukraine, des orphelins de la guerre et des enfants placés tentent de se reconstruire une vie, loin de leur maison et de leurs habitudes.
par Nejma Brahim
Journal
Législatives : des candidats de la majorité préfèrent s’afficher sans Macron
Contrairement à 2017, où la plupart des candidats macronistes avaient accolé la photo du président de la République à côté de la leur, nombre d’entre eux ont décidé cette année de mener campagne sur leur propre nom. Face à la gauche et à l’extrême droite, certains veulent éviter d’agiter « le chiffon rouge ».
par Ellen Salvi

La sélection du Club

Billet de blog
Bifurquer, c'est tout le temps à refaire (et ça s'apprend)
Je suis diplômée ingénieure agronome depuis décembre 2019. On m'a envoyé mille fois la vidéo du discours des diplômés d’AgroParisTech qui appellent à bifurquer et refusent de travailler pour l’agro-industrie. Fantastique, et maintenant ? Deux ans après le diplôme, je me permets d'emprunter à Benoîte Groulte pour répondre : ça dure toute la vie, une bifurcation. C'est tout le temps à refaire.
par Mathilde Francois
Billet de blog
Déserteurs : existe-t-il une sécession des élites diplômées ?
La prise de parole des étudiant·es de Agro Paris Tech a été l’occasion pour la presse de remettre en avant l’hypothèse d’une sécession de l’élite scolaire face à la crise écologique. Qu’en disent les sciences sociales ?
par Quantité Critique
Billet d’édition
Hebdo #123 : Parole à celles et ceux qui ont déjà bifurqué
À la suite du retentissant appel des jeunes diplômés d’AgroParisTech à déserter les postes dans l’agro-industrie, nous avons recueilli de nombreux témoignages d’anciens étudiants « en agro » devenus paysans, chercheurs, formateurs, etc. Ils racontent leur parcours, les embûches et leur espoir de changer le système. Bifurquer, c’est possible. Mais il faut s’organiser !
par Sabrina Kassa
Billet de blog
Remise des diplômes AgroParisTech : appel à déserter
Lors de leur cérémonie de remise de diplôme, huit jeunes ingénieur·es AgroParisTech ont appelé leurs camarades de promotion à déserter de leurs postes. « N'attendons pas le 12ème rapport du GIEC qui démontrera que les États et les multinationales n'ont jamais fait qu'aggraver les problèmes et qui placera ses derniers espoirs dans les révoltes populaires. Vous pouvez bifurquer maintenant. »
par Des agros qui bifurquent