Souvenirs illusoires 7. Souvenirs de vies antérieures

Des hypnotiseurs prétendent faire vivre des « régressions en âge » et des vies antérieures à la vie présente. Des expériences montrent que des personnes suggestibles se prêtent naïvement à ces jeux de rôle. Des faits objectifs (p.ex. les réactions à des questions sur des événements de l’époque) montrent qu’il s’agit de constructions imaginaires. Il est à déplorer que des psys se prêtent à ce jeu.

Depuis longtemps, des hypnotiseurs de foire et des hypnothérapeutes font vivre par leurs sujets des « régressions en âge ». La personne hypnotisée est censée retourner à l'âge de cinq ans, par exemple, et retrouver ainsi des expériences de cette époque, telles qu'elles se sont réellement déroulées.

Des recherches expérimentales montrent clairement qu’en fait les sujets jouent un rôle : leurs ondes cérébrales fonctionnent comme celles d’un adulte et nullement comme celles d'un enfant, ils se comportent en fonction des connaissances qu'ils ont des conduites des enfants, leurs performances sont en général nettement supérieures à celles des enfants de l'âge en question, ils parlent « à la manière » d'un enfant, mais la construction d'une partie de leurs phrases est bien plus élaborée que celles d'un enfant [1].

Certains hypnothérapeutes ne se contentent pas de remonter jusqu'à la naissance : ils proposent de « régresser » au-delà de la conception. En avril 1995, une émission de télévision américaine montrait un documentaire sur l'hypnose, dans lequel on voyait une thérapeute hypnotisée qui revivait une de ses vies antérieures, datant du Ier siècle. Elle se comportait comme si elle était fouettée à mort par des soldats. Elle faisait tout pour mourir avec dignité, sans lâcher un cri. Après la séance, elle expliqua que « les cris restés enfouis dans son corps », depuis environ vingt siècles, expliquaient les maux d'estomac dont elle souffrait depuis toujours. Schacter, qui rapporte cet exemple et d'autres du même tonneau, commente : « Des expérimentations ont montré que lorsque les sujets régressent dans leurs “vies antérieures”, ils ont tendance à se souvenir de tout ce que l'hypnotiseur suggère » [2].

vie-anterieure-celebre

Nicholas Spanos et ses collaborateurs ont suggéré à des étudiants canadiens, en état d'hypnose, qu'ils revivaient des vies antérieures [3]. Environ un tiers des étudiants ont « joué le jeu ». Lorsque la suggestion devenait opérante, les expérimentateurs posaient des questions sur des faits historiques facilement vérifiables. Par exemple, une étudiante croyait revivre sa vie de pilote de guerre japonais. Ses expressions et le ton de sa voix évoquaient cette situation. Toutefois, elle était incapable de donner le nom de l'empereur du Japon et ne parlait pas le japonais.

En définitive, toutes les données scientifiques actuelles montrent que les expériences de vies antérieures sont des constructions imaginaires, qui illustrent une fois de plus la malléabilité des souvenirs et la crédulité de l'Homo « sapiens ».

L'aspect le plus inquiétant de la croyance dans la mythologie des vies passées est la naïveté d'une partie des psychothérapeutes. Au début des années 1990, Michael Yapko a posé une série de questions sur l'hypnose à plus de 800 thérapeutes américains (pas nécessairement hypnothérapeutes). À la question « L'hypnose peut-elle être utilisée pour retrouver des souvenirs de vies antérieures ? », 28 % ont répondu « oui » ! La même enquête révélait que la majorité de ces cliniciens ignorait les recherches scientifiques sur l'hypnose ou ne leur accordait guère de crédit [4]. Rien n'est plus facile pour l'homme que de croire.

spanos-de-boeck

Pour en savoir plus : https://www.pseudo-sciences.org/spip.php?article2951

Références

[1] Nash M. (1978) What if anything is regressed about the hypnotic age regression ? A review of the empirical literature. Psychological Bulletin, 102 : 42-52.

[2] Cité par Schacter D. (1999) A la Recherche de la mémoire. Trad., De Boeck, p. 135.

[3] Spanos N.P. et alii (1991) Secondary identity enactments during hypnotic past-life regression : A sociocognitive perspective. Journal of Personality and Social Psychology, 61 : 308-20.

[4] Yapko M.D. (1994) Suggestibility and repressed memories of abuse : A survey of psychotherapists' beliefs. American Journal of Clinical Hypnosis, 36 : 163-71. — Yapko M.D. (1994) Suggestions of Abuse : True and False Memories of Childhood Sexual Trauma. New York : Simon & Schuster.

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.