Souvenirs illusoires 8. Enlèvements par des extraterrestres

Le premier témoignage concernant un OVNI date de 1947. Les témoignages se sont multipliés à partir des années 1960. Ensuite sont soi-disant apparus des extraterrestres, d’abord pacifiques, puis de plus en plus malfaisants. Des thérapeutes se sont spécialisés dans le traitement des victimes d’extraterrestres. Aujourd’hui la communauté scientifique n’accorde guère foi aux récits rapportés.

Le XXe siècle a vu apparaître de prodigieux objets volants fabriqués par des hommes, des romans et des films sur les extraterrestres, ainsi que des objets volants non identifiés, les OVNIS.

Il semble que la première observation d'un ovni remonte à 1947. Le pilote Kenneth Arnold cherchait l'épave d'un avion, quand il aperçut dans le ciel des taches lumineuses ressemblant à des soucoupes. Quelques années plus tard, Arnold n'était plus seul à avoir vu des soucoupes volantes. Tous les Occidentaux en avaient entendu parler.

Dans les années 60, un nombre croissant d'individus ont déclaré avoir vu des vaisseaux spatiaux « non identifiés », mais également des extraterrestres. Les descriptions de ces visiteurs se ressemblaient : des humanoïdes sans cheveux ni oreilles, avec une grande tête, de grands yeux et une fine bouche, de longs bras et des jambes très minces. Des portraits sont apparus dans des magazines et sur des couvertures de livres.

Les premiers extraterrestres étaient pacifiques. François Vorilhon, alias Raël, qui dit en avoir rencontré en 1973 près de Clermont-Ferrand, raconte qu'il a été invité à effectuer un voyage intergalactique au cours duquel il a passé la plus merveilleuse nuit de sa vie, quand six femmes-robots ont satisfait tous ses désirs [1].

rae-l

Raël

Tous les visités, loin s'en faut, n'ont pas eu la chance du fondateur de la secte des raéliens. Dans les années 60, un couple d'Américains, Betty et Barney Hill, grands amateurs de science-fiction, furent les premiers à déclarer avoir été enlevés contre leur gré par des extraterrestres. Au cours du voyage, la femme aurait été soumise à des examens gynécologiques douloureux. Les Hill ont été interrogés par un psychiatre, qui a conclu que les scènes étaient au départ des cauchemars de la femme, des cauchemars ensuite transformés en fantasmes partagés par les conjoints. Pour les Hill, l'enlèvement ne faisait aucun doute. Ils n'hésitèrent pas à l'affirmer dans des interviews pour la télévision et la presse à sensation.

ovni-betty-barney-hill

Betty et Barney Hill

En quelques années, le nombre de cas se sont multipliés de façon stupéfiante et les sévices racontés sont devenus de plus en plus pénibles, du moins en Amérique du Nord. Dans les années 60, les personnes « enlevées » ne l'avaient été qu'une fois. Vingt-cinq ans plus tard, des patients découvraient, « grâce à l'hypnose », qu'ils avaient été enlevés à de multiples reprises depuis l'enfance. Les femmes étaient violées, les hommes subissaient l'introduction d'instruments dans le pénis pour la récolte de sperme.

Depuis les années 80, un nouveau débouché s'est offert aux psys, diplômés ou non : la thérapie des victimes d'extraterrestres. Incroyable mais vrai : plusieurs de ces thérapeutes en sont venus à croire les récits de leurs patients. Un des premiers d'entre eux est Budd Hopkins, un artiste peintre new-yorkais devenu hypnothérapeute, auteur de deux best-sellers sur le sujet. Ses patients, qu'il faisait voyager à travers leur Inconscient grâce à l'imagerie mentale guidée — sous hypnose ou non —, ont pratiquement tous découvert que les extraterrestres les avaient utilisés pour s'approprier du matériel génétique en vue de revitaliser leur propre espèce.

Un des cas les plus étonnants de psys accordant foi aux récits d'enlèvements est John Mack, un psychiatre attaché à la prestigieuse École de médecine de l'université Harvard. Il dit avoir rencontré plus de cent personnes qui ont été en contact avec des extraterrestres. Dans un ouvrage paru en 1995, il décrit en détail treize cas dans Abduction : Human encounters with aliens (New York : Scirbner – Ballantine Books, 1995). Ses patients ont également subi des sévices : les extraterrestres ont pénétré toutes les parties du corps avec des instruments, ils ont pris du sperme chez les hommes et des ovules chez les femmes.

Le psychiatre explique que le traumatisme est tellement violent que la plupart des victimes n'en gardent aucun souvenir conscient et que seuls quelques « symptômes » permettent ensuite de faire le diagnostic. Quels symptômes ? Un sentiment général de vulnérabilité, en particulier la nuit, la peur des hôpitaux, des ascenseurs, des animaux et des contacts sexuels. Seul un thérapeute spécialisé peut alors pénétrer au « cœur de la névrose » et procéder à la remémoration rédemptrice. La théorie freudienne de 1895-96, relookée, reprend du service…

Faut-il préciser que les collègues de Harvard n'ont pas du tout apprécié ? À ces positivistes bornés, Mack répond qu'il est grand temps de reconnaître « la possibilité qu'il existe des univers parallèles et d'autres dimensions de la réalité, dont des informations et des matériaux peuvent entrer dans notre monde physique » [2].

Aujourd'hui, à de rares exceptions près, les scientifiques sont convaincus de l'inexistence de visiteurs extraterrestres. La perception d'ovnis peut avoir diverses causes, qui s'expliquent pratiquement toutes par la science contemporaine [3].

Les gens qui croient avoir eu des contacts avec des extraterrestres sont-ils des malades mentaux, des délirants, des hystériques ? À l'université Carleton (Canada), l'équipe de Spanos a procédé à un examen psychologique de 31 personnes déclarant avoir été en contact direct avec des extraterrestres ou des ovnis [4]. Dans l'ensemble, ces personnes ne souffraient pas de troubles psychologiques importants. Ils se caractérisaient par la croyance sans réserve dans des phénomènes paranormaux (réincarnation, télépathie, etc.), une forte imagination et des sensations corporelles inhabituelles.

Pour en savoir plus sur les OVNI :

Jean Bricmont : https://www.pseudo-sciences.org/spip.php?article834

Thèse de doctorat de Jean-Michel Abrassart : Ecouter :

https://www.scepticisme-scientifique.com/episode-357-le-modele-sociopsychologique-du-phenomene-ovni/

Lire : Le modèle sociopsychologique du phénomène OVNI. Presses universitaires de Louvain, 2016, 330 p.

https://www.pseudo-sciences.org/spip.php?article91

L’AFIS a publié dans sa revue « Science et pseudo-sciences » un dossier sur les extraterrestres : 2018, n° 326, p. 39-580. En principe, d’ici quelques mois, les articles seront en ligne sur le site http://www.pseudo-sciences.org/

ovni-abrassart

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.