La plus horrible des fake news

Avoir prétendu que les masques étaient non seulement inutiles, mais éventuellement nocifs. Une fake news criminelle, responsable de milliers de morts.

 

Avoir prétendu que les masques étaient non seulement inutiles, mais éventuellement nocifs. Une fake news criminelle, responsable de milliers de morts. Une fake news pourtant évidente : Quel sens ça pouvait avoir de réserver les masques aux malades (et au personnel de santé) quand on ne testait pas pour savoir qui était malade ? Tous les pays qui avaient contrôlé la pandémie l’avaient fait d’abord en utilisant les masques, ensuite avec les mesures de précaution (se laver les mains etc…), et enfin seulement, en dernier ressort en confinant, si possible uniquement les foyers infectieux ? Stratégie juste bonne pour les asiatiques !   Le problème est que la principale fake news de cette pandémie est venue des autorités sanitaires, scientifiques gouvernementales, aussi bien françaises qu’américaines.

Trump et Macron ont utilisé les mêmes mots pour indiquer qu’ils avaient « les meilleurs médecins, les meilleurs biologistes, le meilleur système de santé[1] »!

Il serait cocasse, si ce n’était tragique, de les voir aujourd’hui s’offusquer  de toutes les fake news qui trainent : ils leur ont ouvert la porte.

 

[1] « Google peut nous prévenir quand la nouvelle épidémie de virus aura lieu ». Kevin Kelli, gourou américain du numérique, fondateur du magazine Wired : dans « The inevitable » 2016.

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.