jacques.lancier
Communiste sans parti.
Abonné·e de Mediapart

24 Billets

0 Édition

Billet de blog 11 nov. 2021

« Chèque énergie », « indemnité d’inflation », etc. primes à l’exploitation !

Différentes primes comme aussi la « prime d’activité », sont périodiquement versées pour compenser les bas salaires d’une fraction parfois importante de la population active en France : en dessous de 2000 € nets de revenu mensuel, pour l’indemnité inflation de 100 € par exemple. Donc plus de 60% de la population active y a « droit ». Par peur de la révolte, (parfois aussi par compassion),

jacques.lancier
Communiste sans parti.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

les puissants se sentent obligés de compenser la pauvreté qu’engendre le système qu’ils défendent. Il leur faut compenser le fait que la richesse des 1% s’accroit continument parce que la part des profits augmente au détriment des salaires.

Choisir les primes ou les dégrèvements des cotisations de prestations sociales, plutôt que l’augmentation des salaires permet de masquer l’essentiel : l’exploitation des salariés. Cela a l’avantage pour les dominants de faire croire que leur richesse vient d’ailleurs que de l’exploitation.  Cela leur permet aussi d’instiller l’idée que les classes populaires sont assistées, qu’une bonne fraction d’entre elles sont « inutiles » comme l’écrivent des idéologues comme Christophe Guilluy ou Yuval Noah Harari. Outre le fait de tenter de délégitimer leur lutte, de leur « casser le moral », cela permet de fractionner les classes populaires.  C’est ce que tente encore le directeur du « think tank » Terra Nova, Thierry Pech dans une récente tribune du Monde (8/11/2021).  Politique de division qui s’ajoute à d’autres, comme celle qui consiste à considérer les immigrés comme extérieurs aux classes populaires dont ils sont pourtant une composante essentielle. Ce qui permet ensuite à l’extrême droite de tenter d’opposer les intérêts des classes populaires à celle des immigrés !

Ces primes et autres dégrèvements sont financés par le budget public, donc par les impôts. La TVA qui touche tout le monde, mais en priorité les classes populaires obligées de consommer tout leur revenu, et les impôts directs payés essentiellement par les classes moyennes - 29% de la population active - et la fraction supérieure des classes populaires. A peine 50% des actifs en France payent l’impôt direct. Les 1% les plus riches comme on sait y échappent presque totalement. Il s’agit ici d’opposer les classes moyennes « pressurées » aux classes populaires « assistées ».  Les 1% tentent de diviser les 99%.

Compenser la pauvreté par des primes pompées sur le budget public se fait évidemment au détriment des investissements dans les infrastructures, les hôpitaux, les écoles, la justice etc… Cela se fait au détriment de tous. Au final ayant pour rôle essentiel de masquer l’exploitation, ces primes sont essentiellement des primes à l’exploitation et à son maintien. Elles participent à l’immense transfert des richesses communes vers des intérêts privés. Elles se font au profit des 1% et au détriment des classes populaires (70%) comme des classes moyennes (29%).     

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Économie
« Tout augmente, sauf nos salaires »
Des cortèges de travailleurs, de retraités et de lycéens ont défilé jeudi, jour de grève interprofessionnelle, avec le même mot d’ordre : l’augmentation générale des salaires et des pensions. Les syndicats ont recensé plus de 170 rassemblements. Reportage à Paris.
par James Gregoire et Khedidja Zerouali
Journal — Écologie
En finir avec le « pouvoir d’achat »
Face aux dérèglements climatiques, la capacité d’acheter des biens et des services est-elle encore un pouvoir ? Les pensées de la « subsistance » esquissent des pistes pour que le combat contre les inégalités et les violences du capitalisme ne se retourne pas contre le vivant. 
par Jade Lindgaard
Journal — Politique économique
L’inflation relance le débat sur l’augmentation des salaires
Avec le retour de l’inflation, un spectre resurgit dans la sphère économique : la « boucle prix-salaires », qui serait synonyme de chaos. Mais ce récit ancré dans une lecture faussée des années 1970 passe à côté des enjeux et de la réalité.
par Romaric Godin
Journal
La grande colère des salariés d’EDF face à l’État
Ulcérés par la décision du gouvernement de faire payer à EDF la flambée des prix de l’électricité, plus de 42 % des salariés du groupe public ont suivi la grève de ce 26 janvier lancée par l’intersyndicale. Beaucoup redoutent que cette nouvelle attaque ne soit que les prémices d’un démantèlement du groupe, après l’élection présidentielle.
par Martine Orange

La sélection du Club

Billet de blog
« Je ne vois pas les sexes » ou la fausse naïveté bien-pensante
Grand défenseur de la division sexuée dans son livre, Emmanuel Todd affirme pourtant sur le plateau de France 5, « ne pas voir les sexes ». Après nous avoir assuré que nous devions rester à notre place de femelle Sapiens durant 400 (longues) pages, celui-ci affirme tout à coup être aveugle à la distinction des sexes lorsque des féministes le confrontent à sa misogynie…
par Léane Alestra
Billet de blog
Les crimes masculinistes (12-12)
Depuis une dizaine d'années, les crimes masculinistes augmentent de manière considérable. Cette évolution est principalement provoquée par une meilleure diffusion - et une meilleure réception - des théories MGTOW, mais surtout à l'émergence de la communauté des incels, ces deux courants radicalisant le discours misogyne de la manosphère.
par Marcuss
Billet de blog
En Afghanistan, on décapite impunément les droits des femmes
Les Talibans viennent d’édicter l’interdiction de toute visibilité du visage féminin dans l’aire urbaine, même celle des mannequins exposés dans les commerces. Cette mesure augure mal pour l’avenir des droits de la population féminine, d’autant qu’elle accompagne l’évacuation forcée des femmes de l’espace public comme des institutions, établissements universitaires et scolaires de l’Afghanistan.
par Carol Mann
Billet de blog
Traverser la ville à pieds, être une femme. 2022
Je rentrais vendredi soir après avoir passé la soirée dehors, j'étais loin de chez moi mais j'ai eu envie de marcher, profiter de Paris et de ces quartiers où je me trouvais et dans lesquels je n'ai pas souvent l'occasion de passer. Heureusement qu'on m'a rappelé, tout le trajet, que j'étais une femme. Ce serait dommage que je l'oublie.
par Corentine Tutin