jacques.lancier
Communiste sans parti. Auteur de "Réinventer le communisme" et de "L'Irruption des prolétaires"
Abonné·e de Mediapart

42 Billets

0 Édition

Billet de blog 18 sept. 2022

jacques.lancier
Communiste sans parti. Auteur de "Réinventer le communisme" et de "L'Irruption des prolétaires"
Abonné·e de Mediapart

Fabien Roussel / François Ruffin / Sandrine Rousseau

Fabien Roussel à la fête de l’Huma le 9 Septembre 2022 a prétendu défendre la « gauche du travail face à la gauche des allocations et des minima sociaux ». Il est vrai que le monde du travail est parcouru, au-delà même des différences individuelles telles que la force, l’habileté, l’intelligence, la santé, etc. par des différences collectives multiples :

jacques.lancier
Communiste sans parti. Auteur de "Réinventer le communisme" et de "L'Irruption des prolétaires"
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

métiers, salaires, métropole, quartiers, rural, nationalités, en activité, en retraite, au chômage etc. L’un de ces clivages sur lequel Roussel a choisi d’insister est celui d’être bénéficiaire des minima sociaux ou non. Aucune des caractéristiques listées ci-dessus n’est forcément permanente. Les frontières entre elles peuvent être floues : on peut n’être que temporairement au chômage, vivre temporairement des allocations etc.

Le lumpen prolétariat

Parmi tous ces sous-groupes du prolétariat il y en a un que Karl Marx appelait le Lumpen prolétariat dont Wikipedia nous indique que ce sont les « Éléments déclassés, voyous, mendiants, voleurs, policiers, indicateurs de police, etc ».  Il est certain qu’une frange de ces éléments profite aujourd’hui des prestations sociales acquises de haute lutte par le mouvement ouvrier. Cependant si des déclassés refusant le travail font partie des « cassos », tous les « cassos » ne sont pas des déclassés. François Ruffin dans son billet de blog sur Mediapart a tout à fait raison de se démarquer de Roussel et de lui reprocher d’opposer deux fractions de travailleurs.

Opposer des travailleurs entre eux se fait bien sûr au profit des 1% dont les sommes qu’ils leurs extorquent se comptent en centaines de milliards, sans commune mesure avec la fraude aux allocs.  L’exploitation passe ainsi au second plan. Il est vrai que le mouvement ouvrier doit se démarquer du lumpen prolétariat car comme l’indique Karl Marx dans Le Manifeste du Parti communiste : « Quant au lumpenprolétariat, ce produit passif de la pourriture des couches inférieures de la vieille société, il peut se trouver, çà et là, entraîné dans le mouvement par une révolution prolétarienne ; cependant, ses conditions de vie le disposeront plutôt à se vendre à la réaction ». Ce rôle négatif du lumpen prolétariat s’est malheureusement confirmé à de multiples occasions dans l’histoire en particulier lors des mobilisations fascistes.

L’aristocratie ouvrière :

Mais si le mouvement ouvrier doit se démarquer des éléments déclassés du lumpen prolétariat il y a une frange encore plus dangereuse, dont il doit aussi se méfier. Celle qui se situe à l’autre extrémité si on peut dire du prolétariat, et c’est l’aristocratie ouvrière. Lénine observe dès 1917 : « le capitalisme a assuré une situation privilégiée à une poignée (moins d'un dixième de la population du globe ou, en comptant de la façon la plus "large" et la plus exagérée, moins d'un cinquième) d'Etats particulièrement riches et puissants, qui pillent le monde entier par une simple "tonte des coupons". … On conçoit que ce gigantesque surprofit (car il est obtenu en sus du profit que les capitalistes extorquent aux ouvriers de "leur" pays) permette de corrompre les chefs ouvriers et la couche supérieure de l'aristocratie ouvrière. Et les capitalistes des pays "avancés" la corrompent effectivement : ils la corrompent par mille moyens, directs et indirects, ouverts et camouflés. Cette couche d'ouvriers embourgeoisés ou de « l’aristocratie ouvrière », entièrement petit-bourgeois par leur mode de vie, par leurs salaires, par toute leur conception du monde, est le principal soutien … de la bourgeoisie. Car ce sont de véritables agents de la bourgeoisie au sein du mouvement ouvrier, des commis ouvriers de la classe des capitalistes, de véritables propagateurs du réformisme et du chauvinisme. Dans la guerre civile entre prolétariat et bourgeoisie, un nombre appréciable d'entre eux se range inévitablement aux côtés de la bourgeoisie, aux côtés des "Versaillais" contre les "Communards". Si l'on n'a pas compris l'origine économique de ce phénomène, si l'on n'en a pas mesuré la portée politique et sociale, il est impossible d'avancer d'un pas dans l'accomplissement des tâches pratiques du mouvement communiste et de la révolution sociale à venir[1] ». On ne se rappelle pas avoir entendu Roussel ni aucun autre dirigeant de la gauche actuelle nous mettre en garde contre elle ? Pourtant cette analyse remarquable de Lénine est encore tout à fait décisive pour comprendre le monde d’aujourd’hui. Il est vrai que Roussel se targue d’avoir lu le Manifeste de Marx très tard. Il n’en est pas encore rendu à Lénine !

Cette aristocratie ouvrière qui n’a fait que se développer depuis Lénine est aujourd’hui très proche en salaires et en mode de vie des classes moyennes. Au fond la polémique Sandrine Rousseau / Fabien Roussel sur le barbecue condamné par Rousseau et sur le droit à la paresse promue par elle face à Roussel donne l’impression qu’une leader des classes moyennes, Rousseau, dispute à un leader de l’aristocratie ouvrière, Roussel, le leadership des luttes. Ces deux franges font partie des 99%, du peuple, dont l’unité est nécessaire face aux privilèges des 1%. On a vu que Lénine n’écarte que « la couche supérieure de l’aristocratie ouvrière ». Mais classes moyennes et aristocratie ouvrière ne constituent cependant que 30% des 99%. Les 70% des classes populaires qui luttent de façon éparse ne sont pas, ou mal représentés politiquement. Comme on sait ces classes populaires électoralement, essentiellement s’abstiennent, puis se répartissent sur tout l’échiquier politique.  C’est un peu le constat commun que font Roussel et Ruffin, même si ce dernier accuse le premier de lui « donner le baiser de la mort ».  Le mépris d’une gauche composée essentiellement de membres des classes moyennes, à l’égard des luttes des classes populaires. A ceci près que Roussel voit encore dans l’aristocratie ouvrière la quintessence de la classe ouvrière et divise cette dernière, quand Ruffin à juste titre la voit émerger du côté des gilets jaunes que la gauche bobo a méprisé, et cherche l’unité.

Les immigrés :

Tous deux se retrouvent sur autre point décisif, déjà anticipé dans le texte de Lénine cité plus haut : négliger la fraction immigrée de la classe ouvrière, qui en constitue près du quart en France, et près du tiers dans le monde. Lorsque Roussel déclare « Quand on ne bénéficie pas du droit d’asile on a vocation à rentrer chez soi » on est obligé de comprendre, puisque 25% seulement des demandeurs d’asile reçoivent une réponse positive, qu’il veut en expulser 75%. Si certains déclassés profitent des allocs, d’autres, ou les mêmes, peuvent aussi verser dans la délinquance. Attendez-vous donc à voir Fabien Roussel découvrir un jour que les prisons françaises sont au tiers remplies d’immigrés ou de descendants d’immigrés alors qu’ils ne forment que 23% de la population en France. Roussel, qui manifeste avec la police ne l’oublions pas, s’en prendra alors à eux, oubliant que ces condamnés d’origine étrangères ne forment pourtant que 0,15 % de l’ensemble des immigrés, de même qu’il oublie que les allocataires des prestations sociales ne sont qu’une fraction à être des parasites.

Il poursuit ainsi la politique agressive chauvine de son mentor Georges Marchais qui avait lancé en 1980 une grande campagne « Produisons français ! ». Il a suffi au FN de compléter « Avec des Français » … Georges Marchais avait pavé le chemin. Y compris à coup de bulldozer. A Noel 1980, dans la foulée de la campagne, des militants « communistes », dont le maire de la ville, avaient saccagé de cette façon un foyer d’immigrés à Vitry… Roussel représente un courant désastreux présent de longue date dans le PC français qui ne s’oppose pas aux immigrés par hasard. Ces derniers, produit de l’impérialisme comme l’aristocratie ouvrière, en sont l’antithèse et en font rarement partie.  

Ruffin quant à lui réclame dans son billet de blog une viande « produite ici », et on comprend qu’il n’a pas en vue que la viande ! Il termine par un appel à « Ma France » … Toujours prisonnier du carcan chauvin de LFI, marseillaise, drapeau tricolore, références constantes à la révolution bourgeoise de 1789, celle qui interdisait aux ouvriers de s’organiser, celle qui a créé la notion d’étranger et donc d’immigré, contribuant à diviser les travailleurs.

Cette discussion permet cependant de préciser l’analyse de classes en France. Peut-être qu’un jour les dirigeants de gauche, ayant enfin lu le « Manifeste » de Marx, puis « L’Impérialisme » de Lénine, en arriveront à savoir distinguer l’ennemi principal, les 1%, des divisions secondaires qui traversent les travailleurs, les « cassos » par exemple. A cette occasion la lecture de « De la contradiction » de Mao pourra leur être utile.       

[1] Lénine, « L’impérialisme, stade suprême du capitalisme » 1917. 

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Entre les États-Unis et l’Europe, l’ombre d’une guerre commerciale
L’adoption d’un programme de 369 milliards de dollars par le gouvernement américain, destiné à attirer tous les groupes sur son territoire, fait craindre une désindustrialisation massive en Europe. Les Européens se divisent sur la façon d’y répondre. 
par Martine Orange
Journal — Services publics
« RER régionaux » : une annonce qui masque la débâcle des transports publics
En lançant soudainement l’idée de créer des réseaux de trains express dans dix métropoles françaises, Emmanuel Macron espère détourner l’attention du délabrement déjà bien avancé de la SNCF et de la RATP, et du sous-investissement chronique de l’État.
par Dan Israel et Khedidja Zerouali
Journal — Fiscalité
Le budget de la ville de Paris est-il vraiment une escroquerie ?
Le ministre des comptes publics Gabriel Attal estime que la gestion budgétaire de la mairie de Paris s’apparente à une pyramide de Ponzi. Une vision caricaturale, qui plus est venant d’un gouvernement qui creuse le déficit de l’État à coups de baisses d’impôts.  
par Mathias Thépot
Journal
La ministre Caroline Cayeux démissionne en raison d’un patrimoine « sous-évalué »
Caroline Cayeux a démissionné de son poste de ministre déléguée aux collectivités territoriales. La Haute Autorité pour la transparence de la vie publique s’apprêtait à statuer sur son cas, lui reprochant des irrégularités dans sa déclaration de patrimoine.
par Ilyes Ramdani

La sélection du Club

Billet de blog
Témoignage d'une amie Iranienne sur la révolution en Iran
Témoignage brut d'une amie Iranienne avec qui j'étais lorsque la révolution a débuté en Iran. Ses mots ont été prononcés 4 jours après l'assassinat de Masha Amini, jeune femme Kurde de 22 ans tuée par la police des moeurs car elle ne portait pas bien son hijab.
par maelissma
Billet de blog
Dieu Arc-en-Ciel
« Au nom du Dieu Arc-en-ciel ». C'est ainsi que Kian Pirfalak (10 ans) commençait sa vidéo devenue virale depuis sa mort, où il montrait son invention. Tué à Izeh par les forces du régime le 16 Novembre. Sa mère a dû faire du porte-à-porte pour rassembler assez de glaçons et conserver ainsi la dépouille de son fils à la maison pour ne pas que son corps soit volé par les forces de l’ordre à la morgue.
par moineau persan
Billet de blog
Lettre d'Iraniens aux Européens : « la solidarité doit s'accompagner de gestes concrets »
« Mesdames et messieurs, ne laissez pas échouer un soulèvement d’une telle hardiesse, légitimité et ampleur. Nous vous demandons de ne pas laisser seul, en ces temps difficiles, un peuple cultivé et épris de paix. » Dans une lettre aux dirigeants européens, un collectif d'universitaires, artistes et journalistes iraniens demandent que la solidarité de l'Europe « s'accompagne de gestes concrets, faute de quoi la République islamique risque de durcir encore plus la répression ».
par Les invités de Mediapart
Billet de blog
Révolution kurde en Iran ? Genèse d’un mouvement révolutionnaire
Retour sur la révolte en Iran et surtout au Rojhelat (Kurdistan de l’Est, Ouest de l’Iran) qui a initié le mouvement et qui est réprimé violemment par le régime iranien dernièrement (plus de 40 morts en quelques jours). Pourquoi ? Voici les faits.
par Front de Libération Décolonial