Quitter la coalition antichinoise.

Le camouflet commercial et politique infligé à la France par l’Australie, les États Unis et la Grande Bretagne indique qu’il faut que la France rompe avec une coalition à laquelle elle a tenté à plusieurs reprises de participer, par exemple en envoyant des bateaux de guerre comme le porte avion Charles De Gaulle patrouiller dans « l’indo pacifique ».

Ceci sans aucune discussion démocratique au parlement français. Rappelons que toute cette agitation concerne la mer de Chine et non la Méditerranée ou la mer des Caraïbes ! Ce sont les pays occidentaux qui encerclent la Chine, pas l’inverse ! La France qui se targue d’un « empire maritime » grâce à des eaux territoriales étendues autour du reste de ses colonies, n’a aucune justification pour refuser à la Chine d’avoir elle aussi des eaux territoriales. Tout cela est inquiétant. D’autant plus qu’on venait d’apprendre que le chef d’état-major américain, le général Milley s’était senti obligé, à deux reprises, de prévenir son équivalent chinois que Trump (qui l’avait pourtant nommé), risquait, pour des raisons de politique intérieure, de tenter de déclencher une guerre. Les derniers événements prouvent à quel point il serait extrêmement dangereux de suivre des partenaires aussi peu fiables dans leurs aventures anti chinoises. L’affaire est un enseignement aussi pour tous les pays du monde : après l’abandon de l’Afghanistan, si le pouvoir américain traite ainsi la France, l’une des puissances économiques et militaires mondiales (5ème ? 6ème ?) et son premier allié historique, tous les pays doivent s’attendre au pire !

 Cependant l’affaire des sous-marins a un côté réjouissant : il prouve une fois de plus que les coalitions réactionnaires sont minées par la cupidité, l’hypocrisie et les rivalités. L’ennemi est plus faible qu’il n’y parait ! Pour les travailleurs il faut :

  • Constater que rappeler les ambassadeurs c’est bien, marquer la volonté de quitter l’Otan serait encore mieux, et pour ce faire, rallier les pays européens à cette idée.
  • Arrêter toutes les interventions militaires françaises, en particulier au Sahel.
  • Prendre conscience qu’une industrie basée sur le commerce d’armes, dont la France est le 3ème exportateur mondial, n’est pas une perspective viable.
  • Rompre totalement avec la coalition anti chinoise, ni l’Aukus (Australie, UK, USA), ni le Quad (USA, Australie, Japon, Inde) !
  • Refuser toutes les mobilisations vers une préparation à des guerres qui peuvent être commerciales, d’abord mais risquent toujours de dégénérer.

On a peu entendu les leaders de gauche là-dessus ?

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.