Comment évaluer une source d'informations ? Une question de confiance

Je vais simplement vous partager comment j'évalue une source. C'est une question cruciale aujourd'hui, quand information de confiance et désinformation/intox/propagande se mélangent, quand la désinformation est déguisée en information. Nous devons apprendre à détecter si telle source est crédible ou pas.

Pour moi, la base, c'est ma confiance en cette source, plus précisément ma confiance en les personnes qui font cette source, une confiance qui se construit dans le temps au fur et à mesure de ma relation avec ce média. On remarquera que si j'ai confiance en une source, une autre personne peut très bien ne pas avoir confiance en cette source, car c'est une question de relation, de fréquentation entre une personne et une source. Ma confiance est donc relative. Je ne peux pas affirmer que telle source est crédible dans l'absolu. Mon jugement est personnel.

De mon point de vue de lecteur qui cherche à se former (je suis autodidacte) et à s'informer, j'appelle source un auteur de livres ou d'articles, ou en généralisant tout fournisseur d'informations par le son, l'image, la vidéo.

Donc l'évaluation positive d'une source se construit dans une confiance croissante au fur et à mesure que cette source me donne ses infos. Inversement, si une source embrouille ses infos en propageant des non-dits cachés entre les lignes, des erreurs de raisonnement (voir mon billet "Au sujet d'une page du site web du Ministère de la Santé : dits et non-dits"), ou cherche à nous convaincre en nous fournissant une version qui arrange le pouvoir politique, ou une industrie, alors cette source nous dit qu'elle n'est pas fiable et que les infos qu'elle transmet ne sont pas crédibles.

C'est tout à fait comme la confiance qui se construit dans la relation entre deux personnes. Cela prend du temps. Au début on ne sait pas si la confiance va venir, et puis elle se construit dans la relation.

La confiance entre les personnes est une trame fondamentale et indispensable de la société : j'ai confiance en un ami, un conjoint, un boulanger, un garagiste, un conducteur arrêté par un feu rouge quand je passe au vert, un cuisinier qui s'est bien lavé les mains, le maire de mon village, ... La confiance se construit avec l'intuition : je sens que je peux faire confiance.

Je propose un autre critère, de moindre importance : est-ce que la source est puissante, ou est-elle discrète ? On pourrait croire que la source puissante est crédible, et que la source discrète est sans intérêt. Eh bien non, la source discrète est à fréquenter un peu pour se faire une idée. Et la source puissante est peut-être bien une source de désinformation. Et là il faut faire un grand zoom arrière, c'est-à-dire inclure dans notre évaluation d'une source tout le système financier, industriel, politique dans lequel elle baigne : à qui appartient cette source, quel sont les liens entre le propriétaire et le pouvoir politique ? Autrefois, il y a eu des exemples de sources puissantes de confiance. Par exemple, j'ai eu confiance en Le Monde, ou Libération.

Pour terminer, je vais prendre l'exemple de ma relation à Médiapart. À sa création, je me suis abonné, sans prendre la mesure de l'énorme intérêt de son aspect participatif, puis je ne l'ai plus fréquenté. Puis récemment, comme je suis abonné à Thinkerview, je suis tombé sur l'interview d'Edwy Plesnel (Mediapart : Benalla, Macron, le journalisme menacé ?), et c'est là que la relation de confiance a recommencé, la confiance en une personne d'abord. Puis j'ai refréquenté le site, et ma confiance s'est élargie au média, puis je me suis réabonné, et maintenant, j'ai confiance dans les infos diffusées, et je profite pleinement de son aspect participatif.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.