Jade Lindgaard
Journaliste à Mediapart

45 Billets

13 Éditions

Billet de blog 2 juil. 2021

« Ce 29 juin 2021, nous avons désarmé le béton »

Du 29 juin au 1er juillet, plusieurs centaines de personnes ont successivement occupé et bloqué un terminal cimentier, trois centrales à béton et un dépôt de sable et granulats de Lafarge-Holcim, ainsi qu’une usine de béton d’Eqiom. Des dégradations y ont été volontairement commises pour empêcher le redémarrage des machines.

Jade Lindgaard
Journaliste à Mediapart

« Nos désirs font désordre », « Rêve générale », « Pensée pour les familles des vitrines », « Des potirons pas du béton », « Joyeux bordel »… :  l’art de la métaphore, du jeu de mots, de la punchline ou du paradoxe est une figure classique du slogan militant. 

Mais c’est de façon tout à fait littérale qu’il faut comprendre le mot d’ordre des actions de blocage et de perturbation de l’industrie du béton qui se sont déroulées, à l’appel des Soulèvements de la terre, au port de Gennevilliers (Hauts-de-Seine) et à Paris, du 29 juin au 1er juillet : « Désarmer le béton ».

Pendant trois jours, plusieurs centaines de personnes ont successivement occupé et bloqué un terminal cimentier, trois centrales à béton et un dépôt de sable et granulats de Lafarge-Holcim, ainsi qu’une usine de béton d’Eqiom. Les murs de ces installations ont été recouverts de nombreux slogans. Des abris y ont été bricolés pour permettre aux activistes d’y passer une nuit. Des banderoles ont été accrochées aux machines. 

Mais pas seulement. Des dégradations y ont été volontairement commises pour empêcher le redémarrage des machines, comme le montre les images du communiqué vidéo du Grand Péril Express publié sur Lundimatin.

 Bétonnage de voie ferrée et de machines, ensablement du réservoir de gasoil d’un engin industriel, découpe à la pince de câbles de machines, déversement d’huiles sur des rouages : des actes de sabotage ont été commis, revendiqués en tant que tels pour « mettre hors d’état de nuire » ces sites de production. Quand les activistes se réjouissent dans ce communiqué de ce que « ce 29 juin 2021, nous avons désarmé le béton », c’est donc au sens propre du terme qu’il faut entendre la phrase. Le groupe Lafarge a aussitôt annoncé à France Info qu’il porterait plainte. Et précisé à France Bleu que « les dégâts à Gennevilliers vont effectivement [l’]embêter pendant une certaine période ». 


Sur le site d’Eqiom, occupé de la fin de la matinée du 29 au petit matin du 30 juin, une barricade a été construite avec des sacs de ciment pour bloquer la grille d’entrée du site et empêcher les camions-toupies de passer. Pendant les premières heures de l’action, certains ouvriers présents sur le site sont venus discuter avec les militant·e·s habillé·e·s en combinaison blanche et masqué·e·s pour protéger leur anonymat. Une fois passée la colère contre l’intrusion, les salariés du groupe se sont montrés ouverts à la discussion et à l’écoute des activistes, souvent beaucoup plus jeunes qu’eux (« Vous avez l’âge de ma fille », a-t-on plusieurs fois entendu). Loin des clivages stéréotypés entre « prolos » et « écolos bobos », ils ont dit leur attachement à l’écologie. Mais aussi leur besoin de payer les traites de leur voiture et de leur logement, et donc de faire ce travail-là, le seul actuellement à leur disposition, dans le béton.

Qu’ont-ils pensé du sabotage de certaines de leurs machines ? Ces sites doivent « servir à construire des logements, des écoles, des hôpitaux, des chantiers d’utilité collective, des chantiers d’infrastructures de transport, notamment », a déclaré au micro de France Bleu Paris Loïc Leuliette, directeur de la communication de Lafarge, présent sur un des lieux de l’occupation. 

Mais pour les activistes du Grand Péril Express, parmi lesquels des militant·e·s d’Extinction Rebellion, le problème se situe à un autre niveau. Ils refusent les impacts écologiques et sociaux de la production du ciment et du béton, matériaux les plus utilisés au monde, au point d’être devenus des marqueurs de l’Anthropocène. La fabrication de béton est à l’origine d’une pollution endémique, en partie illégale mais en partie ni mesurée ni contrôlée, de la Seine ainsi que de l’air de Paris et de sa périphérie, comme Mediapart a commencé à le documenter.

Le groupe Lafarge est particulièrement sur la sellette du fait de ses accords secrets passés avec Daech pour maintenir l’activité d’une usine en Syrie, au cœur d’une procédure judiciaire (lire ici).

Et les chantiers de construction et du BTP font travailler des ouvriers précaires, bien souvent sous-traitants, parfois sans papiers et sans protection digne, dans des conditions de stress et de danger parmi les pires de ce qu’on peut trouver. 

Sur une usine à béton du quartier de Bercy, jeudi 1er juillet, dans l’après-midi, « dès l’arrivée des activistes, immédiatement et sans sommation, Lafarge a déversé pendant une heure les résidus de cuve sur les militant·es, au mépris des personnes et de leur sécurité, ont dénoncé les Soulèvements dans un autre communiqué. Lors de cette action, il n’y a pas eu de communication possible avec la direction de Lafarge, malgré la présence de médiateur·trices parmi les activistes. La seule réponse de Lafarge a été de rincer les fonds de cuves sur les militant·es. »

Pour les activistes bloqueurs et saboteurs du Grand Péril Express, le béton est une « arme de destruction massive » à éliminer. Leur expression rappelle qu’en français, le choix a été fait de traduire « reinforced concrete » par « béton armé ». Cela ouvre une piste pour lire leur action comme une forme de radicale non-violence. Comme enrayer volontairement le canon d’un fusil, démonter un char d’assaut ou bloquer la détonation d’une bombe. Désarmer le béton, ou l’art de la non-métaphore. 

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Politique
Pap Ndiaye fait déjà face au cyclone raciste
La nomination de Pap Ndiaye au ministère de l’éducation nationale a fait remonter à la surface le racisme structurel de la société française et de sa classe politique, une vague qui charrie avec elle la condition noire et la question coloniale. La réaction de l’exécutif, Emmanuel Macron en tête, donnera une première indication sur la tonalité du quinquennat.
par Ilyes Ramdani
Journal — États-Unis
Dans le Missouri, l’avortement a déjà presque disparu
En juin prochain, la Cour suprême des États-Unis abrogera probablement l’arrêt « Roe v. Wade », qui a fait de l’accès à l’IVG un droit constitutionnel. Mais dans le Missouri, État conservateur du Midwest, cela fait des années que les interruptions volontaires de grossesse se réduisent à peau de chagrin.
par Alexis Buisson
Journal — Violences conjugales
Johnny Depp/Amber Heard : un risque que les procès en diffamation sapent #MeToo
Le procès en diffamation qui oppose depuis plusieurs semaines Johnny Depp à son ex-épouse, l’actrice Amber Heard, ne cesse de susciter le malaise. Outre le côté spectacle, la diffamation apparaît ici détournée de son objectif premier. Au risque de bâillonner de potentielles victimes dans d’autres affaires. 
par Patricia Neves
Journal — International
« Sauver l’Amérique », huit ans dans les pas de ceux qui prêchent l’intolérance
Qui sont ces prédicateurs qui tentent d’imposer leur radicalisation religieuse aux États-Unis ? Qui parviennent, alors qu’une majorité d’Américains soutiennent l’IVG, à guider le bras de la Cour suprême dans un projet de décision très défavorable au droit constitutionnel à l’avortement ? Thomas Haley a suivi l’un d’entre eux, filmant ses prêches, ses actions, sa vie de famille. Glaçant.
par Thomas Haley

La sélection du Club

Billet de blog
Marche contre Monsanto-Bayer : face au système agrochimique, cultivons un autre monde !
« Un autre monde est possible, et il est déjà en germe. » Afin de continuer le combat contre les multinationales de l’agrochimie « qui empoisonnent nos terres et nos corps », un ensemble d'activistes et d'associations appellent à une dixième marche contre Monsanto le samedi 21 mai 2022, « déterminé·es à promouvoir un autre modèle agricole et alimentaire, écologique, respectueux du vivant et juste socialement pour les paysan·nes et l'ensemble de la population ». 
par Les invités de Mediapart
Billet de blog
Rapport Meadows 9 : la crise annoncée des matières premières
La fabrication de nos objets « high tech » nécessite de plus en plus de ressources minières rares, qu'il faudra extraire avec de moins en moins d'énergie disponible, comme nous l'a rappelé le précédent entretien avec Matthieu Auzanneau. Aujourd'hui, c'est Philippe Bihouix, un expert des questions minières, qui répond aux questions d'Audrey Boehly.
par Pierre Sassier
Billet de blog
L'effondrement de l'écologie de marché
Pourquoi ce hiatus entre la prise de conscience (trop lente mais réelle tout de même) de la nécessité d’une transformation écologique du modèle productif et consumériste et la perte de vitesse de l’écologie politique façon EELV ?
par jmharribey
Billet d’édition
Pour une alimentation simple et saine sans agro-industrie
Depuis plusieurs décennies, les industries agro-alimentaires devenues des multinationales qui se placent au-dessus des lois de chaque gouvernement, n’ont eu de cesse pour vendre leurs produits de lancer des campagnes de communication aux mensonges décomplexés au plus grand mépris de la santé et du bien-être de leurs consommateurs.
par Cédric Lépine