Jade Lindgaard
Journaliste à Mediapart

45 Billets

13 Éditions

Billet de blog 2 juil. 2021

« Ce 29 juin 2021, nous avons désarmé le béton »

Du 29 juin au 1er juillet, plusieurs centaines de personnes ont successivement occupé et bloqué un terminal cimentier, trois centrales à béton et un dépôt de sable et granulats de Lafarge-Holcim, ainsi qu’une usine de béton d’Eqiom. Des dégradations y ont été volontairement commises pour empêcher le redémarrage des machines.

Jade Lindgaard
Journaliste à Mediapart

« Nos désirs font désordre », « Rêve générale », « Pensée pour les familles des vitrines », « Des potirons pas du béton », « Joyeux bordel »… :  l’art de la métaphore, du jeu de mots, de la punchline ou du paradoxe est une figure classique du slogan militant. 

Mais c’est de façon tout à fait littérale qu’il faut comprendre le mot d’ordre des actions de blocage et de perturbation de l’industrie du béton qui se sont déroulées, à l’appel des Soulèvements de la terre, au port de Gennevilliers (Hauts-de-Seine) et à Paris, du 29 juin au 1er juillet : « Désarmer le béton ».

Pendant trois jours, plusieurs centaines de personnes ont successivement occupé et bloqué un terminal cimentier, trois centrales à béton et un dépôt de sable et granulats de Lafarge-Holcim, ainsi qu’une usine de béton d’Eqiom. Les murs de ces installations ont été recouverts de nombreux slogans. Des abris y ont été bricolés pour permettre aux activistes d’y passer une nuit. Des banderoles ont été accrochées aux machines. 

Mais pas seulement. Des dégradations y ont été volontairement commises pour empêcher le redémarrage des machines, comme le montre les images du communiqué vidéo du Grand Péril Express publié sur Lundimatin.

 Bétonnage de voie ferrée et de machines, ensablement du réservoir de gasoil d’un engin industriel, découpe à la pince de câbles de machines, déversement d’huiles sur des rouages : des actes de sabotage ont été commis, revendiqués en tant que tels pour « mettre hors d’état de nuire » ces sites de production. Quand les activistes se réjouissent dans ce communiqué de ce que « ce 29 juin 2021, nous avons désarmé le béton », c’est donc au sens propre du terme qu’il faut entendre la phrase. Le groupe Lafarge a aussitôt annoncé à France Info qu’il porterait plainte. Et précisé à France Bleu que « les dégâts à Gennevilliers vont effectivement [l’]embêter pendant une certaine période ». 


Sur le site d’Eqiom, occupé de la fin de la matinée du 29 au petit matin du 30 juin, une barricade a été construite avec des sacs de ciment pour bloquer la grille d’entrée du site et empêcher les camions-toupies de passer. Pendant les premières heures de l’action, certains ouvriers présents sur le site sont venus discuter avec les militant·e·s habillé·e·s en combinaison blanche et masqué·e·s pour protéger leur anonymat. Une fois passée la colère contre l’intrusion, les salariés du groupe se sont montrés ouverts à la discussion et à l’écoute des activistes, souvent beaucoup plus jeunes qu’eux (« Vous avez l’âge de ma fille », a-t-on plusieurs fois entendu). Loin des clivages stéréotypés entre « prolos » et « écolos bobos », ils ont dit leur attachement à l’écologie. Mais aussi leur besoin de payer les traites de leur voiture et de leur logement, et donc de faire ce travail-là, le seul actuellement à leur disposition, dans le béton.

Qu’ont-ils pensé du sabotage de certaines de leurs machines ? Ces sites doivent « servir à construire des logements, des écoles, des hôpitaux, des chantiers d’utilité collective, des chantiers d’infrastructures de transport, notamment », a déclaré au micro de France Bleu Paris Loïc Leuliette, directeur de la communication de Lafarge, présent sur un des lieux de l’occupation. 

Mais pour les activistes du Grand Péril Express, parmi lesquels des militant·e·s d’Extinction Rebellion, le problème se situe à un autre niveau. Ils refusent les impacts écologiques et sociaux de la production du ciment et du béton, matériaux les plus utilisés au monde, au point d’être devenus des marqueurs de l’Anthropocène. La fabrication de béton est à l’origine d’une pollution endémique, en partie illégale mais en partie ni mesurée ni contrôlée, de la Seine ainsi que de l’air de Paris et de sa périphérie, comme Mediapart a commencé à le documenter.

Le groupe Lafarge est particulièrement sur la sellette du fait de ses accords secrets passés avec Daech pour maintenir l’activité d’une usine en Syrie, au cœur d’une procédure judiciaire (lire ici).

Et les chantiers de construction et du BTP font travailler des ouvriers précaires, bien souvent sous-traitants, parfois sans papiers et sans protection digne, dans des conditions de stress et de danger parmi les pires de ce qu’on peut trouver. 

Sur une usine à béton du quartier de Bercy, jeudi 1er juillet, dans l’après-midi, « dès l’arrivée des activistes, immédiatement et sans sommation, Lafarge a déversé pendant une heure les résidus de cuve sur les militant·es, au mépris des personnes et de leur sécurité, ont dénoncé les Soulèvements dans un autre communiqué. Lors de cette action, il n’y a pas eu de communication possible avec la direction de Lafarge, malgré la présence de médiateur·trices parmi les activistes. La seule réponse de Lafarge a été de rincer les fonds de cuves sur les militant·es. »

Pour les activistes bloqueurs et saboteurs du Grand Péril Express, le béton est une « arme de destruction massive » à éliminer. Leur expression rappelle qu’en français, le choix a été fait de traduire « reinforced concrete » par « béton armé ». Cela ouvre une piste pour lire leur action comme une forme de radicale non-violence. Comme enrayer volontairement le canon d’un fusil, démonter un char d’assaut ou bloquer la détonation d’une bombe. Désarmer le béton, ou l’art de la non-métaphore. 

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Conjoncture
Le nouveau plein emploi n’est pas le paradis des travailleurs
De l’emploi, mais des revenus en berne et une activité au ralenti. La situation est complexe. Pour essayer de la comprendre, Mediapart propose une série de deux articles. Aujourd’hui : pourquoi le nouveau plein emploi ne renforce pas la position des salariés.
par Romaric Godin
Journal — Conjoncture
Le lien brisé entre emploi et inflation
Notre premier épisode sur les mirages du plein emploi: pourquoi l’embellie de l’emploi ne permet-elle pas une hausse des salaires réels ?
par Romaric Godin
Journal — Climat
Face au chaos climatique, le séparatisme des riches
Alors que des milliers de Français sont évacués à cause des incendies, que d’autres sont privés d’eau potable voire meurent au travail à cause de la chaleur, les ultrariches se déplacent en jet privé, bénéficient de dérogations pour pouvoir jouer au golf et accumulent les profits grâce aux énergies fossiles. Un sécessionnisme des riches que le gouvernement acte en perpétuant le statu quo climatique.
par Mickaël Correia
Journal
Fraude fiscale : la procédure opaque qui permet aux grandes entreprises de négocier
McDonald’s, Kering, Google, Amazon, L’Oréal… Le règlement d’ensemble est une procédure opaque, sans base légale, qui permet aux grandes entreprises de négocier avec le fisc leurs redressements. Un rapport exigé par le Parlement et que publie Mediapart permet de constater que l’an dernier, le rabais accordé en 2021 a dépassé le milliard d’euros.
par Pierre Januel

La sélection du Club

Billet de blog
Iel
De la nécessité d'écrire inclusif-ve...
par La Plume de Simone
Billet de blog
par carlita vallhintes
Billet de blog
Avec mes potes, sur la dernière barricade
Avec les potes, on a tout ce qu’il faut pour (re)faire un monde. Et on se battra jusqu’à la dernière barricade, même si « la révolution n’est plus synonyme de barricades. Elle est un tout autre sujet, bien plus essentiel : elle implique de réorganiser la vie tout entière de la société ». Ce à quoi on s’emploie. Faire les cons, tout en faisant la révolution : ça va être grandiose. Ça l’est déjà.
par Mačko Dràgàn
Billet de blog
Une approche critique de la blanquette de veau
Un jour, je viens voir ma mère. Je mange avec ma mère. J’ai fait une petite blanquette, c’est dans la casserole, elle me dit et je lui dis que c’est chouette mais quand je regarde la casserole, c’est bizarre cette blanquette dans l’eau. On dirait qu’il manque quelque chose.
par noemi lefebvre