Jade Lindgaard
Journaliste à Mediapart

45 Billets

13 Éditions

Billet de blog 4 févr. 2022

Retour sur un blocage de chantier

Journaliste, je suis aussi une citoyenne. C’est à ce titre et en mon nom propre que je me dois de rendre compte de ma récente mésaventure.

Jade Lindgaard
Journaliste à Mediapart

Mercredi 2 février, j’ai participé à une action de blocage sur un chantier lié aux Jeux-Olympiques à Aubervilliers (Seine-Saint-Denis) : pendant trois heures, une trentaine de personnes ont occupé le site de construction d’une piscine d’entraînement olympique et empêché le fonctionnement d’une centrale à béton. Des banderoles ont été suspendues aux grilles et des personnes se sont accrochées à la bétonnière afin d’en empêcher le démarrage. Aucune dégradation n’a été commise. L’action était non violente.

Cette manifestation avait pour but de dénoncer la destruction de 4000 m2 de jardins ouvriers, sur l’emprise desquelles un solarium doit être construit pour les futur·e·s clien·te·s de la piscine, en 2024. Ces parcelles maraîchères ont été expulsées de leurs jardinier·e·s en septembre 2021, puis arasées (arbres arrachés, terre végétale excavée). A leur ancien emplacement, des foreuses creusent aujourd’hui des trous pour y couler la terre et le béton qui soutiendront les fondations de la piscine.

En tant qu’habitante d’Aubervilliers depuis 15 ans, et personne convaincue de la nécessité de préserver les terres nourricières et les écosystèmes pour agir contre les dérèglements du climat, je pense que la destruction de ces jardins est une grave erreur. J’ai découvert le projet de piscine et la menace qu’il faisait peser sur ces terres cultivées en 2020, à la sortie du premier confinement. Je me suis à ce titre rendue à quelques réunions du collectif de défense des jardins des vertus qui venait de se créer. Puis début 2021, j’ai enquêté sur l’histoire de cette piscine et ses enjeux économiques.

Ce premier travail m’a conduit à un deuxième article sur la stratégie de communication de Grand Paris Aménagement concernant l’opposition au projet de piscine. Et un troisième sur le choix d’une délégation de service public pour la future piscine olympique d’Aubervilliers.
En septembre, j’ai écrit un parti pris sur le sujet quand la justice a suspendu - temporairement - le permis de construire de l’équipement, alors que l’État faisait évacuer les jardins. En toute transparence, et en accord avec notre charte de déontologie, j'ai indiqué en boîte noire avoir déjà assisté, comme habitante d'Aubervilliers, à des mobilisations contre ce projet.

Ensuite, je me suis personnellement impliquée dans l’activité du collectif de défense des jardins ouvriers des vertus. Dès lors, conformément à nos règles déontologiques internes, je me suis déportée de ce sujet précis. Et j’ai donc cessé de publier des articles dans Mediapart au sujet des jardins, de la piscine et de sa contestation. Continuant à travailler sur les aménagements des JO de 2024, et à leurs enjeux en Seine-Saint-Denis, j’ai publié un parti pris en octobre interrogeant l’utilité de l’argent labellisé « JO » pour les habitant·e·s du 93, où j'ai seulement fait mention des jardins d’Aubervilliers.

Lors de l’action du 2 février sur le chantier de la future piscine, j’ai joué le rôle de contact avec les ouvriers du chantier ainsi qu’avec la police. Quand les premiers policiers sont entrés sur le chantier, je me suis présentée et leur ai expliqué l’action en cours, son objectif ainsi que le souhait des manifestant·e·s de rester le plus longtemps possible sur place. Ils ont procédé au constat des faits. Puis sont arrivés de nouveaux policiers, et le commissaire d’Aubervilliers, auprès de qui j’ai procédé aux mêmes explications. Ce rôle de contact et de lien avec eux les a conduit à penser que j’étais l’organisatrice de l’action. A la fin de l’évacuation du chantier par les forces de l’ordre, vers 9h du matin, j’ai été interpelée et placée en garde à vue pour le motif d'« organisation d’une manifestation non déclarée ». Fait que je ne reconnais pas avoir commis.

Je suis journaliste à Mediapart depuis son lancement en 2008. J’y couvre l’écologie depuis 2009, et la conférence sur le climat de Copenhague. Ce travail d’enquêtes, de reportages et d’entretiens m’a permis de comprendre la gravité des dérèglements climatiques en cours. La destruction des écosystèmes, la disparition de centaines de milliers d’espèces, et la pollution généralisée ont des impacts souvent irréversibles sur nos milieux de vie.

Pourtant, ce constat ne se traduit pas dans les politiques des États, ni dans le comportement des acteurs économiques. Face à cette dissonance cognitive aux conséquences dramatiques, il me semble, à titre personnel, qu’écrire pour alerter ne suffit pas, et que dans la tradition du mouvement des droits civiques, des mobilisations contre l’apartheid ou encore contre les ravages occasionnés par les marées noires, la désobéissance civile est nécessaire.

L’histoire est longue de l’engagement des journalistes dans les combats de leur époque : pour l’abolition de l’esclavage (Ida B. Wells), pour l’égalité entre les hommes et les femmes, pour l’accès aux soins des malades du Sida. Le combat contre le changement climatique est une cause aussi importante et vitale pour l’humanité. C’est dans cet héritage politique et intellectuel que je me situe, à ma modeste mesure, en ayant toujours à cœur de faire la part des choses entre d’un côté mes articles de journaliste, rigoureux et vérifiés, et de l’autre, mes engagements militants.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Migrations
La véritable histoire d’Omar Elkhouli, tué par la police à la frontière italienne
Cet Égyptien est mort mi-juin pendant une course-poursuite entre la police aux frontières et la camionnette où il se trouvait avec d’autres sans-papiers. Présenté comme un « migrant », il vivait en fait en France depuis 13 ans, et s’était rendu en Italie pour tenter d’obtenir une carte de séjour.
par Nejma Brahim
Journal — Éducation
Au Burundi, un proviseur français accusé de harcèlement reste en poste
Accusé de harcèlement, de sexisme et de recours à la prostitution, le proviseur de l’école française de Bujumbura est toujours en poste, malgré de nombreuses alertes à l’ambassade de France et au ministère des affaires étrangères.
par Justine Brabant
Journal — Europe
L’Ukraine profite de la guerre pour accélérer les réformes ultralibérales
Quatre mois après le début de l’invasion, l’économie ukrainienne est en ruine. Ce qui n’empêche pas le gouvernement de procéder à une destruction méthodique du code du travail.
par Laurent Geslin
Journal
Comment combattre l’enracinement du Rassemblement national
Guillaume Ancelet et Marine Tondelier, candidats malheureux de l’union de la gauche dans des terres où l’extrême droite prospère, racontent leur expérience du terrain. Avec l’historien Roger Martelli, ils esquissent les conditions pour reconquérir l’électorat perdu par le camp de l’égalité. 
par Fabien Escalona et Lucie Delaporte

La sélection du Club

Billet de blog
L’aquaculture, une promesse à ne surtout pas tenir
« D’ici 2050, il nous faudra augmenter la production mondiale de nourriture de 70% ». Sur son site web, le géant de l’élevage de saumons SalMar nous met en garde : il y a de plus en plus de bouches à nourrir sur la planète, et la production agricole « terrestre » a atteint ses limites. L'aquaculture représente-elle le seul avenir possible pour notre système alimentaire ?
par eliottwithonel
Billet de blog
Face aux risques, une histoire qui n'en finit pas ?
[Rediffusion] Les aliments se classent de plus en plus en termes binaires, les bons étant forcément bio, les autres appelés à montrer leur vraie composition. Ainsi est-on parvenu en quelques décennies à être les procureurs d’une nourriture industrielle qui prend sa racine dans la crise climatique actuelle.
par Géographies en mouvement
Billet de blog
Cochon qui s’en dédit
Dans le cochon, tout est bon, même son intelligence, dixit des chercheurs qui ont fait jouer le suidé du joystick. Ses conditions violentes et concentrationnaires d’élevage sont d’autant plus intolérables et son bannissement de la loi sur le bien-être animal d’autant plus incompréhensible.
par Yves GUILLERAULT
Billet de blog
Faux aliments : en finir avec la fraude alimentaire
Nous mangeons toutes et tous du faux pour de vrai. En France, la fraude alimentaire est un tabou. Il y a de faux aliments comme il y a de fausses clopes. Ces faux aliments, issus de petits trafics ou de la grande criminalité organisée, pénètrent nos commerces, nos placards, nos estomacs dans l’opacité la plus totale.
par foodwatch