Jade Lindgaard
Journaliste à Mediapart

45 Billets

14 Éditions

Billet de blog 14 déc. 2010

Jade Lindgaard
Journaliste à Mediapart

Total et l’or sale de Madagascar

Fin novembre, la société Madagascar oil a fait son entrée sur un marché londonien ouvert aux petites entreprises, l'Alternative investment market (AIM). Dans son genre, l'introduction est jugée plutôt réussie (voir ici) : elle a permis de lever environ 60 millions d'euros. Cet argent doit financer la campagne d'exploration d'un bloc pétrolier possédé par la firme : « Tsimiroro ».

Jade Lindgaard
Journaliste à Mediapart

Fin novembre, la société Madagascar oil a fait son entrée sur un marché londonien ouvert aux petites entreprises, l'Alternative investment market (AIM). Dans son genre, l'introduction est jugée plutôt réussie (voir ici) : elle a permis de lever environ 60 millions d'euros. Cet argent doit financer la campagne d'exploration d'un bloc pétrolier possédé par la firme : « Tsimiroro ».

C'est un petit événement en soi car jusqu'ici Madagascar n'est pas une terre d'exploitation pétrolière. Surtout, Tsimiroro est un gisement de sables bitumineux, forme semi solide de pétrole mélangé à de la terre dont le captage nécessite une consommation folle d'énergie. Les principales réserves de sables bitumineux dans le monde se trouvent en Alberta, au Canada, et font l'objet d'une campagne internationale de dénonciation par diverses organisations écologistes (voir ici et ici).

Les réserves de Tsimiroro sont estimées à environ 1 milliard de barils de pétrole. Elles ne sont pas les seules de l'île africaine, qui contient au moins un autre gisement de pétrole non conventionnel, encore plus grand : Bemolanga, qui pourrait lui produire jusqu'à 1,2 milliard de barils. Il est opéré par le français Total, qui en possède 60% - achetés pour 100 millions de dollars, ce qui donne une idée de sa valeur commerciale potentielle (voir ici le rapport d'activité 2009 du pétrolier). Les opérations de forage de Bemolonga ont démarré en juillet 2009.

La mise en route du processus qui pourrait à terme permettre l'exploitation des sables bitumineux malgaches soulève plusieurs questions : écologiques bien sûr (empreinte carbone et coûts pour la biodiversité locale), mais aussi politiques (le gouvernement actuel a pris le pouvoir par un coup d'Etat), et économiques. Car les conditions commerciales et financières accordées par Madagascar aux sociétés pétrolières leur sont exceptionnellement favorables : pendant dix ans, elles toucheront 99% des recettes tirées de la vente de l'or noir extrait des sables, l'Etat ne touchant que 1% (voir à ce sujet un article du Guardian).

En pleine campagne de promotion de ces investissements verts (rafale de pleines pages, coupées en deux, dans la presse ces dernières semaines), Total s'est bien gardé de communiquer auprès du grand public sur l'extension de ses opérations malgaches. Pourquoi, d'ailleurs, la compagnie aurait-elle dû s'y astreindre ? Mis à part un regroupement d'associations malgaches, bien peu de voix se sont élevées jusqu'ici contre ces projets. Le pétrolier français reste, par exemple, coté au Dow Jones sustainability index, indice de notation « durable » des plus grandes compagnies mondiales, qui les évalue sur des critères économiques, mais aussi sociaux et environnementaux.

Le contexte international de cette certification écologico-financière est peut-être en train de changer.

D'abord, parce que BP s'est fait exclure du Dow Jones sustainability index après la marée noire dans le golfe du Mexique (pour mémoire, 4,9 millions de barils de pétrole se sont répandus dans l'Atlantique l'été dernier). Mais aussi parce que Shell, le géant hollandais, s'est lui aussi vu évincer cette année de l'indice de certification durable, pour ses activités d'exploitation pétrolière dans le delta du Niger. Les gisements nigérians, vieux de plusieurs décennies, sont une source endémique de fuites et de pollution dans la région. Pour les responsables de l'index, ces écoulements de pétrole sont comparables à la marée noire causée par BP dans le golfe du Mexique (voir ici).

Or Total possède aussi des activités dans le delta du Niger (notamment en joint venture avec Shell - voir ici).

Alors, « à quand une exclusion de Total du Dow Jones sustainability index ? » s'interroge Aloys Ligault, de la branche française des Amis de la terre. Ce n'est pas qu'une question de symbolique. A l'heure où certains Etats cherchent réparation devant les tribunaux pour les dommages écologiques qu'ils ont à subir (plusieurs recours sont en traitement auprès de la cour de justice de La Haye, voir plus ici), un durcissement de la certification durable des multinationales pourrait ouvrir la voie à une reconnaissance du risque financier des dommages écologiques.
C'est ainsi que la mauvaise image des sables bitumineux et le risque économique qu'ils représentent ont conduit le norvégien Statoil à se désengager des gisements non conventionnels du Canada.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Les Chinois défient la répression dans la rue sur l’air de «L’Internationale»
Le mouvement de protestation contre les mesures anti-Covid s’est étendu ce week-end à l’ensemble de la Chine. Plus d’une cinquantaine d’universités se sont également mobilisées. Des slogans attaquent le Parti communiste chinois et son numéro un Xi Jinping. Une première depuis 1989. 
par François Bougon
Journal — Asie et Océanie
« C’est un défi direct à Xi Jinping »
Pour le sinologue Zhang Lun, professeur d’études chinoises à Cergy-Paris-Université, le mouvement de protestation en Chine est dû au sentiment de désespoir, en particulier chez les jeunes, provoqué par les mesures draconiennes de lutte contre la pandémie. Pour la première fois, les nombreuses critiques envers le numéro un Xi Jinping sont passées des réseaux sociaux à la rue.
par François Bougon
Journal — Violences sexistes et sexuelles
Affaire Sofiane Bennacer : la présomption d’innocence n’est pas une assignation au silence
Après la médiatisation de l’affaire, l’acteur, mis en examen pour « viols », et la réalisatrice Valeria Bruni Tedeschi crient au non-respect de la présomption d’innocence. Ce principe judiciaire fondamental n’empêche pourtant ni la parole, ni la liberté d’informer, ni la mise en place de mesures conservatoires.
par Marine Turchi
Journal — Police
À Bure, les liens financiers entre gendarmes et nucléaire mélangent intérêts publics et privés
En vigueur depuis 2018, une convention entre la gendarmerie nationale et l’Agence nationale de gestion des déchets radioactifs permet la facturation de missions de service public. Mais alors, dans l’intérêt de qui la police agit-elle ? Mediapart publie le document obtenu grâce à une saisine de la Cada.  
par Jade Lindgaard

La sélection du Club

Billet d’édition
Bifurquer : le design au service du vivant
15 ans d'évolution pour dériver les principes du design graphique vers une activité pleine de sens en faveur du vivant. La condition : aligner son activité professionnelle avec ses convictions, l'orchestrer au croisement des chemins entre nécessité économique et actions bénévoles : une alchimie alliant pour ma part, l'art, le végétal, le design graphique et l'ingénierie pédagogique.
par kascroot
Billet de blog
Acte 2 d’une démission : la métamorphose, pas le greenwashing !
Presque trois mois après ma démission des cours liés à une faculté d’enseignement de la gestion en Belgique et la publication d’une lettre ouverte qui a déjà reçu un large écho médiatique, je reviens vers vous pour faire le point.
par Laurent Lievens
Billet de blog
Bifurquons ensemble : un eBook gratuit
L’appel à déserter des étudiants d'AgroParisTech nous a beaucoup touchés, par sa puissance, son effronterie et l’espoir en de nouveaux possibles. C’est ainsi qu’au mois de mai, Le Club de Mediapart a lancé un appel à contribuer qui a reçu beaucoup de succès. Nous vous proposons maintenant ce livre numérique pour mettre en lumière la cohérence de toutes ces réflexions. Un eBook qui met des mots sur la révolte des jeunes qui aujourd’hui s’impatientent de l’inaction gouvernementale et qui ouvre des pistes pour affronter les désastres écologiques en cours.
par Sabrina Kassa
Billet de blog
Reprendre la main pour financer la bifurcation sociale et écologique
Attac publie ce jour une note intitulée « Reprendre la main pour financer la bifurcation sociale et écologique ». Avec pour objectif principal de mettre en débat des pistes de réflexion et des propositions pour assurer, d’une part, une véritable justice fiscale, sociale et écologique et, d’autre part, une réorientation du système financier.
par Attac