De l’importance de débugger Allègre

Dans L'imposteur, c'est lui, Sylvestre Huet, journaliste à Libération, dénonce les égarements de Claude Allègre et les dangers de la « science pathologique ».

Dans L'imposteur, c'est lui, Sylvestre Huet, journaliste à Libération, dénonce les égarements de Claude Allègre et les dangers de la « science pathologique ».

C'est un peu la lutte du pot de fer contre le pot de terre. D'un côté, un ancien ministre de la recherche, géophysicien multi récompensé et auteur à succès. De l'autre, un journaliste scientifique qui publie beaucoup plus sur son blog que dans son journal.

Claude Allègre est devenu le principal hérault du climato scepticisme en France, en critiquant, non sans une certaine confusion dans ses arguments (lire ici notre recension de son livre) la thèse selon laquelle les émissions de CO2 sont la principale cause du changement climatique. C'est ce qu'il appelle « l'imposture climatique ». Face à lui, Sylvestre Huet écrit depuis de longues années sur les dérèglements du climat, s'appuyant sur les travaux de modélisation des climatologues, expliquant le rôle des carottes prélevées dans la calotte glaciaire dans la comparaison des teneurs en CO2 de l'atmosphère entre aujourd'hui et avant l'ère de la révolution industrielle. Critiquant aussi les facilités de langage des militants écologistes et l'abus de symboles scientifiquement trompeurs (la polarisation sur le sort de l'ours polaire ou la disparition sous les flots des îles Tuvalu, par exemple).

Entre les deux hommes, il n'y a pas qu'une différence de thèse, mais aussi une divergence absolue de méthode. Et contre toute attente, c'est le journaliste qui se fait le défenseur de la rigueur scientifique. Vérifiant les courbes de température utilisées par Allègre, ses chiffres, contre-expertisant ses affirmations (sur l'élévation du niveau de la mer, sur le Giec, sur le rôle des nuages et du soleil). Sylvestre Huet a lancé une grande opération de « débuggage » sur son blog Sciences2, dans le but de déceler toutes les erreurs du dernier livre de Claude Allègre. Il en a rédigé des pages et des pages sur son blog. Il vient d'en faire un livre, l'imposteur c'est lui parce que « ce qui fait la force du bouquin de Claude Allègre, c'est la cohérence de ses mensonges. Pour les démonter il faut aussi avoir de la cohérence ».

 

A la fin, il ne reste plus rien. Claude Allègre n'est plus crédible. Car ce que débusque le journaliste, c'est une courbe tronquée, manipulée, pour lui faire dire ce que souhaite l'ancien ministre, et non ce qu'a montré le scientifique qui en est l'auteur, Hakan Grudd. Un chercheur très respecté, Emmanuel Leroy-Ladurie, enrôlé malgré lui dans la croisade allégrienne. Des scientifiques à qui on fait tenir des propos anti Giec...imaginaires. Des erreurs de calcul invraisemblables de Vincent Courtillot et de ses collaborateurs de l'Ipg qui reviennent à considérer la Terre comme noire et...plate. Des chercheurs de l'Ipg qui font éditer les articles qu'ils soumettent à une revue scientifique par leurs propres collaborateurs, en contradiction absolue avec l'éthique du « peer review ».

Ce sont des manipulations et « des mensonges délibérés » dénonce le journaliste, qui y voit les sympômes d'une « science pathologique » : « la fonction de la science, c'est d'enquêter sur la nature et de découvrir la vérité. De touts petits groupes de scientifiques ont perdu le nord et s'acharnent à entretenir la contestation de résultats de recherche de manière douteuse. Ils sont trop mus par leur vision idéologique du problème. »

Pourtant, vous avez peu entendu Sylvestre Huet dans les medias (voir notre enquête dans le journal sur « la guérilla médiatique des climato-sceptiques »). Mise au point scientifique, le livre de Sylvestre Huet est aussi une critique de l'emballement médiatique autour des climato-sceptiques, relayés avec gourmandise par télévisions et radios, sans aucun rapport avec ce qu'ils représentent dans le monde de la science : une infime minorité. « Si Allègre a autant de place dans les médias, c'est parce qu'il utilise sa légitimité de grand scientifique pour parler du climat » explique Sylvestre Huet « les gens se disent que s'il est compétent sur les sciences du climat, il est normal qu'il parle. Or c'est faux. Il est incompétent sur les sciences du climat et en plus c'est un menteur ». Mais s'il faut tout un livre pour démonter l'argumentaire de Claude Allègre, on voit bien la difficulté de l'exercice : « trois minutes pour une vérité compliquée, trois minutes pour un mensonge simple, c'est...impartial » soupire le journaliste. En réponse, Claude Allègre dit qu'il a écrit un livre politique. Ce n'est pas une raison pour mentir rétorquent ses nombreux contradicteurs.
Sylvestre Huet, L'imposteur, c'est lui, Réponse à Claude Allègre, Stock (2010)

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.