SpinoZad partout

Spinoza et la ZAD de Notre-Dame-des-Landes ne partagent pas que des lettres et une sonorité communes. Un rapport aux désirs et au bonheur des rencontres les unit, explique le poète Marc Perrin dans cet extrait filmé de la "barricade des mots".

Un abécédaire pour la ZAD de Notre-Dame-des-Landes : début novembre, des dizaines de chercheur-es, artistes, étudiant-es, militant-es ont érigé collectivement une "barricade des mots" en défense des occupant-es de la zone réservée par les pouvoirs publics et concédée au groupe Vinci pour y construire l'aéroport du Grand Ouest. Chacun-e a écrit un mot, correspondant à une ou plusieurs lettres de l'alphabet.

L'abécédaire a été présenté au public en deux fois : Dans un amphi de l'EHESS à Paris, le soir du 4 novembre, puis sur la ZAD, l'après-midi du 5 novembre. Pour une grande partie des auteur-es de la barricade des mots, ce fut l'occasion de leur première venue sur la Zad. Leurs contributions reflètent leurs points de vue personnel sur la zone, son imaginaire et ce qu'elle représente à leurs yeux comme source d'espoirs politiques.

L'abécédaire est consultable en ligne sur le site de la barricade des mots

La plupart des interventions ont été filmées. Voici la proposition du poète Marc Perrin : "S, comme Spinozad partout".

 

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.