« Apprenons à survivre ! »

Crier ou rester silencieux ? Se sentir utile en réduisant ses déchets ou se fondre dans l’impuissance ? Flipper ou rester serein ? Tous les états émotifs ont défilé samedi 17 octobre à la Bellevilloise, en ouverture du Festival du livre et de la presse d’écologie.

Crier ou rester silencieux ? Se sentir utile en réduisant ses déchets ou se fondre dans l’impuissance ? Flipper ou rester serein ? Tous les états émotifs ont défilé samedi 17 octobre à la Bellevilloise, en ouverture du Festival du livre et de la presse d’écologie.

Le salon du livre de l’écologie a débuté par une mise en voix de contributions de lecteurs publiées sur Mediapart dans le cadre de notre opération « Il était une fois le climat ». Marie-Pierre Chaix a fabriqué un corpus de textes, Edouard Signolet imaginé une mise en scène minimale, et six comédiens donné corps à ces fragments de voix, mélangés à des écrits littéraires (Lagarce, Vargas, Duras).

Résultat : 50 minutes de subjectivité débridée, tout en tension, et avec des moments d’anthologie, comme cet extrait de Fred Vargas : « On a réussi des trucs carrément épatants, très difficiles, comme faire fondre la banquise, glissé des bestioles génétiquement modifiées sous la terre, déplacer le Gulf stream, détruire un tiers des espèces vivantes, faire péter l’atome, enfoncer des déchets radioactifs dans le sol ni vu, ni connu. Franchement, on s’est marrés ».

Une belle vidéo de Meïdhi Bichon a clos la performance sur un air doux-amer.

 

Après coup, le micro a circulé dans la salle – comble- pour que s’expriment d’autres réactions et ressentis personnels à la question climatique. Une femme a récité un poème de Baudelaire. Une Marseillaise décrit la Mediterranée qui a tourné au vert pendant la canicule. Une homme défendu les « vrais experts », ceux qui vivent dans et avec la nature. La séance s’est terminée par un tonitruant hommage aux communautés hippies post-68, et un éloge du ré-ensauvagement.

 

Extrait d'"Il était une fois le climat", à la Bellevilloise (JL). Extrait d'"Il était une fois le climat", à la Bellevilloise (JL).



Merci à tou-tes !


Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.