James Costa
Anthropologue, sociolinguiste, Sorbonne Nouvelle
Abonné·e de Mediapart

9 Billets

1 Éditions

Billet de blog 4 oct. 2008

Au Val d'Aoste: le français comme prétexte

James Costa
Anthropologue, sociolinguiste, Sorbonne Nouvelle
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Un petit article que j'ai écrit en rentrant du Val d'Aoste, petit bilan qui ne se veut pas exhaustif sur cette région italienne si particulière.

Le Val d’Aoste est à ma connaissance un cas unique en Europe. Si l’Italie adopte pour certaines de ses minorités une nomenclature d’Europe de l’Est, et n’hésite pas à parler de minorités ethniques, le Val d’Aoste est un cas à part : il s’agit d’une minorité linguistique, officiellement francophone.

Petite communauté montagnarde de 100 000 habitants du côté italien du Mont Blanc, longtemps partie intégrante du royaume de Savoie puis de Piémont-Sardaigne, le français y est utilisé dans l’administration depuis le 14e siècle, comme en Savoie. Sous le royaume piémontais, l’italien était considéré comme langue officielle en Piémont et en Sardaigne, et le français en Savoie et au Val d’Aoste.

C’est après la seconde guerre mondiale que le Val d’Aoste, qui a souffert de la politique d’italianisation brutale du régime fasciste, obtient un statut d’autonomie très avantageux basé sur un statut de région bilingue français / italien. Il n’est nullement question de francoprovençal, et de l’avis de tous sur place, l’existence du dialecte (pour reprendre la terminologie employée en Italie) n’aurait pas permis d’obtenir un statut spécial.

Le statut d’Autonomie permet entre autres choses aux valdôtains de gérer les impôts, l’éducation, la politique linguistique et culturelle et l’environnement. La Vallée est actuellement gérée par l’Union Valdôtaine, parti autonomiste.

Pratique du français

Si le français a été longtemps la langue des élites valdôtaines, ça n’est plus le cas depuis les années 1930, et l’italien domine aujourd’hui largement. Les noms de villes ont beau n’avoir qu’une seule forme officielle, la forme française, l’administration a beau être bilingue, et favoriser largement le français, l’éducation a beau être officiellement bilingue à tous les niveaux depuis les années 1980, rien n’y fait, le français reste une langue étrangère pour la majorité de la population, qui, bien que capable de la parler, ne l’utilise pas pour les interactions entre valdôtains. C’est la langue du voisin, et des autonomistes. Parler français à Aoste, c’est montrer une appartenance politique. La langue n’est aujourd’hui plus transmise que par 1% de la population, selon un sondage de la Fondation Chanoux.

Et le francoprovençal ?

Le francoprovençal, lui, est la langue du peuple depuis plus de mille ans. Pendant longtemps, le français, le francoprovençal, le piémontais et le latin ont coexisté de manière plus ou moins harmonieuse, et une bonne partie de la population était au moins trilingue. Le français pour parler aux classes dirigeantes, le francoprovençal entre soi, et le piémontais pour le commerce. Le latin était lui la langue de l’Eglise. Le francoprovençal, ou ‘patois’ comme il est appelé par les valdôtains, sans connotations péjoratives comme il peut y en avoir en français, vivait dans l’ombre du français, qui lui servait de protection face à l’italien. Pour l’abbé Cerlogne, au 19e siècle, le patois serait en grand danger le jour où le français serait menacé dans la vallée. De fait, c’est le contraire qui s’est passé. Le français a disparu d’un usage quotidien, alors que le francoprovençal est encore parlé par plus de 40% de la population, y compris par un nombre important d’enfants, et il est compris par plus de 60% des valdôtains. Les immigrés du sud de l’Italie ou du Maghreb s’intègrent encore, dans certains villages, dans cette langue. SI l’italien domine à Aoste et dans la basse vallée, dans les villages et en moyenne montagne, c’est le patois qui domine.

Les Walser

La situation valdôtaine, déjà complexe, ne se limite pas aux contextes évoqués plus haut. Dans trois villages, survit une minorité walser, qui parle un dialecte alémanique apparenté à ceux de la Suisse. C’est le résultat d’une migration déjà très ancienne. Cette minorité est reconnue par le gouvernement valdôtain depuis les années 1990, mais de fait, comme pour le francoprovençal et le français, ça n’est pas le walser qui est reconnu langue officielle, mais l’allemand standard. C’est également la variété standard qui est enseignée dans les écoles, et les enfants parlent peu leur langue historique.

E demain ?

E demain alors ? Demain se prépare certes aujourd’hui, mais le gouvernement valdôtain n’est pas préparé à laisser tomber le français, qui lui garantit un statut de large autonomie et des revenus confortables. Il existe des projets d’introduction du francoprovençal dans les écoles, mais seulement comme matière facultative, hors du temps scolaire, ce qui rappelle un peu la Loi Deixonne de 1951 en France. L’idée d’enseigner en francoprovençal n’est pas envisagée, et s’il s’agit d’y aller doucement, c’est aussi en partie par crainte de réactions négatives de parents non francoprovençalophones. Le français est mal perçu, il est vu comme imposé, et une partie de la population souhaiterait un enseignement comme il existe ailleurs en Italie, monolingue. Il s’agit d’éviter que le francoprovençal, dont l’image s’est considérablement améliorée ces trente dernières années, ne suive le même chemin. Le walser est quant à lui désormais présent dans les écoles. Malgré tout, et malgré une timide reconnaissance par la loi italienne de 1999 sur les minorités linguistiques (la même que celle que mettent en avant les défenseurs de l’occitan dans les Valadas) il semble que le gouvernement valdôtain ne prenne pas réellement conscience des enjeux sociaux et linguistiques : le francoprovençal est une langue menacée, même au Val d’Aoste, et sans politique linguistique digne de ce nom, il sera dans cinquante ans dans la même situation qu’aujourd’hui en Savoie. Le français, sera toujours parlé ailleurs. Le francoprovençal valdôtain, non. Signe d’espoir tout de même, le gouvernement valdôtain commence à éditer des publications pour la jeunesse en francoprovençal.

Les résultats du sondage linguistique en ligne peuvent se trouver à l'adresse suivante:

http://www.fondchanoux.org/site/pages/sondage.asp

Pour en savoir plus sur le francoprovençal, langue parlée au Val d'Aoste mais aussi en Suisse et en France (un prochain post sur la question s'il y en a que ça intéresse), il existe aux Editions Assimil un petit guide très bien fait, Le francoprovençal de poche, par Jean-Baptiste Martin.

Carte du domaine francoprovençal © Michel Bert

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

Les articles les plus lus
Journal — Financement de la vie politique

À la Une de Mediapart

Journal — Violences sexuelles
Violences sexistes à Radio France : face à un constat accablant, la présidence tâtonne
Le dernier rapport commandé par la présidence est dévastateur pour le groupe public : il pointe une « culture de tolérance au sexisme » et décrit un manque de réaction criant de l’encadrement ces dernières années. La présidence promet de tout changer. Mais la défiance est grande.
par Lénaïg Bredoux et Antton Rouget
Journal — France
« Travail dissimulé », « pensées suicidaires... » : le rapport choc sur les locales de France Bleu
Une expertise « risques graves » menée par un cabinet de conseil dans les stations de Radio France met au jour des conditions de travail et une souffrance inquiétantes. De multiples alertes avaient été lancées, la direction assure prendre le sujet « à bras-le-corps ».
par Ambre Mérianne
Journal — France
Élèves handicapés : les vilénies de Zemmour, le tollé, et après ?
Les adversaires d’Éric Zemmour font part de leur indignation après ses propos sur « l’obsession de l'inclusion » scolaire, qui serait « une mauvaise manière faite aux autres enfants ». Une « obsession » qui manque pourtant cruellement de moyens. Et jusque-là, de propositions à la hauteur.
par Caroline Boudet
Journal — Enseignement supérieur
Universités : le renforcement « systémique » promis par Macron cache mal un projet de privatisation
Le quasi-candidat Macron a souhaité jeudi une réforme « systémique » des universités. Derrière la promesse de les rendre « plus fortes » et de casser la concurrence avec les « grandes écoles », il a posé, en creux, les jalons d’un projet de privatisation.
par Martin Clavey

La sélection du Club

Billet de blog
Gauches : réveillez-vous !
Vous êtes-vous comptés ? Vous êtes-vous parlés ? Vous êtes-vous sincèrement interrogés ? Nous sommes des millions à nous poser ces questions : pourquoi font-ils, pourquoi font-elles, toutes et tous, cela ? Pourquoi sont-ils,  pourquoi sont-elles, à ce point aveugles ? Appel désespéré d'un électeur de Gauche...
par Daniel Vailleau
Billet de blog
La Primaire Populaire confirme l'échec : un autre Hamon est possible
Ce collectif, qui avait pour ambition originelle d'organiser une grande primaire de l'ensemble de la gauche, se retrouve après plusieurs déconvenues à muter vers une nouvelle formule s'apparentant désormais à un simple vote de consultation présentant une sélection discutable des candidats de "gauche" (dont certains qui refusent) et ce afin de simplement obtenir l'investiture de l'organisme.
par Eliot Thibault
Billet de blog
La petite musique de l'union pour l'union m’agace
Je n'ai pas signé la tribune de « l'Appel des Jeunes pour l'union de la Gauche en 2022 »¹ parue dans Le Monde le 8 janvier, et je veux expliquer pourquoi dans ce billet. Cette tribune ne propose pas de méthode, ne prend pas en compte les enjeux stratégiques de chaque candidature et fait semblant de ne pas voir des choses pourtant fondamentales. Par consensualisme ? Par naïveté ?
par Etienne COGNET
Billet de blog
En état de mort cérébrale, que reste-t-il à attendre du Parti Socialiste ?
Incapable de produire la moindre idée, le PS ne peut que se reposer sur ses gloires passées et les petites manoeuvres de ses dirigeants pour conserver leur poste. Le parti ne suscite à gauche que mépris, ou pire, indifférence, et sa défaite annoncée pourrait être une nouvelle étape vers sa disparition. Mais serait-ce si grave ?
par Gauche Pinard