Quand la République ressort le coup des langues régionales pour faire oublier qu’elle coule

Lorsqu’un élu français veut s’octroyer une cure de jouvence républicaine, redorer son blason moral, il y a deux grands terrains pour cela : la religion, et la langue. La religion, c’est toujours un terrain miné, mais c’est un grand classique. La langue, c’est plus facile, ça coûte moins cher, symboliquement.

Recette pour utiliser le terrain du langage comme cure de jouvence : option 1, vous n’avez aucun régionaliste ou immigré sur lequel taper. Vous prenez alors ‘lalanguefrançaise’, et vous rappelez, au choix, sa clarté, son universalité, ‘notrelanguecommune’, etc. Succès garanti, vous aurez droit à un article dans le Figaro au moins, et peut-être à la caution d’un académicien (toujours bon à prendre, l’académicien). Option 2 : vous avez la chance d’avoir sous la main un débat sur les langues que vous pourrez appeler ‘régionales’ (variante : les patois), et dans ce cas, vous pouvez vous en donner à cœur joie. Personne n’ira vous porter la contradiction dans les media nationaux, pour une simple raison : personne n’en est capable. Les connaissances sociolinguistiques du journaliste parisien moyen étant proches de zéro, vous ne risquez rien. Variante de cette option, si vous êtes d’extrême droite (version FN ou Lérépublicains) : vous défendez les ‘languesrégionales’ face à ‘l’arabeàl’école’, mais au fond, l’argument est le même : suraffirmer votre propre légitimité en délégitimant un Autre qui n’aura pas les moyens symboliques de se défendre.

Dernier épisode d’un feuilleton qui dure depuis plusieurs siècles, et dont on aurait pu penser qu’on se serait lassé : le discours en corse de J.G. Talamoni. Très pratique le corse : ça permet de faire plein de choses en même temps. Parler de la générosité de la métropole envers ses dépendances, rappeler les inégalités fiscales supposées dont bénéficie l’île, en filigrane opposer l’industrieux nordiste au fainéant du sud, et par dessus tout, donc, attirer sur soi les bénéfices moraux liés à la républicanité supposée que confère le culte de la langue française. Culte unique, cela va sans dire, ‘lalanguefrançaise’ est une déesse jalouse. Chevènement est choqué. Mais c’est normal, il est facilement choquable, et puis la question des langues c’est son dada depuis longtemps. Mélenchon est choqué aussi, mais là encore, pas de surprise. Et puis, Mélenchon est choqué par tellement de choses, que ça ne choque plus. Il devrait faire attention : à force d’être trop choqué, on finit, effet Pierre et le Loup, par ne plus choquer. L’UPR (who’s that ??), m’apprend Google, est choquée du discours ‘séditieux’ de Talamoni. Florian Philippot est choqué aussi. Que du beau monde, en somme. Bernard Debré est choqué. Mais c’est normal, il défend l’héritage de l’Amère Michel, also known as ‘Papa’. Jerôme Guedj est choqué, sans doute pour faire bonne mesure — laissons lui le bénéfice du doute (et puis personne ne sait qui c’est, il a besoin de paraître républicain). Et bien sûr l’inénarrable Guéant est choqué.

On aimerait que cette plaisante compagnie fût choquée par tellement d’autres choses. L’évasion fiscale. La non-tenue des promesses électorales de Hollande. La stratégie guerrière de la France au Moyen Orient. Les ventes d’armes françaises. La pauvreté en France. Les inégalités. Le fait que des gens dorment dehors. Le racisme face aux réfugiés syriens. Mais non : ils sont choqués parce qu’un président de région n’a pas parlé français dans son assemblée régionale. Notez que c’est exactement ce que ledit président de région espérait : on a là une chorégraphie soigneusement huilée, répétée, qui vise à provoquer l’indignation et à utiliser le terrain linguistique pour faire passer des revendications politiques autres, en particulier territoriales. Pour affirmer sa propre légitimité face à un pouvoir central qui ne reconnaît qu’une source de légitimité, la sienne, et qui laisse mourir les territoires dont il a la charge depuis des siècles, les transformant en mouroir ou en colonies de vacances, renforçant les inégalités territoriales etc. Tout cela, on le sait. Nihil novi

Alors à quoi rime ce bal des choqués ? A rien. Pour les choqués, à affirmer leur irréprochable républicanité — et le terrain est chargé, il y a concurrence : surtout ne pas laisser l’autre être plus républicain que soi. Pour les choquants, à déplacer le terrain du débat, à affirmer qu’il y a d’autres sources de légitimité, et, dans un acte de magie sociale, à les faire advenir petit à petit.

Mais au-delà, cette petite farce en deux actes souligne une chose particulièrement tragique : la France est incapable de concevoir la différence autrement que comme un élément à faire disparaître. Elle n’a jamais su, assimilant toujours le différent à l’ennemi. Du coup, face à la différence, à son expression, à son affirmation, les politiciens français ne savent pas débattre, ne savent pas argumenter. Ils sont choqués, à la manière de poules découvrant un œuf. On aurait attendu une réflexion politique, sociale — culturelle à la limite. Mais comme toujours, elle ne viendra jamais, et le choc face à la question linguistique ne vient que pour masquer une incompétence crasse par rapport à toutes ces questions. Des poules devant un œuf, mais des poules républicaines. Et pour les media qui benoîtement répercutent leurs outrages, c’est sans doute tout ce qui compte.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.