James Noël
Poète, écrivain, maître d'oeuvre de la revue IntranQu'îllités (une boîte noire des imaginaires)
Abonné·e de Mediapart

44 Billets

0 Édition

Billet de blog 2 janv. 2018

Année du Chien

Une année du Chien, admettons-le, ça a de la gueule. Ça sent enfin la belle promesse. Une promesse, nom d'un chien, à saisir par la peau du cou.

James Noël
Poète, écrivain, maître d'oeuvre de la revue IntranQu'îllités (une boîte noire des imaginaires)
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

 
On dit que cette année est l'année du Chien.

Labrador ? Caniche ? Doberman ? Pitbull ? Chien-Pays ? Ça n'a pas d'importance.

Mais, c'est tout de même l’année du Chien dans le calendrier chinois.

Comment prendre l'année du chien ? Dans le sens du poil ou l’inverse ?

Par devant ? Par derrière ? Dis, mon amour, est-ce qu'on va carapater ?

Une année vient de chavirer.

Une année du Chien, qui vient manger dans nos mains.

Épagneul ? Chihuahua ? Pékinois ?

C'est une nouvelle chose, ça n'a pas d'importance.

On ne connait pas le visage du chien léché, mal léché qui vient de naitre.

Une année du Chien, ce n’est pas mal comme promesse.

On pourra toujours partir en vacances, en tourterelles, n'est-ce-pas mon amour ?

L'amour est un voyage pour les bêtes qui s'aiment.

On pourra courir comme le lièvre, mourir à point,

sans lenteur ni poésie, dans l'année du Chien.

On a le droit de bailler aux corneilles dans l'année du chien. On a le droit de s'enivrer comme un cochon dans l'année du Chien.

Le spectacle continuera et on verra passer des moutons de Panurge.

La caravane passera et le cirque montera en puissance, entre chien et loup.

La scène fleurira côté-cour les ânes viendront brouter côté-jardin.


Les jours changeront de peau, de dent de lait et de tendresse.

L'homme restera un loup pour l'homme.

La prédation prendra chair même s'il ne reste que l'os dans la savane.


Mais, une année du Chien, admettons-le, ça a de la gueule. Ça sent enfin la belle promesse. Une promesse, nom d'un chien, à saisir par la peau du cou.


En cette année qui a de la gueule, essayons d'être moins bêtes et moins polis, hein ma chienne…

Gardons les yeux ouverts sur les mordus des reflets qui jaillissent des néons, ceux qui mènent la danse, ruinent la lumière et font aboyer le monde

James Noël

1er janvier 2018(Année du chien)

James Noël
1er janvier 2018 (Année du chien)

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Le passe vaccinal définitivement adopté sous les invectives
Avec 215 voix « pour » et 58 « contre », le projet de loi « renforçant les outils de gestion de la crise sanitaire » a été adopté par le Parlement dimanche, lors d’un ultime vote des députés. Après de nouveaux débats houleux sur l’utilité et la proportionnalité de sa mesure principale : le remplacement du passe sanitaire par un passe vaccinal.
par Joseph Confavreux
Journal — France
Mélenchon à Nantes : un show pour satelliser ses adversaires
Dans une salle entourée d’écrans projetant des images de l’espace, le candidat insoumis à la présidentielle a évoqué sa ligne en matière de politique spatiale et numérique. Il a aussi beaucoup parlé d’écologie et, un peu, d’union de la gauche.
par Pauline Graulle
Journal
La Gauche révolutionnaire rattrapée par la vague #MeToo
Ce mouvement d’inspiration trotskiste, qui opère depuis Rouen, affronte une sérieuse crise interne avec la remontée à la surface de violences sexuelles supposément commises par l’ancien dirigeant du mouvement, au début des années 2010. L’affaire arrive devant la justice.
par Manuel Sanson (Le Poulpe)
Journal — France
Élèves handicapés : les vilénies de Zemmour, le tollé, et après ?
Les adversaires d’Éric Zemmour ont fait part samedi de leur indignation après ses propos sur « l’obsession de l'inclusion » scolaire, qui serait « une mauvaise manière faite aux autres enfants ». Une « obsession » qui manque pourtant cruellement de moyens en France. Et jusque-là, de propositions à la hauteur.
par Caroline Boudet

La sélection du Club

Billet de blog
De la grève, de l'unité syndicale et de sa pertinence
Attention : ce billet n'est pas anti-syndicaliste. Il sera peut-être qualifié comme tel par des gens qui ne savent pas lire. Je laisse volontiers ceux-là dans leur monde noir et blanc. Je suis syndiqué et j'invite tout le monde à l'être. Sans syndicats nous mourrons. On n'aimerait juste pas mourir avec. 
par Jadran Svrdlin
Billet de blog
Absence ou absentéisme : le management néolibéral par les mots
A propos des enseignants non remplacés, absentéisme ou absence ? Un glissement lexical qui traduit la volonté néolibérale d'utiliser insidieusement le discours pour modifier les représentations du travail et augmenter les exigences faites aux travailleuses et travailleurs.
par Paul DEVIN
Billet de blog
Lettre ouverte à Jean-Michel Blanquer en 31 points
Le vendredi 14 janvier 2022, vous avez déclaré « je ne suis pas parfait, je fais des erreurs… ». La liste des erreurs est longue. Une lettre d'une professeur de Lycée Pro, qui décline la longue liste des excuses qui serait nécessaire à Blanquer, bien plus que ce que le mouvement des derniers jours lui a arraché du bout des lèvres.
par Samy Johsua
Billet de blog
Les rendez-vous manqués de la gauche avec l’école (1/2)
Si l’on veut faire progresser la cause de l’école, il faut faire un bilan complet des politiques scolaires de la gauche quand elle était au pouvoir mais aussi lorsque, dans l’opposition, elle tentait de faire avancer son propre agenda.
par Françoise Clerc