James Noël
Poète, écrivain, maître d'oeuvre de la revue IntranQu'îllités (une boîte noire des imaginaires)
Abonné·e de Mediapart

44 Billets

0 Édition

Billet de blog 4 mars 2013

Deux lettres

Deux lettres en partage, à l'occasion de la manifestation autour de la revue IntranQu'îllités à Milan ce lundi 4 mars: La lettre de l'écrivain Jacques Stephen Alexis  à sa fille Florence et la lettre que j'ai écrite à ma fille, Léna. Appéciez les traductions en italien de Gaia Riposati.Tous les pères au moins, à défaut de testament, devraient adresser une lettre à un enfant (réel ou imaginaire). Une lettre à un enfant est un rendez-vous fixé comme un vertige dans la durée. C'est peut-être des années plus tard que l'enfant comprendra ou ne comprendra pas, prendra ou ne prendra pas, le poids des mots. Des années plus tard, les pères seront peut-être tous morts. Que pensonne ne vienne me taxer de sexisme, si je n'évoque point la mort des mères! Ici, il n'est question que d'amour, en compagnie des comédiennes Laurence Durand, Gaia Riposati, la plasticienne Pascale Monnin et moi, pour l'avant-dernière manifestion européenne, (avant celle qui se tiendra à Toulouse) concernant le premier numéro de la revue IntranQu'îllités."Spazio Fondazione, viale Premuda, 38/ A, 19h.

James Noël
Poète, écrivain, maître d'oeuvre de la revue IntranQu'îllités (une boîte noire des imaginaires)
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

© Passagers Des Vents

Deux lettres en partage, à l'occasion de la manifestation autour de la revue IntranQu'îllités à Milan ce lundi 4 mars: La lettre de l'écrivain Jacques Stephen Alexis  à sa fille Florence et la lettre que j'ai écrite à ma fille, Léna. Appéciez les traductions en italien de Gaia Riposati.Tous les pères au moins, à défaut de testament, devraient adresser une lettre à un enfant (réel ou imaginaire). Une lettre à un enfant est un rendez-vous fixé comme un vertige dans la durée. C'est peut-être des années plus tard que l'enfant comprendra ou ne comprendra pas, prendra ou ne prendra pas, le poids des mots. Des années plus tard, les pères seront peut-être tous morts. Que pensonne ne vienne me taxer de sexisme, si je n'évoque point la mort des mères! Ici, il n'est question que d'amour, en compagnie des comédiennes Laurence Durand, Gaia Riposati, la plasticienne Pascale Monnin et moi, pour l'avant-dernière manifestion européenne, (avant celle qui se tiendra à Toulouse) concernant le premier numéro de la revue IntranQu'îllités.

"Spazio Fondazione, viale Premuda, 38/ A, 19h.

© 

Lettre de Jacques Stephen Alexis à Florence Alexis

Non avrò molto tempo, purtroppo! Per continuare, da lontano dove mi trovo, il mio imprescrittibile compito paterno... Io posso darti, vedi bambina mia, qualcosa che conosco bene, per averla perdutamente cercato e trovato, pur continuando a cercarlo, è il senso della purezza di cuore, dell'amore per la vita, del calore degli uomini... Si, ho sempre affrontato la vita con un cuore puro. È semplice, vedi Florence...
E soprattutto... Non dimenticare mai che un essere umano non è solamente braccia, gambe e mani, è soprattutto un'intelligenza. Io non vorrei che tu lasciassi dormire la tua intelligenza. Quando si lascia dormire la propria intelligenza questa si arrugginisce, come un chiodo, e poi si è cattivi senza saperlo...

La Havane, 11 janvier 1955

La lettre de Jacques-Stephen Alexis à Florence Alexis

Je n'aurai pas beaucoup de temps, hélas ! Pour continuer, du lointain où je me trouve, mon imprescriptible tâche paternelle... Je puis te donner vois-tu, ma petite fille, quelque chose que je connais bien, pour l'avoir éperdument cherché et trouvé, tout en continuant à le chercher, c'est le sens de la pureté du cœur, de l'amour de la vie, de la chaleur des hommes... Oui, j'ai toujours abordé la vie avec un cœur pur. C'est simple vois-tu, Florence...
Et surtout... n'oublie jamais qu'un être humain ce n'est pas seulement des bras, des jambes et des mains, c'est avant tout une intelligence. Je ne voudrais pas que tu laisses dormir ton intelligence. Quand on laisse dormir son intelligence elle se rouille, comme un clou, et puis on est méchant sans le savoir...
J. S. Alexis.

Chère Léna,


Pour t'écrire et te témoigner tout l'amour que je couve pour toi sous ma chemise, j'hésite entre l'italique et les grosses lettres (en ta qualité de fille de caractère).
Tu es venue au monde d'un bon pied, contrairement à beaucoup d'entre nous qui débarquent sur un faux-pas, pour se ressaisir longtemps après, lors d'une crise d'adolescence, d'un deuil, d'un séisme ou d'une rupture amoureuse. En ce sens, je pense que toi, tu es née le jour même de ta naissance. Avec les yeux grands ouverts posés sur les choses et les visages.

Ces mots, à tes yeux, risquent d'être perçus plus tard comme des bulles, des délires d'un père gonflé comme il y en a beaucoup dans la vitrine mouvante de la paternité. Une vitrine faite souvent d'absents, de photos épinglées qui crucifient l'enfance à coups d'illusions dangereuses, de repères encadrés, accrochés comme une bombe à retardement.
Moi, j'ai eu une enfance chaleureuse, sans mon père. Il n'y a même pas eu son portrait pour nous veiller ou surveiller dans le salon. Grâce à son absence, mon enfance n'a pas connu de censures. La morale de ma propre histoire, vois-tu, me coince dans une ambigüité farouche quant à une proposition de feuille de route, de ligne à suivre.

  De l'amour, j'en ai reçu plein, parfois « trop ». Les parois du cœur, heureusement, étant élastiques, jamais le cœur ne souffre d'un trop-plein d'amour. C'est bien cette profusion d'amour que j'aimerais te donner, sans t'étouffer, sans te priver d'ailes, d'aise et d'air. Mon urgence pour toi, c'est d'être un père léger, joueur et vigilant. Un premier ami, presque. Mais, comment arriver à être parmi tes premiers amis d'enfance sans complètement tomber en enfance moi-même ? 

Tu es venue au monde d'un bon pied, il suffit de suivre ton cœur pour boussole et les livres pour satellites afin d'inventer toi-même ton cosmos, sans jamais perdre le goût de l'autre. Et la voix qui parle en toi, laisse-la parler, laisse-la parler plus que de raison, jusqu'à ce qu'elle se casse et fasse écho dehors.
Port-au-Prince, déc. 2011.


Cara Lena,
Per scriverti e testimoniarti tutto l'amore che covo per te sotto la mia camicia, esito fra il corsivo e il maiuscolo (per la tua qualità di ragazza di carattere).

Tu sei venuta al mondo col piede giusto, contrariamente a molti di noi che sbarcano con un passo falso, per riprendere il controllo molto tempo dopo, per una crisi adolescenziale, un lutto, un sisma o una rottura amorosa. In questo senso, penso che tu, tu sei nata il giorno stesso della tua nascita. Con gli occhi spalancati posati sulle cose e sui visi.
Queste parole, ai tuoi occhi, rischiano di essere percepite più tardi come bolle, deliri di un padre tronfio come ce ne sono molti nella vetrina mobile della paternità.

Léna (photo prise à Rome) © Paolo Woods

Una vetrina fatta spesso di assenti, di foto appese che crocifiggono l'infanzia a colpi di illusioni pericolose, di riferimenti incorniciati, innescati come bombe a scoppio ritardato.

  Io ho avuto un'infanzia calorosa, senza mio padre. Non c'è stato neanche il suo ritratto per vegliarci e sorvegliar i nel salone. Grazie alla sua assenza, la mia infanzia non ha conosciuto censure. La morale della mia storia, vedi, mi inchioda in un'ambiguità selvatica (o timida?) per quanto riguarda la proposta di una mappa, di una linea da seguire.

  Di amore, ne ho ricevuto tanto, a volte "troppo". Essendo Le pareti del cuore fortunatamente elastiche, il cuore non soffre mai di un eccesso d'amore. È proprio questa profusione d'amore che amerei darti, senza soffocarti, senza privarti delle ali, della felicità e dell'aria.
La mia urgenza per te, è di essere un padre leggero, giocoso e vigilante. Un primo amico, quasi. Ma, come arrivare a essere tra i tuoi primi amici d'infanzia senza cadere completamente io stesso nell'infanzia?

Tu sei venuta al mondo col piede giusto, basta seguire il tuo cuore per bussola e i libri per satelliti per inventare tu stessa il tuo cosmo, senza mai perdere il gusto dell'altro. E la voce che parla dentro di te, lasciala parlare, lasciala parlare oltre la ragione, finché si infranga e faccia eco fuori.

Traduction: Gaia Riposati

Lien utile:

http://www.mediapart.fr/journal/culture-idees/070112/haiti-ecrire-damour-et-de-revolution

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Politique
Quand le candidat parle, ses militants frappent
À Villepinte comme à Paris, des antifascistes se sont mobilisés pour ne pas laisser le premier meeting d’Éric Zemmour se tenir dans l’indifférence. Dans la salle, plus de 10 000 personnes s’étaient réunies pour l’entendre dérouler ses antiennes haineuses, dans une ambiance violente.
par Mathieu Dejean, Mathilde Goanec et Ellen Salvi
Journal — Politique
En marge du meeting de Zemmour, des habitants de Seine-Saint-Denis fustigent « sa politique remplie de haine »
Éric Zemmour a tenu le premier meeting de sa campagne présidentielle dans un département qui représente tout ce qu’il déteste. Cibles quotidiennes des injures du candidat d’extrême droite, des citoyens de Villepinte et des alentours témoignent.
par Hannah Saab (Bondy Blog)
Journal — Gauche(s)
À La Défense, Jean-Luc Mélenchon veut montrer qu’il est le mieux armé à gauche
Lors de son premier meeting parisien, le candidat insoumis à la présidentielle s’est posé comme le pôle de résistance à la droite et à l’extrême droite. Il a aussi montré sa capacité de rassemblement en s’affichant aux côtés de nombreuses personnalités de gauche.
par Pauline Graulle
Journal — Europe
En Andalousie, la colère intacte des « travailleurs du métal »
Après neuf jours d’une grève générale qui a embrasé la baie de Cadix, le retour au calme semble fragile. Nombre d’ouvriers des chantiers navals ou de l’automobile n’en peuvent plus de la flambée des prix comme de la précarité du secteur. Ils se sentent abandonnés par le gouvernement – de gauche – à Madrid.
par Ludovic Lamant

La sélection du Club

Billet de blog
Ah, « Le passé » !
Dans « Le passé », Julien Gosselin circule pour la première fois dans l’œuvre d’un écrivain d’un autre temps, le russe Léonid Andréïev. Il s’y sent bien, les comédiens fidèles de sa compagnie aussi, le théâtre tire grand profit des 4h30 de ce voyage dans ses malles aérées d’aujourd’hui.Aaaaah!
par jean-pierre thibaudat
Billet de blog
Get Back !!!
Huit heures de documentaire sur les Beatles enregistrant « Let it Be », leur douzième et dernier album avant séparation, peuvent sembler excessives, même montées par Peter Jackson, mais il est absolument passionnant de voir le travail à l'œuvre, un « work in progress » exceptionnel où la personnalité de chacun des quatre musiciens apparaît au fil des jours...
par Jean-Jacques Birgé
Billet de blog
Sénèque juste avant la fin du monde (ou presque)
Vincent Menjou-Cortès et la compagnie Salut Martine s'emparent des tragédies de Sénèque qu'ils propulsent dans le futur, à la veille de la fin du monde pour conter par bribes un huis clos dans lequel quatre personnages reclus n’en finissent pas d’attendre la mort. « L'injustice des rêves », farce d'anticipation à l’issue inévitablement tragique, observe le monde s'entretuer.
par guillaume lasserre
Billet de blog
J'aurais dû m'appeler Aïcha VS Corinne, chronique de l'assimilation en milieu hostile
« J’aurai dû m’appeler Aïcha » est le titre de la conférence gesticulée de Nadège De Vaulx. Elle y porte un regard sur les questions d’identité, de racisme à travers son expérience de vie ! Je propose d'en présenter les grands traits, et à l’appui d’éléments de contexte de pointer les réalités et les travers du fameux « modèle républicain d’intégration ».
par mustapha boudjemai