James Noël
Poète, écrivain, maître d'oeuvre de la revue IntranQu'îllités (une boîte noire des imaginaires)
Abonné·e de Mediapart

45 Billets

0 Édition

Billet de blog 5 juil. 2022

La poésie, c’est mon essence première - Entretien

j'ai répondu aux questions de Valérie Schmitt et Cindy Mahout de la revue Perluette, une initiative de Normandie Livre et Lecture. Vous trouverez quelques lectures extraites de 7 poèmes d'amours chiennes (inédit), enveloppées par le son du saxophoniste Sébastien Souchois. 

James Noël
Poète, écrivain, maître d'oeuvre de la revue IntranQu'îllités (une boîte noire des imaginaires)
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Source: https://perluete.normandielivre.fr/linvite-james-noel-essence-premiere/

Vous êtes écrivain, chroniqueur, poète, organisateur de résidences d’écriture, directeur de revue littéraire, comment se répondent tous ces rôles ?

Ce qui m’aiguillonne, c’est la poésie. Elle me permet de me contacter, jouer cœur sur table pour soudoyer mes monstres. Le fait de lâcher quelques lignes au réveil, même quand c’est raté, m’aide à me connecter pour entrer en résonance avec le monde. Quand on vit sur le fil, on doit trouver des armes secrètes, comme des pelotes pour broder ses chaos. « Danser sa vie », prescrit le philosophe.https://perluete.normandielivre.fr/linvite-james-noel-essence-premiere/

La poésie, c’est ma station-service, mon essence première. Les autres chapeaux en proviennent, même s’ils sont taillés pour d’autres rêves. Je pense aux résidences Passagers des Vents, une aventure collective, montée en Haïti en 2010, pour concilier utopie et action. Je vais aussi vers la musique ou le cinéma. Un poète trouve sa place dans les cabines d’essayage. Il essaie plein de costumes pour donner corps au rêve.

Vous écrivez en créole et en français. À quel besoin le passage entre ces deux langues correspond-il ? Est-ce à un refus du repli identitaire ?

Cela s’opère de manière étrange. Le créole est ma langue maternelle, même si j’ai commencé à écrire en français. Influencé par mes premières lectures au collège (Lagarde et Michard, la Bible, etc.), j’écrivais des sonnets, je faisais des rimes mal embrassées qui fascinaient ma mère.

Un ami professeur, poète lui-même, m’a mis entre les mains un recueil en créole de Georges Castera. Un électrochoc. Ma langue maternelle savait chanter comme personne. C’est un miracle dont seuls les diamantaires de la langue (les poètes) ont le secret. Charger les mots de nerfs, de couleurs, de courants. D’autres voix comme Frankétienne ont eu sur moi le même effet.

Être poète à deux mains, pouvoir rêver dans deux langues, me rend poreux et attentif aux accents des autres langues. C’est chaud entre les deux, mes langues s’embrasent pour un oui et pour un non. Toutefois, je n’arrive toujours pas à pleurer en français.

L’amour et la mort sont des thèmes omniprésents dans votre œuvre, est-ce que finalement ce sont les seules questions importantes à traiter en littérature ?

Il y a dans ma création un corps-à-corps entre les deux thèmes. Je viens d’un pays où la mort est hyperactive et vivante. J’ai déjà entendu des gens se demander : « Est-ce que tel défunt est toujours mort ? » Le phénomène des zombies alimente sûrement ce va-et-vient entre les deux mondes. Je recommande la lecture du roman Hadriana dans tous mes rêves de René Depestre (Gallimard), un bijou sur la question.

En dehors du couple infernal amour-mort, j’ai d’autres obsessions : le feu, le sang, la vie, l’éros, les ouragans, les visages, les chiens, les pays... Je me laisse aussi téléguider par les événements, d’où mon roman Belle Merveille (sur un séisme), sans parler de ma sortie sur le Brexit. Je suis un auto-stoppeur des événements, je saute dans le premier train qui déraille vers l’inconnu.

Vous dirigez la très belle revue littéraire et artistique intranQu’îllités. Quel esprit l’anime ?

Elle évolue dans l’union libre des genres, avec des poètes, des romanciers, des photographes, des philosophes, des musiciens, des peintres, des réalisateurs (1), pour constituer une poétique, une boîte noire qui capte les vibrations du monde par le prisme de la beauté. Avec Pascale Monnin (installée en Normandie), nous l’avons créée en 2010 (au lendemain du séisme en Haïti) à partir d’une lettre du lumineux romancier Jacques Stephen Alexis, dans laquelle il écrit : « N’oublie jamais qu’un être humain ce n’est pas seulement des bras, des jambes et des mains, c’est avant tout une intelligence.

Je ne voudrais pas que tu laisses dormir ton intelligence. Quand on laisse dormir son intelligence, elle se rouille comme un clou, et puis on est méchant sans le savoir. »

Propos recueillis par Valérie Schmitt et Cindy Mahout

(1) Le dernier numéro rassemble 170 contributeurs de 65 pays.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Afrique
Kenya : le pays suspendu à des élections à haut risque
Mardi 9 août se déroulent au Kenya des élections générales. Alors que la population fait face à une crise économique et à une forte hausse des prix, ce scrutin risque de déstabiliser ce pays clé de l’Afrique de l’Est. 
par Gwenaelle Lenoir
Journal — International
L’apartheid, révélateur de l’impunité d’Israël
Le débat sur l’existence ou non d’un système d’apartheid en Israël et dans les territoires palestiniens occupés est dépassé. L’apartheid israélien est un fait. Comme le confirme l’escalade des frappes et des représailles autour de la bande de Gaza, il est urgent désormais de mettre un terme à l’impunité d’Israël et de contraindre son gouvernement à reprendre les négociations.
par René Backmann
Journal — Proche-Orient
Au moins trente et un morts à Gaza depuis le début de l’offensive israélienne
Parmi les victimes des frappes visant la bande de Gaza figurent six enfants et des dirigeants du groupe armé palestinien Djihad islamique. L’armée israélienne parle d’une « attaque préventive ».
par La rédaction de Mediapart (avec AFP)
Journal
Au Pérou, l’union du président de gauche et de la droite déclenche une déferlante conservatrice
Sur fond de crise politique profonde, les femmes, les enfants et les personnes LGBT du Pérou voient leurs droits reculer, sacrifiés sur l’autel des alliances nécessaires à l’entretien d’un semblant de stabilité institutionnelle. Les féministes sont vent debout.
par Sarah Benichou

La sélection du Club

Billet de blog
Deux expos qui refusent d'explorer les réels possibles d'une histoire judéo-arabe
[REDIFFUSION] De l’automne 2021 à l’été 2022, deux expositions se sont succédées : « Juifs d’Orient » à l’Institut du Monde Arabe et « Juifs et Musulmans – de la France coloniale à nos jours » au Musée de l’Histoire de l’Immigration. Alors que la deuxième est sur le point de se terminer, prenons le temps de revenir sur ces deux propositions nous ont particulièrement mises mal à l'aise.
par Judith Abensour et Sadia Agsous
Billet de blog
Michael Rakowitz, le musée comme lieu de réparation
À Metz, Michael Rakowitz interroge le rôle du musée afin de mettre en place des dynamiques de réparation et de responsabilisation face aux pillages et destructions. Pour sa première exposition personnelle en France, l’artiste irako-américain présente un ensemble de pièces issues de la série « The invisible enemy should not exist » commencée en 2007, l’œuvre d’une vie.
par guillaume lasserre
Billet de blog
Réponse au billet de Pierre Daum sur l’exposition Abd el-Kader au Mucem à Marseille
Au Mucem jusqu’au 22 août une exposition porte sur l’émir Abd el-Kader. Le journaliste Pierre Daum lui a reproché sur son blog personnel hébergé par Mediapart de donner « une vision coloniale de l’Émir ». Un membre du Mrap qui milite pour la création d'un Musée national du colonialisme lui répond. Une exposition itinérante diffusée par le site histoirecoloniale.net et l’association Ancrages complète et prolonge celle du Mucem.
par Histoire coloniale et postcoloniale
Billet de blog
A la beauté ou la cupidité des profiteurs de crise
Alors que le débat sur l'inflation et les profiteurs de la crise fait rage et que nous assistons au grand retour de l'orthodoxie monétaire néolibérale, qui en appelle plus que jamais à la rigueur salariale et budgétaire, relire les tableaux d'Otto Dix dans le contexte de l'Allemagne années 20 invite à certains rapprochements idéologiques entre la période de Weimar et la crise en Europe aujourd'hui.
par jean noviel