James Noël
Poète, écrivain, maître d'oeuvre de la revue IntranQu'îllités (une boîte noire des imaginaires)
Abonné·e de Mediapart

45 Billets

0 Édition

Billet de blog 5 juil. 2022

La poésie, c’est mon essence première - Entretien

j'ai répondu aux questions de Valérie Schmitt et Cindy Mahout de la revue Perluette, une initiative de Normandie Livre et Lecture. Vous trouverez quelques lectures extraites de 7 poèmes d'amours chiennes (inédit), enveloppées par le son du saxophoniste Sébastien Souchois. 

James Noël
Poète, écrivain, maître d'oeuvre de la revue IntranQu'îllités (une boîte noire des imaginaires)
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Source: https://perluete.normandielivre.fr/linvite-james-noel-essence-premiere/

Vous êtes écrivain, chroniqueur, poète, organisateur de résidences d’écriture, directeur de revue littéraire, comment se répondent tous ces rôles ?

Ce qui m’aiguillonne, c’est la poésie. Elle me permet de me contacter, jouer cœur sur table pour soudoyer mes monstres. Le fait de lâcher quelques lignes au réveil, même quand c’est raté, m’aide à me connecter pour entrer en résonance avec le monde. Quand on vit sur le fil, on doit trouver des armes secrètes, comme des pelotes pour broder ses chaos. « Danser sa vie », prescrit le philosophe.https://perluete.normandielivre.fr/linvite-james-noel-essence-premiere/

La poésie, c’est ma station-service, mon essence première. Les autres chapeaux en proviennent, même s’ils sont taillés pour d’autres rêves. Je pense aux résidences Passagers des Vents, une aventure collective, montée en Haïti en 2010, pour concilier utopie et action. Je vais aussi vers la musique ou le cinéma. Un poète trouve sa place dans les cabines d’essayage. Il essaie plein de costumes pour donner corps au rêve.

Vous écrivez en créole et en français. À quel besoin le passage entre ces deux langues correspond-il ? Est-ce à un refus du repli identitaire ?

Cela s’opère de manière étrange. Le créole est ma langue maternelle, même si j’ai commencé à écrire en français. Influencé par mes premières lectures au collège (Lagarde et Michard, la Bible, etc.), j’écrivais des sonnets, je faisais des rimes mal embrassées qui fascinaient ma mère.

Un ami professeur, poète lui-même, m’a mis entre les mains un recueil en créole de Georges Castera. Un électrochoc. Ma langue maternelle savait chanter comme personne. C’est un miracle dont seuls les diamantaires de la langue (les poètes) ont le secret. Charger les mots de nerfs, de couleurs, de courants. D’autres voix comme Frankétienne ont eu sur moi le même effet.

Être poète à deux mains, pouvoir rêver dans deux langues, me rend poreux et attentif aux accents des autres langues. C’est chaud entre les deux, mes langues s’embrasent pour un oui et pour un non. Toutefois, je n’arrive toujours pas à pleurer en français.

L’amour et la mort sont des thèmes omniprésents dans votre œuvre, est-ce que finalement ce sont les seules questions importantes à traiter en littérature ?

Il y a dans ma création un corps-à-corps entre les deux thèmes. Je viens d’un pays où la mort est hyperactive et vivante. J’ai déjà entendu des gens se demander : « Est-ce que tel défunt est toujours mort ? » Le phénomène des zombies alimente sûrement ce va-et-vient entre les deux mondes. Je recommande la lecture du roman Hadriana dans tous mes rêves de René Depestre (Gallimard), un bijou sur la question.

En dehors du couple infernal amour-mort, j’ai d’autres obsessions : le feu, le sang, la vie, l’éros, les ouragans, les visages, les chiens, les pays... Je me laisse aussi téléguider par les événements, d’où mon roman Belle Merveille (sur un séisme), sans parler de ma sortie sur le Brexit. Je suis un auto-stoppeur des événements, je saute dans le premier train qui déraille vers l’inconnu.

Vous dirigez la très belle revue littéraire et artistique intranQu’îllités. Quel esprit l’anime ?

Elle évolue dans l’union libre des genres, avec des poètes, des romanciers, des photographes, des philosophes, des musiciens, des peintres, des réalisateurs (1), pour constituer une poétique, une boîte noire qui capte les vibrations du monde par le prisme de la beauté. Avec Pascale Monnin (installée en Normandie), nous l’avons créée en 2010 (au lendemain du séisme en Haïti) à partir d’une lettre du lumineux romancier Jacques Stephen Alexis, dans laquelle il écrit : « N’oublie jamais qu’un être humain ce n’est pas seulement des bras, des jambes et des mains, c’est avant tout une intelligence.

Je ne voudrais pas que tu laisses dormir ton intelligence. Quand on laisse dormir son intelligence, elle se rouille comme un clou, et puis on est méchant sans le savoir. »

Propos recueillis par Valérie Schmitt et Cindy Mahout

(1) Le dernier numéro rassemble 170 contributeurs de 65 pays.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Migrations
Des femmes et des enfants survivent dans la rue à Bagnolet
Une vingtaine de femmes exilées, et autant d’enfants, dont des nourrissons, occupent un coin de rue à Bagnolet depuis le 4 août pour revendiquer leur droit à un hébergement. Une pétition vient d’être lancée par différentes associations pour soutenir leur action et interpeller les autorités sur leur cas.
par Nejma Brahim
Journal — Logement
Face au risque d’expulsion à Montreuil : « Je veux juste un coin pour vivre »
Ce mardi, une audience avait lieu au tribunal de proximité de Montreuil pour décider du délai laissé aux cent vingt personnes exilées – femmes, dont certaines enceintes, hommes et enfants – ayant trouvé refuge dans des bureaux vides depuis juin. La juge rendra sa décision vendredi 12 août. Une expulsion sans délai pourrait être décidée.
par Sophie Boutboul
Journal — Énergies
La sécheresse aggrave la crise énergétique en Europe
Déjà fortement ébranlé par les menaces de pénurie de gaz, le système électrique européen voit les productions s’effondrer, en raison de la sécheresse installée depuis le début de l’année. Jamais les prix de l’électricité n’ont été aussi élevés sur le continent.
par Martine Orange
Journal — France
Inflation : le gouvernement se félicite, les Français trinquent
L’OCDE a confirmé la baisse des revenus réels en France au premier trimestre 2022 de 1,9 %, une baisse plus forte qu’en Allemagne, en Italie ou aux États-Unis. Et les choix politiques ne sont pas pour rien dans ce désastre.
par Romaric Godin

La sélection du Club

Billet de blog
Faire face à l’effondrement du service public de santé
Après avoir montré l’étendue et les causes des dégâts du service public de santé français, ce deuxième volet traite des solutions en trompe-l’œil prises jusque-là. Et avance des propositions inédites, articulées autour de la création d’un service public de santé territorial, pour tenter d’y remédier.
par Julien Vernaudon
Billet de blog
Variole du singe : ce que coûte l'inaction des pouvoirs publics
« L'objectif, c'est de vacciner toutes les personnes qui souhaitent l'être, mais n'oublions pas que nous ne sommes pas dans l'urgence pour la vaccination ». Voilà ce qu'a déclaré la ministre déléguée en charge des professions de santé, au sujet de l'épidémie de la variole du singe. Pourtant pour les gays/bis et les TDS il y a urgence ! Quel est donc ce « nous » qui n'est pas dans l'urgence ?
par Miguel Shema
Billet de blog
Ce que nous rappelle la variole du singe
[REDIFFUSION] A peine la covid maitrisée que surgit une nouvelle alerte sanitaire, qui semble cette fois plus particulièrement concerner les gays. Qu’en penser ? Comment nous, homos, devons-nous réagir ? Qu’est-ce que ce énième avertissement peut-il apporter à la prévention en santé sexuelle ?
par Hervé Latapie
Billet de blog
Variole du singe : chronique d'une (nouvelle) gestion calamiteuse de la vaccination
[REDIFFUSION] Créneaux de vaccination saturés, communication inexistante sur l'épidémie et sur la vaccination, aucune transparence sur le nombre de doses disponible : la gestion actuelle de la variole du singe est catastrophique et dangereuse.
par Jean-Baptiste Lachenal