jan nolf
Justice
Abonné·e de Mediapart

17 Billets

0 Édition

Billet de blog 14 déc. 2021

Pardon pour la déshumanisation de la justice

Pourquoi je peux imaginer le découragement et même la colère de mes collègues français - et la tristesse devant la perte d'une jeune collègue, Charlotte, 29 ans, qui a quitté la vie

jan nolf
Justice
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Les magistrats et les personnels de justice français réclament ce 15 décembre des moyens supplémentaires pour une administration humaine et équitable de la justice. 

Dans mon livre de 2016 " La force de la justice " (traduit en français en 2017), j'ai déjà pointé du doigt les effroyables statistiques françaises.

La France a dépensé par citoyen (54 euros) environ la moitié seulement de ce qu'ont dépensé les Pays-Bas (95 euros) et beaucoup moins que la Belgique (80 euros) - des chiffres disséqués de manière experte par le professeur Benoit Allemeersch (KULeuven).
Ces proportions internationales n'ont pas changé de façon spectaculaire au cours des dernières années.

C'est pourquoi je peux imaginer le découragement et même la colère de mes collègues français - et la tristesse devant la perte d'une jeune collègue, Charlotte, 29 ans, qui a quitté la vie.

Il y a cinq ans - et cinq ans après avoir démissionné du plus beau métier de la magistrature en manifestant publiquement contre sa ‘déshumanisation’ - j'ai écrit dans " La force de la justice " pour demander un " pardon ". 

Moi aussi, je ne pouvais plus répondre à toutes les questions des personnes en face de moi. 

Il n'y avait pas assez de temps pour moi non plus, et donc pas pour eux non plus. 

Eux aussi ont été étouffés dans une usine judiciaire qui n'a rien à voir avec une véritable justice.

En mémoire, mais aussi en soutien à tous ceux qui ont des difficultés avec la justice, je vous livre ci-dessous ce 'post-scriptum' car juge, procureur, avocat ou simple citoyen, nous sommes tous des acteurs de la justice.... 

Il s’agit - comme trop souvent dans nos cours et tribunaux - d’un monologue, que je reprends ici.

Un jour - je l’ai promis - il se transformera en pièce de théâtre, afin de mieux faire vivre cet exercice si humain, au-delà du juridiquement impossible: une justice d’humilité et de tendresse. 

Osons la tendresse, ayons ce courage, c’est tout le message de mon livre ‘La force de la justice. Plaidoyer pour une justice plus juste’, dont vous lisez ici la fin (*)

Post-scriptum. Pardon pour tout

Pardon à vous, qui êtes un jour venu chercher justice chez moi...

Cher citoyen,

J’ai failli, moi aussi. 

Aujourd’hui, cela fait cinq ans déjà que je ne siège plus dans cette belle salle d’audience aux briques d’une chaleureuse couleur rouge jaune.

Je n’ai plus de jugement à formuler à votre propos, là-bas, le long de l’eau et des roseaux, sous les branches qui se balancent au-dessus de la verrière. Aujourd’hui, cinq ans plus tard, nos rapports ont changé. Je suis désormais « juge de paix honoraire », mais ce titre ne signifie pas grand-chose. Je ne suis plus du tout magistrat. Je n’ai plus aucun jugement à formuler.

Aujourd’hui, enfin, c’est vous qui me jugez et qui jugez ce que j’écris, sur Twitter, dans les colonnes des journaux, et maintenant dans ce livre. C’est un juste retour des choses qui recèle une part de sagesse. J’ai inversé les rôles. Je voudrais savoir quel jugement vous portez sur le juge de paix d’autrefois. Vous ai-je compris ? Vous ai-je déçu ? Vous ai-je causé de l’injustice ? Vous ai-je expliqué pourquoi j’avais pris telle décision plutôt qu’une autre ? Ai-je résolu une partie des problèmes que vous êtes venu me soumettre ?

Je vous demande donc pardon, sans ironie, sans cynisme. Je le pense vraiment : pardon. 

Pardon pour toutes les fois où j’ai cru, à tort, vous comprendre. Pardon pour toutes les fois où j’ai cru faire justice mais où je me suis trompé. Pardon pour tous les jugements où j’ai davantage expliqué ma décision pour moi-même et pour votre avocat que pour vous. Pardon d’avoir cru à ma propre vérité. Pardon pour les nombreux jugements qui n’ont rien résolu. 

Pardon aux plus jeunes d’entre vous, entendus à huis clos dans mon bureau. Parce que même si j’avais préparé un coca-cola ou un jus de fruits, le moment demeurait bien trop imposant. 

Pardon aux plus âgés d’entre vous, alités dans une chambre d’hôpital. Certains pour quelques jours seulement, ou pour quelques heures, certains dans le coma. Parce que les mots justes m’ont souvent manqué, face à vous et à votre famille. 

Pardon aux malades dans cette salle d’audience, une salle qui ressemblait parfois à un cabinet de médecin. Pardon de vous avoir fait patienter si longtemps et si nombreux dans la file d’attente.

Pardon à tous ceux qui étaient accablés par la fatigue, toussant, éternuant, reniflant. Vous aviez les yeux cernés, la peau livide. Vous étiez pliés en deux en attendant votre tour, et aviez du mal à saisir votre nom lorsque le greffier faisait l’appel. 

Pardon à vous qui vous avanciez péniblement, votre convocation à la main. Les yeux fixant le bout de vos chaussures usées au lieu de soutenir mon regard. Demandant « pourquoi », mais sans mots, rien qu’avec un regard vide me disant que vous n’attendiez pas de réponse. 

Pardon pour les fois où, au moment de prendre congé, je vous ai dit : « Allez maintenant chez le médecin. » Pardon pour la pauvreté qui vous rend malade. Pardon pour la maladie qui vous rend pauvre. Parce que vous n’aviez pas les moyens de vous faire soigner. Et lorsque vous n’en pouviez plus, vous alliez aux urgences. Et si vous ne payiez pas, vous étiez reconvoqué chez moi, pour cette facture impayée. Et vous étiez reparti pour un tour de Justice.

Pardon pour la procédure que vous ne compreniez pas. Pardon de n’avoir pas eu le temps d’expliquer ce que même après cinq années d’université, les juristes ne comprennent pas toujours. 

Pardon pour le fait que même le site web de la justice de paix était trop compliqué. Pardon pour le fait que votre connexion internet ait été coupée. Pardon pour le fait que pour cette facture aussi, vous ayez été convoqué. Pardon pour le fait qu’à cause de cela, vous étiez en incapacité de travail. Pardon pour le fait que vous ayez été licencié juste à ce moment-là. Pardon pour le manque de patience de l’huissier de justice. Pardon pour cette petite facture qui finit par représenter le montant de votre revenu de remplacement. Pardon pour le fait que vous ne pouviez plus vous en sortir. Pardon pour les disputes domestiques qui faisaient votre quotidien. Pardon pour le fait que votre partenaire n’ait plus pu le supporter. Pardon de vous avoir expulsé de chez vous. Pardon pour le fait que vous ne voyiez presque plus vos enfants. 

Pardon pour les enfants. Pardon de ne pas les avoir entendus moi-même lorsqu’ils pleuraient. 

Pardon d’avoir dû prononcer le droit. Pardon pour le fait qu’il était alors trop tard pour la justice. 

Pardon pour tout cela.

Et pardon aussi au nom de tous ceux qui ne demanderont jamais pardon parce que ce mot ne figure pas dans leur code de loi. Pardon pour tous ceux qui ne voulaient surtout pas que je demande pardon en leur nom. 

Pardon.

(*) Extrait p. 271-273 'La force de la justice. Plaidoyer pour une Justice plus juste' Paru en 2016 en néerlandais chez Uitgeverij EPO (Anvers) et en 2017 en français chez Nowfuture Editions (Liège). 

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Santé
Maltraitance en Ehpad : une indignation feinte et insuffisante
Les pouvoirs publics font mine de découvrir que le puissant groupe Orpea se joue des règles dans ses Ehpad. Mais la maltraitance, les conditions de travail dégradées et la répression syndicale sont sur la table depuis des années,  sans que jamais le système de financement ne soit remis en cause.
par Mathilde Goanec et Leïla Miñano
Journal — France
Macron 2017 : la preuve que l’affaire a été enterrée
Le préfet Cyrille Maillet, nommé par Emmanuel Macron à la tête d’un service du ministère de l’intérieur, a personnellement classé l’enquête concernant des prestations de sécurité suspectes durant la campagne présidentielle, avec des motifs fallacieux et contre l’avis de trois sous-directeurs.
par Fabrice Arfi, Antton Rouget et Marine Turchi
Journal
La grande colère des salariés d’EDF face à l’État
Ulcérés par la décision du gouvernement de faire payer à EDF la flambée des prix de l’électricité, plus de 42 % des salariés du groupe public ont suivi la grève de ce 26 janvier lancée par l’intersyndicale. Beaucoup redoutent que cette nouvelle attaque ne soit que les prémices d’un démantèlement du groupe, après l’élection présidentielle.
par Martine Orange
Journal
Gérald Darmanin, le ministre qui dissout plus vite que son ombre
Après une manifestation antifasciste à Nantes, le ministre de l’intérieur a annoncé son intention de dissoudre le collectif « Nantes révoltée », animateur d’un média alternatif local. Outil administratif conçu contre les groupes factieux, la dissolution est avant tout utilisée comme une arme de communication et de neutralisation politique. 
par Camille Polloni

La sélection du Club

Billet de blog
Le bracelet électronique, facteur et révélateur d'inégalités
Chercheur à l’École normale supérieure, Franck Ollivon propose une approche géographique du placement sous surveillance électronique. Il analyse notamment la façon dont, en reposant sur la restriction spaciale, le bracelet redessine les contours d’un espace carcéral, dans lequel les situations individuelles des placés sont inévitablement facteurs d’inégalités.
par Observatoire international des prisons - section française
Billet de blog
« Rien n’a été volé »
Chronique d'audience. Abderrahmane B., pas même vingt ans, né à Alger et SDF a été arrêté avant le week-end. Il comparaît pour un vol à la roulotte. Néanmoins, il y a une difficulté dans la qualification de l’infraction : rien n’a été volé.
par La Sellette
Billet de blog
Fermer une prison, y ouvrir une école et un musée
« Ouvrir une école, c’est fermer une prison », aurait dit Victor Hugo. Avec la fermeture imminente de la prison de Forest, un projet stratégique unique se présente aux acteurs politiques bruxellois : traduire la maxime d’Hugo en pratique et, en prime, installer un musée de la prison au cœur de l’Europe ! Par Christophe Dubois
par Carta Academica
Billet de blog
Un système pénal à abolir : perspectives féministes
Dans son essai Pour elles toutes. Femmes contre la prison, Gwenola Ricordeau propose une réflexion sur l'abolition du système pénal (police, justice, prison) d'un point de vue féministe, à contre-courant des courants dominants du féminisme qui prônent un recours toujours plus accru au pénal.
par Guillaume_Jacquemart