Marre de l'ingérence

MAIS QUI ES-TU VRAIMENT GEORGE SOROS ?

Après des années de dictature et de despotisme, nous avons tous été émus devant nos postes de télé de voir le peuple arabe, en Tunisie, en Égypte, à Bahreïn, en Libye, au Yemen, en Syrie et même au Maroc, sortir dans la rue scandant inlassablement le même hymne « dignité, liberté, fierté ». Des marées humaines, enfants, femmes , libres penseurs, démocrates, humanistes déferlants dans les rues, bras dessus bras dessous avec des islamistes, des fondamentalistes, des salafistes… « peu importe avec qui nous manifestons du moment que nous avons le nombre » me disaient les jeunes marocains du mouvement du 20 février dans mon documentaire « le Chant des Tortues » , un mouvement contestataire qui va connaître une fin  sans gloire avec l’arrivée au pouvoir du PJD, parti Justice et développement.

Bande annonce - Le chant des tortues © Jawad Rhalib

Pendant des années, les jeunes révolutionnaires arabes vont occuper des places, ils vont déployer des slogans cinglants et irrévérencieux, reprenant le contrôle d’une parole si longtemps confisquée. C’était beau à voir. Internet va remplacer les sit-in. Les manifestations en Égypte vont être alimentées par les réseaux sociaux. Les blogueurs égyptiens et leur révolte « facebookienne », vont être soutenus par les américains. De nombreux articles ont révélé l’implication du « marionnettiste » américain qui en tirait les ficelles. l’USAID, Freedom House, l’Open Society Institute (OSI)…toutes des organisations américaines, financées par soit le budget américain, soit par des capitaux privés américains étaient impliqués. l’OSI (l’Open Society Institute) fait partie de la Fondation Soros, du nom de son fondateur George Soros le milliardaire américain, illustre spéculateur financier et philanthrope, qui définit lui-même ses actions de « Moral et d’immoral à la fois ». Spéculateur, milliardaire, philanthrope… George Soros est mondialement connu pour avoir contribué au renversement de nombreux régimes politiques.Sacré Soros, sacré schizophrène.

Depuis la révolutions égyptienne l’énigmatique George Soros ne cessera de m’obséder, je vais le suivre à la trace, je vais suivre des documentaires, des reportages, lire des livres, des articles sur lui...

En juin 2017, je vais découvrir un essai « LES RESEAUX SOROS A LA CONQUETE DE L'AFRIQUE » (https://www.vapress.fr/shop/LES-RESEAUX-SOROS-A-LA-CONQUETE-DE-L-AFRIQUE_p24.html). Les auteurs Stéphanie ERBS, Vincent BARBE, Olivier LAURENT vont mettre à jour le système d’influence efficace et tentaculaire de George Soros en Afrique. Soros à travers sa fondation « Open Society » finance des ONG, des fondations, des médias et la société civile en Afrique. Il les utilise comme déclencheurs et  pour renverser des régimes politiques. Ses actions « philanthropiques » lui permettent d’installer insidieusement des régimes politiques favorables à ses intérêts financiers. Les auteurs évoquent le cas sénégalais, analysent le renversement du Président Compaoré au Burkina Faso et les jeux d’influence à l’œuvre actuellement en République Démocratique du Congo (RDC) pour obtenir le départ du Président Kabila.

Retour en arrière, en 2001 et 2002 je vais réaliser deux documentaires en Afrique du Sud « La nouvelle Afrique du Sud, oui mais… » et « L’équation sud-africaine ». Des relations étroites avec des journalistes vont naturellement se nouer, des projets vont voir le jour et des promesses de collaboration vont se mettre en place. Il y a quelques semaines, je reçois un coup de fil de Pretoria d’un de mes contacts journalistes. Ce coup de fil va réveiller mon ancien intérêt en Mr George Soros.

George Soros George Soros

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Comme dans de nombreux autres pays et élections dans le monde, selon de nouvelles preuves et selon une enquête par le Département fédéral des affaires intérieures suisse et le Service des impôts de l'Afrique du Sud, George Soros soutient secrètement l'opposition en République démocratique du Congo via les ONG Sud-Africaines 'In Transformation Initiative' et 'Southern Africa Trust' et l'ONG suisse 'Kofi Annan Foundation', s'immiscent ainsi dans les prochaines élections en RDC prévues pour le 30 décembre 2018. Il y parvient au travers d'un réseau complexe d'organisations atteignant les plus hauts niveaux de la société américaine.      

Notre enquête, menée depuis quelques semaines en Afrique du Sud et à Genève, va rejoindre celle des auteurs de l’essai « LES RESEAUX SOROS A LA CONQUETE DE L'AFRIQUE ». Telle une toile d’araignée, on voit l’Open Society contrôler financièrement et par ricochet « idéologiquement » de nombreux acteurs de la société civile, des média et des ONG qui agissent dans le même sens, servir les intérêts de George Soros. Peu importe le sort du peuple africain, la famine, la guerre, la misère...

D’un côté le philanthrope George Soros œuvre pour la promotion de la démocratie et des libertés, de l’autre côté le spéculateur George Soros investit dans des secteurs controversés : mines, pétrole, OGM, biocarburants...Je vous invite à lire cet intéressant blog publié en 2017 et qui faisait référence à l’essai de Stépanie ERBS, Vincent BARBE, Olivier LAURENT: (https://blogs.mediapart.fr/moise-badungue/blog/300517/les-reseaux-soros-la-conquete-de-l-afrique-le-livre-lire-absolument)

1osisa

 

 

 

 

 

Il existe de nombreuses preuves montrant que In Transformation Initiative, Southern Africa Trust et Kofi Annan Foundation ont secrètement conspiré avec Open Society Foundations, financée par George Soros, pour s'ingérer gravement dans les élections en République Démocratique du Congo tout en se livrant à des irrégularités financières, en finançant la conférence de l’opposition tenue à Pretoria et induisant les autorités locales en erreur quant à la véritable nature de leurs activités. In Transformation Initiative, une ONG très secrète et non transparente, a organisé une conférence à Pretoria du 23 au 25 octobre 2018, au cours de laquelle sept dirigeants de l’opposition ont convenu de désigner un candidat unique pour s’opposer au candidat du gouvernement aux élections du 30 décembre.

Selon une enquête menée par les autorités, In Transformation Initiative est une ONG dont le fonctionnement est dissimulé, car elle n’est pas disponible sur les réseaux sociaux, elle ne présente aucun rapport financier et son budget et ses financements ne sont pas divulgués. Il n’est pas clair si elle est officiellement enregistrée en tant qu’ONG en Afrique du Sud et ils ont seulement 5 employés. In Transformation Initiative ne semble pas avoir de bureau physique, car l'adresse de son siège social conduit à un lieu désert.

Bien que l'In Transformation Initiative ne soit pas censée s'impliquer dans des activités politiques, selon de nouvelles preuves, elle le fait dans le cas de la RDC avec la ferme intention d'intervenir dans l'avenir du pays et de faire pression sur le gouvernement élu de la RDC.Les témoignages de première main ont révélé que c'était Southern Africa Trust, qui entretenait des liens étroits avec Soros, qui avait financé et soutenu cette initiative en cachette. Certains des liens incluent les principaux dirigeants de Southern Africa Trust qui ont servi (et certains d’entre eux servent encore) en tant que principaux dirigeants des ONG de Soros, telles que Open Society Initiative for Southern Africa et Open Society Foundations. En outre, Soros sponsorise Southern Africa Trust, qui fournit ensuite les fonds à l’In Transformation initiative sous la table.

La conférence de Genève, qui a accueilli les sept personnalités de l'opposition les 9 et 11 novembre 2018, a été officiellement organisée par la Fondation Kofi Annan, une ONG enregistrée en Suisse. Comme cela a été révélé, George Soros était derrière la conférence et a exhorté la Fondation Kofi Annan à l'organiser et a  fournir la logistique, ce qui a été fait strictement sous la table. En outre, il a été découvert que la Open Society Foundation fournissait des subventions et un financement de plusieurs millions de dollars à la Fondation Kofi Annan depuis des années. Certains membres du conseil d’administration de la Fondation Kofi Annan ont des liens étroits avec Soros. Une des organisations partenaires de la Fondation Kofi Annan a été fondée par Soros. Le bureau d’Open Society Initiative for Southern Africa a confirmé à la source son implication avec quelques partenaires dans les prochaines élections, dans le cadre d’un projet dans le secteur de la justice. Ces actions secrètes ont été menées sous le prétexte de projets visant à aider et à soutenir la population congolaise, mais leur objectif final était de permettre à Soros d’agir contre le gouvernement actuel à de nombreux niveaux.

Le projet Enough a été fondé par le Center for American Progress, qui reçoit un financement de plusieurs millions de dollars de Soros, qui en est également le fiduciaire et le membre du conseil d'administration, et l'International Crisis Group, co-fondé par Soros. Le projet Enough est géré par New Venture Fund, une ONG basée à Washington qui reçoit également des fonds de Soros et collabore à des projets communs avec ses organisations. De plus, Soros a également fourni des satellites au bras d’enquête du projet Enough, le Sentry, par l’intermédiaire de Digital Globe, une société dans laquelle il détenait des actions.

e8428f19-548d-4831-810e-36e6268a4707
 

Il est clair que Soros est profondément impliqué dans l’influence des résultats des élections congolaises. Il est également clair que ses raisons, outre les intérêts personnels et politiques, sont de nature financière. La République démocratique du Congo est l’un des pays les plus riches au monde en cuivre, diamants, cobalt, pétrole, or, coltan, étain, etc. Soros accroît ses avoirs en or depuis deux ans et a probablement l’intention de le faire dans le futur. Il détient également des participations considérables dans General Motors, réputée pour sa forte demande de cobalt. Cette demande a fortement augmenté ces dernières années en raison de la montée en puissance des voitures électriques et du développement de leur technologie de batterie. Le cobalt en est un élément essentiel.

Spéculateur, milliardaire, philanthrope, manipulateur… qui es-tu vraiment George Soros ? Ou nous mèneras-tu ?

Une enquête de Jawad Rhalib et un collectif de journalistes africains.

 

Tired of the interference 

An investigation by Jawad Rhalib and a group of African journalists

(pdf, 280.3 kB) 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.