Le grand remplacement ou la grande invasion  …

Certains médias décomplexés parlent de grand remplacement. Ne nous laissons pas manipuler, ce qui se joue c'est la grande invasion, c'est le remplacement de nos valeurs fondamentales par une société dominée par un individualisme forcené, en fait l'égoïsme, l’argent devenue la mesure de toutes choses, la cupidité érigée au rang de valeur fondatrice. Ce modèle social ne vient pas de nulle part.

Le grand remplacement ou la grande invasion  …

Il est de bon ton dans certains médias décomplexés de parler de grand remplacement, signifiant ainsi que notre pays serait envahi par des hordes étrangères pour nous coloniser .

Pendant ce temps dans le monde réel, nous assistons à une invasion bien réelle.

Chronologie :

1938 naissance du néolibéralisme  lors du colloque Lippmann des libéraux français, des membres influents de l’école autrichienne : Friedrich von Hayek et Ludwig von Mises, des hommes qui feront l’ordolibéralisme allemand après-guerre : Wilhelm RöpkeAlexander Rüstow (Walter Eucken, le grand théoricien de ce mouvement, n’avait pas reçu l’autorisation de quitter l’Allemagne9), ainsi que des participants de divers autres pays.

1967 à mai 1968 la France demande au gouvernement américain de partager avec l’Europe leur pouvoir de veto sur la création de nouvelles liquidités , face au refus de l’administration américaine, le gouvernement français demande le retour à l’étalon or, suivi par le gouvernement allemand.la Grande-Bretagne s'apprête à faire de même pour de grosses quantités en 1971.

1968 le gouvernement américain suspend la convertibilité du dollar en or

1971  15 août  : Nixon annonce la fin de la convertibilité du dollar en or.

 

1973 coup d’état de Pinochet au Chili, les Chicago Boys font du Chili le laboratoire de leur théorie monétariste premiers pas du néolibéralisme, idéologie et système économique devenus :  la mondialisation.

3 Mai 1979 Margaret gagne les élections en Grande Bretagne

20 janvier 1981 Ronald devient président des Etats unis et met en place la politique de l’offre.

1983 Gouvernement Mauroy opte pour la rigueur réclamée par Jacques Delors (père spirituel de F Hollande et d’E Macron) .

22 février 1984, Yves Montand s'écrie: «Vive la Crise!» avec Serge July patron de Libération !

 

1986 la droite gagne les élections en France jacques Chirac devient premier ministre :

Lancement des privatisations

1988 F Mitterrand réélu président de la République, Rocard premier ministre,

Ni privatisation ni nationalisation

1990, soit un an après la chute du mur de Berlin, les États-Unis et l'Union européenne signent ensemble la première résolution transatlantique.

1992-1993 accélération de la déréglementation financière Pierre Bérégovoy premier ministre.

1995 et 1997 négociation secrète  entre  les vingt-neuf États membres de l’OCDE, l’accord multilatéral sur l'investissement (AMI) est la première tentative d'établissement d'un grand marché transatlantique.

1995 élection de Jacques Chirac , tentative de contreréforme de la sécurité sociale par le gouvernement Juppé. Manifestation et blocage du pays .

Années 90 politique de libéralisation et de dérèglementation menée sous l’égide de la Commission européenne,

1997 élection de Lionel jospin. L’état ne peut pas tout.

2002 réélection de jacques Chirac.

18 mars 2004 Lors du sommet entre l'UE et le Canada du  les responsables politiques des deux bords ont décidé de lancer des négociations sur un accord dénommé Accord visant à renforcer le commerce et l'investissement (ARCI)11 - TIEA pour Trade and Investment Enhancement Agreement en anglais. 

2005 rejet du projet de constitution européenne par le peuple français, hollandais, Irlandais et espagnol, réduisant la construction européenne à un grand marché où règne la concurrence libre et non faussée.

 

 

 

1er juin 2006 accord de partenariat transatlantique UE-Etats unis.

2007 élection de Nicolas Sarkozy  poursuite de la libéralisation et de la dérèglementation sur le modèle anglo-saxon.

 13 décembre 2007 à Lisbonne entre les vingt-sept États membres de l'Union européenne, le traité de Lisbonne est un traité signé qui transforme l’architecture institutionnelle de l’Union.

4 février 2008 Approuvé par la plupart des élus  PS (dont F Hollande)  et  RPR par le parlement réuni à Versailles

 Mai 2012 Election de François Hollande , la voie est libre pour les marchés financiers, et la démontage de l’état social.

Mai  2017 élection  d’E. Macron fondé de pouvoir du Medef et des milieux d’affaires, choisi par 18% des inscrits !


21
 septembre 2017 adoption du CETA

 

A cela il faut ajouter ce que Noam Chomsky désigne dans son nouvel ouvrage De la guerre comme politique étrangère des États-Unis, qui contraint à s’abriter sous le parapluie militaire américain et l’OTAN en particulier.

L’OTAN qui abrite de grandes démocraties comme la Turquie d’Erdogan, la Pologne, la Hongrie… administration américaine qui défend les droits de l’home en particulier chez son indéfectible allié l’Arabie saoudite, qui anéantit un peuple le peuple yéménite, Israël qui pratique l’apartheid contre les palestiniens, a facilité le coup d’état « démocratique » au Brésil, a installé un président complaisant en Argentine, au Chili,  cherche a déstabilisé le gouvernement élu du Venezuela, soutient un régime Ukrainien qui flirte avec l’extrême droite, les milieux d’affaires américains ont favorisé Trump avec l’aide d’Hilary Clinton face  à Bernie Sanders. L’administration américaine déteste ceux qui lui résistent autrefois le général de gaulle, aujourd’hui le gouvernement Russe et son président,  tout en développant des liens étrroits avec les gouvernements d’extrême droite polonais, Hongrois, …

 

Ce bref rappel pour  souligne le rôle central de l’administration américaine dans la mise en place des politiques néolibérales en s’appuyant sur ses relais que sont devenus : l’OTAN, le FMI, l’OCDE,    la commission européenne, le conseil européen et   les partis de gouvernement en France PS et droite conservatrice, SPD et CDU en Allemagne, Travaillistes et conservateurs en Grande Bretagne, PSOE et PPE en Espagne…..

Rappelons aussi que l’idéologie néolibérale a été propagée par l’administration américaine appuyant ses multinationales qui se sont constituées dès les années 60, par ailleurs l’idéologie néolibérale a été transmise aux grandes entreprises européennes par les théories du management, mais aussi par l’adoption de nouvelles normes comptables privées rédigées en partie pour satisfaire l’oligopole bancaire mondiale (8 sur 25 sont américaines)et les actionnaires des multinationales et les sociétés de conseils comme par exemple le Boston consulting group, les sociétés d’audit,  l’adoption progressive des normes juridiques anglosaxonnes via les cabinets d’avocats anglosaxons. Idéologie de la création de valeur pour l’actionnaire et gouvernance d’entreprise mis en musique par le droit et les règles comptables venus d’outre atlantique, appuyé par l’administration américaine et ses services.

L’influence anglosaxonne a été renforcée par la vague de  dérèglementation financière et l’interconnexion des marchés financiers promues par l’administration américaine et  soutenues par la Commission européenne. Cette déréglementation a permis aux banques,  fonds d’investissements américains notamment les fonds de pension de peser sur les marchés financiers mondiaux et européens en particulier.

Les milieux d’affaires anglosaxons ont rallié à leur cause les milieux d’affaires et les élites politiques en particulier français et allemands, grâce aux réformes de Gerhard Schroeder mettant fin au modèle Rhénan, l’industrie et les banques étaient liées  par un actionnariat réciproque, les industriels imposant leur vision là long terme…devenu le modèle allemand ordolibéral.

 

L’invasion anglosaxonne : la conquête du marché européen et mondial par les grandes entreprises américaines : les GAFA, Mac Donald, Starbucks, le rachat d’industrie de pointes françaises Alsthom, européennes Nokia, l’américanisation du mode de vie (lire Régis Debray : Civilisations), et maintenant le démontage final  de l’état social par E macron ne sont ni le fait du hasard, ni celui d’un complot, ils montrent la soumission de nos élites françaises et européennes à l’idéologie néolibérale, par intérêt et par opportunisme.

Cette invasion qui manipule notre vie par la publicité, par la vision répandue par les médias sur les réformes nécessaires, alors qu’il s’agit de contreréforme, de régression sociale, économique et politique.

En effet cette contreréforme ne peut se faire que par la dépolitisation des débats, qui deviennent de monologues entre technocrates et experts agréés par le système.

La grande invasion qui remet en cause notre pensée, notre droit à choisir démocratiquement nos lois, nos gouvernements sans contraintes, s’étale partout au grand jour, sous la forme d’une pensée unique, dictatoriale douce, il n’y a pas d’alternatives, c’est ce que nous martèle E macron, F hollande, A Merkel, S Gabriel, J C Junker le président corrompue  de la commission Européenne.

Cette grande invasion est silencieuse, elle se fait d’autant plus facilement que lors de chaque élection, les partis de gouvernement nous font croire que la démocratie est danger, menacée par l’extrême droite, qui curieusement est au pouvoir en Pologne, en Hongrie, en Croatie sans que la Commission Européenne ne prennent de sanctions économiques comme ‘est le cas avec la Grèce , dont le peuple a rejeté deux fois les sanctions européennes, mais comme l’a dit J Cl Junker les traités européens passent avant la démocratie !

Indépendance, république, démocratie  et liberté ne sont pas compatibles avec la mondialisation néolibérale anglosaxonne pou qui priment création de valeurs pour l’actionnaire, gouvernance d’entreprise, conformité à la place d’éthique, individualisme pour ne pas dire égoïsme au lieu de solidarité, cupidité  élevée au rang de valeur suprême : devenir millionnaire, au lieu d’intérêt général, d’égalité et fraternité.

 

Résister à l’invasion culturelle, commerciale, économique et sociale anglosaxonne est devenue une nécessité. C’est cela le danger qui nous menace tous ici et maintenant. Construire une alternative  politique et  une Europe indépendante du monde anglo-saxon sont  les deux batailles à mener, indispensables et nécessaires, si nous voulons rester libre dans une république  où les mots Liberté, égalité fraternité redeviendront des réalités.

Comme aux heures sombres de notre pays sachons réunir sans exclusive tous ceux qui privilégient l’indépendance contre la soumission, la liberté contre la servitude, la fraternité contre l’égoïsme, notre pays et l’Europe contre un envahisseur discret mais redoutable, qui veut mettre à bas nos valeurs, notre culture, notre histoire et notre avenir .

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.