Les enseignants ont des pouvoirs…

malgré les alternances successives, les changements multiples de Ministres, les déclarations fracassantes – souvent démagogiques – sur la priorité donnée à l’Education Nationale et à la jeunesse, la situation de l’enseignement n’a pas cessé de se dégrader : Classes surchargées ; Diminution des heures pour les apprentissages ;  Manipulation des grilles de notation ......

Les enseignants ont des pouvoirs…

 

« Dans quel état était la cité de Singapour dans les années soixante ? Les places aux très hauts niveaux de l’Etat revenaient aux plus offrants ; la police livrait les petites filles à la prostitution, au tourisme sexuel ; les grands voleurs et corrompus se partageaient le butin amassé ; les hauts gradés chargés de la Défense monopolisaient la propriété des terres et du riz et les juges monnayaient leurs jugements… Tout le monde disait que toute réforme était impossible dans les conditions actuelles de la cité… Mais je me suis tourné vers les enseignants qui vivaient eux-mêmes dans l’inquiétude et le désespoir ; j’ai augmenté fortement leurs rémunérations et je leur ai dit ceci : je m’occupe des institutions de la société mais je compte sur vous pour me former des Hommes» Lee Kuan Yew fondateur de la Cité/Etat de Singapour n’était pourtant pas un « révolutionnaire ».

 

En France, malgré les alternances successives, les changements multiples de Ministres, les déclarations fracassantes – souvent démagogiques – sur la priorité donnée à l’Education Nationale et à la jeunesse, la situation de l’enseignement n’a pas cessé de se dégrader :

-        Classes surchargées ;

-        Diminution des heures pour les apprentissages ;

-        Manipulation des grilles de notation afin de gonfler les résultats aux examens pour flatter élèves, parents et chef d’établissement en attente de gloire d’un travail fait par d’autres et sans être dérangé par des résultats -qu’il sait- gonflés artificiellement.

Côté enseignants :   

-        Pouvoir d’achat en nette régression ;

-        Rémunération et évolution de carrière bloquées depuis des années ;

-        Conditions de travail dégradées et formation au rabais ;

-        Métier/mission déconsidérés ;

-        Salaires parmi les plus bas d’Europe par rapport à leurs collègues européens (voici les faits : salaire moyen annuel d’un professeur des écoles en France 24 724 euros,

27 754 en Espagne, 30 335 en Belgique, 31 699 en Finlande, 32 225 aux Pays-Bas,

42 891 en Allemagne, 48 360 en Norvège…). Est-il nécessaire d’ajouter un commentaire ?

Les enseignants sont souvent livrés à l’autorité de petits « chefs » zélés et obsédés par leur rôle de « gestionnaires » exigeant d’eux toujours plus avec de moins en moins de moyens, ce qui rend un beau métier –aussi important soit-il- de moins en moins attractif.

Mesure-t-on l’impact d’un corps enseignant déterminé qui dirait d’une seule voix ?

-        STOP à cette médiocrité qu’on nous impose ;

-        STOP à ces gâchis humains et matériels qui livrent des jeunes -après des années d’efforts et de sacrifices de leurs parents, des enseignants…- au chômage et /ou à des emplois précaires proches de l’esclavage ;

-        STOP à cette incertitude de l’avenir que l’on fait supporter à notre jeunesse ;

-        Cessons le travail jusqu’à satisfaction de nos revendications légitimes et salutaires pour l’ensemble de la société.

On peut se passer d’un Président de la République, d’un Ministre, d’un Recteur, d’un Inspecteur, d’un Proviseur, d’un principal, d’un Directeur mais pas d’un professeur…

Hamid Benzekri, le 10/10/2015

Et au-delà des enseignants...

 

Qui sont les « rien, les fainéants... » ?

 

Que les agriculteurs arrêtent de produire

Que les travailleurs arrêtent de fabriquer, de produire et de construire

Que les bâtisseurs arrêtent de bâtir

Que les enseignants arrêtent d’instruire

Que le corps médical arrête de soigner et de guérir

Que les conducteurs arrêtent de conduire

Que les postiers arrêtent de courir...

Que les fonctionnaires arrêtent de servir

Que artistes arrêtent de créer et de produire

.........................................................................

Que les « riens » arrêtent de vous servir et on verra combien de temps vous pouvez tenir

On verra si votre « réussite » cotée en bourse, en dehors de faire de vous une « prostituée » selon vos dires, vous sert à quelque chose ou ne vous sert à rien...

On verra à quoi vous servez mesdames et messieurs les précieux ridicules.

La France belle et rebelle ne tardera pas à vous gratifier, Monsieur le paillasson des patrons, du Molière du mépris...

Vous êtes un être MÉPRISABLE

Je ne vous reconnais aucune légitimité pour me représenter...

 

                                                                     <image.png>
>


>

Le Molière du MÉPRIS

 

 

HB

 

NB : Il a suffi d’un jour de grève le 10 octobre dans la fonction publique pour que le monde égoïste panique...

« Qui va garder mes enfants » ?! Disent les uns, avant d’ajouter « moi je travaille... »

« On est pris en otage » renchérissent les autres.

 

Pendant ce temps les patrons et leurs chiens de garde -dont le premier servile Macron- se frottent les mains de voir la servitude volontaire installée dans la durée et elle risque même d’être léguer en héritage aux enfants et petits-enfants...

 

J’imagine le Rossignol esquisser un sourire triste sur ce qu’est devenu l’Homme née libre...

 

« Rossignol qui refuse de bâtir son nid dans une cage pour ne pas léguer l’esclavage en héritage à ses petits... »

 

Hamid Benzekri

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.