Jean Bachèlerie
retraité
Abonné·e de Mediapart

286 Billets

1 Éditions

Billet de blog 19 janv. 2013

La loi ou le contrat , la démocratie contre la technocratie?

C'est la lutte entre les dominants qui font aujourd'hui les lois, et les contrats, et les dominés à qui les dominants systématiquement enlève un à un tous les pouvoirs et contre pouvoirs dont ils disposent: la démocratie, la démocratie sociale: les conquêtes sociales, et leurs institutions qui sont vidées de leurs pouvoirs et détournées de leurs missions.  C'est aussi pour les dominants asseoir leur domination totale sur les partis de gouvernement: de droite comme de gauche.

Jean Bachèlerie
retraité
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

C'est la lutte entre les dominants qui font aujourd'hui les lois, et les contrats, et les dominés à qui les dominants systématiquement enlève un à un tous les pouvoirs et contre pouvoirs dont ils disposent: la démocratie, la démocratie sociale: les conquêtes sociales, et leurs institutions qui sont vidées de leurs pouvoirs et détournées de leurs missions.  C'est aussi pour les dominants asseoir leur domination totale sur les partis de gouvernement: de droite comme de gauche.

Les dominantsont  pris en otage la démocratie par le biais des partis de gouvernements partis gestionnaires, raisonnables. Reste la seule opposition qui vaille: la démocratie à la base, qui résite aux  dominants. Parmi les dominés, les premiers à résister  sont ceux qui souffrent le plus, ils sont sur la ligne de front: en première ligne, les ouvriers, les employés, les cadres petits et moyens, les indépendants attachés à leur métier et leur indépendance, et les intellectuels critiques, mais aussi les cadres critiques, les cadres supérieurs critiques, les dirigeants  de PME qui souffrent, les indépendants, certes tous minoritaires dans leur environnement, mais résistant, tenace, combatifs...

Comme toujours dans l'histoire les dominants  divisent pour régner, c'est ainsi qu'ils trouvent des supplétifs dans le monde du travail, les syndicats, aujourd'hui: les dirigeants de la CFDT, leurs alliés de la CFTC, et les dirigeants de la CGC, qui n'écoutent pas et n'ont jamais écouté la base, comme au plan politique le PS.

Depuis la fin des années 70 nous sommes dans une période où le néolibéralisme, en fait le capitalisme intégral ou total s'est progressivement emparé de tous les leviers de pouvoirs, mais pas de tous les hommes et les femmes, pas des syndicats proches de leur base, qui refuse d'être raisonnables, de se faire adouber par les dominants, comme l'ont accepté dès 1983 la CFDT.

Nous sommes depuis 1990 entrés dans l'ère du capitalisme total, comme totalitaire, il n'a plus d'adversaire connu et reconnu. Mais l'être humain sera toujours un homme révolté, un être qui résiste, qui réfléchit, cherche et finit par renverser les dominants, c'est le cours de l'histoire, à ceci près, que ce cours n'est pas écrit d'avance. Pas de déterminisme fut il historique, pas de déterminisme social, les dominants seront mis à bas comme en 1789, comme en 1871, comme en 1917, comme ne 1936, comme en 1945, comme en 1981-1986, même si le manque de cohérence politique a conduit au néolibéralisme, à partir de 1986 et pire de 1989 à 1993, défaite historique du PS, comme en 2002, le candidat PS battu par la droite et l'extrême droite et semble -t-il 2017, si nous ne renversons pas la table.

Ces défaites sont la conséquence du refus des responsables du PS d'assumer ces défaites, ce refus  a conduit inéluctablement au" meilleur d'entre eux",  François Hollande d'arriver au pouvoir sous l'aile protectrice des dominants. J M Ayrault fut le premier à les rassurer, nous ferons mieux et plus vite que Schroeder, qui a conduit le SPD a une défaite historique dont il n'est pas près de se relever.

Alors les hommes et femmes révoltés doivent tout faire pour que 2017 ne signent pas une nouvelle progression du capitalisme totalitaire.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — États-Unis
« La Cour suprême des États-Unis a un agenda : celui de l’extrême droite »
La Cour suprême des États Unis vient de rendre plusieurs arrêts inquiétants. Le premier, actant la fin de l’autorisation fédérale d’avorter, a mis le monde en émoi. Jeudi 30 juin, elle a nié l’autorité de l’agence pour l’environnement américaine a réduire les gaz à effets de serre. Pour l’américaniste Sylvie Laurent, elle est devenue une institution « fondamentaliste ».
par Berenice Gabriel, Martin Bessin et Mathieu Magnaudeix
Journal — Budget
Le « paquet pouvoir d’achat » ne pèse pas lourd
Le gouvernement a confirmé une série de mesures pour soutenir le pouvoir d’achat des fonctionnaires, des retraités et des bénéficiaires de prestations sociales. Mais ces décisions ne permettent pas de couvrir la hausse des prix et cachent une volonté de faire payer aux plus fragiles le coût de l’inflation.
par Romaric Godin
Journal
Covid : face à la septième vague, les 7 questions qui fâchent
Risques de réinfections, protections, efficacité des vaccins actuels et attendus, avenir de la pandémie… Nos réponses pour s’y retrouver face à cette nouvelle vague de Covid-19.
par Rozenn Le Saint
Journal
Urgences : vers la fin de l’accueil inconditionnel ?
La première ministre a reçu, jeudi, 41 recommandations pour l’été « à haut risque » qui s’annonce à l’hôpital. Parmi les mesures mises sur la table : la fin de l’accès sans filtre aux urgences et la revalorisation des heures de travail la nuit et le week-end.
par Caroline Coq-Chodorge

La sélection du Club

Billet de blog
Lettre d’un électeur insoumis à un électeur du RN
Citoyen, citoyenne, comme moi, tu as fait un choix politique mais qui semble à l’opposé du mien : tu as envoyé un député d’extrême-droite à l’Assemblée Nationale. A partir du moment où ce parti n’est pas interdit par la loi, tu en avais le droit et nul ne peut te reprocher ton acte.
par Bringuenarilles
Billet de blog
Quand le RN est fréquentable…
La dernière fois que j'ai pris ma plume c'était pour vous dire de ne plus compter sur moi pour voter par dépit. Me revoilà avec beaucoup de dépit, et pourtant j'ai voté !
par Coline THIEBAUX
Billet de blog
Quels sont les rapports de classes à l’issue des élections 2022 ?
On a une image plus juste du rapport des forces politiques du pays en observant le résultat des premiers tours des élections selon les inscrits plutôt que celui des votes exprimés. Bien qu’il y manque 3 millions d’immigrés étrangers de plus de 18 ans. L’équivalent de 6% des 49 millions d’inscrits. Immigrés qui n’ont pas le droit de vote et font pourtant partie des forces vives du pays.
par jacques.lancier
Billet de blog
Oui, on peut réduire le soutien populaire aux identitaires !
Les résultats de la Nupes, effet de l’alliance électorale, ne doivent pas masquer l'affaiblissement des valeurs de solidarité et la montée des conceptions identitaires dans la société. Si la gauche radicale ne renoue pas avec les couches populaires, la domination des droites radicales sera durable. C'est une bataille idéologique, politique et parlementaire, syndicale et associative. Gagnable.
par René Monzat