Jean Bachèlerie
retraité
Abonné·e de Mediapart

286 Billets

1 Éditions

Billet de blog 21 févr. 2019

Crise de la démocratie ou du néolibéralisme?

la démocratie, c'est débattre et choisir une politique. que se passe t-il dans la mondialisation heureuse, dans l'union européenne? les politiques publiques, les services publics, les entreprises publiques sont stigmatisées. L'UE limite les déficits, plafonne l'endettement et contrôle budget! Nous pouvons voter pour des candidats et ou partis qui ne changent rien.

Jean Bachèlerie
retraité
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Crise de la démocratie ou du système néolibéral ?

Il est de bon ton de parler de crise de la démocratie.

Mais la démocratie que nous avons connu jusqu’à l’arrivée du néolibéralisme avec la décennie 80 , n’existe plus.

En effet le néolibéralisme  c’est une doctrine économique au service des détenteurs de capitaux et surtout des multinationales et des marchés financiers.

Tout a commencé par un catalogue de mesures  dites indispensables : baisse des impôts des entreprises et des hauts revenus, en fait transfert du poids de l’impôt direct vers l’impôt indirect : Tva. C’est aussi la vague de privatisation, puis de démantèlement  des services publics, enfin c’est le transfert des bénéfices vers l’actionnaire au détriment des salariés, et la fin du partage des profits entre salaires, investissement et actionnaires.

Pire en Europe, c’est au nom de la construction européenne, ma mise en place de politique néolibérale : concurrence libre et  faussée au bénéfices des grands groupes, privatisation imposée par la commission européenne.

Enfin ce sont le traité de Maastricht, qui au nom du passage à l’Euro, impose l’indépendance de la banque centrale et donc des politiques monétaires, mais aussi les critères de Maastricht : déficit limité dans un premier temps à 3% avec pour objectif déficit 0 %.

Ce traité  est venu vider la démocratie de son contenu. Rappelons que la démocratie est née du droit accordé au parlement de voter l’impôt.

Mieux la commission européenne s’est vu accorder le droit de surveiller les politiques budgétaires des pays de la zone Euro. L’assemblée nationale ne peut voter que le projet de budget approuvé par la Commission.

Pour mémoire rappelons que le traité constitutionnel européen rejeté par la France, les pays bas, l’Espagne lors de référendums organisés en 2005, ce traité a été approuvé peu après par les parlements nationaux.

Enfin pour ceux qui douterait du caractère inconciliable entre la démocratie et le néolibéralisme, rappelons-leur la crise grecque, lorsque Syriza a voulu s’émanciper des contraintes budgétaires et monétaires. J. Cl. Junker a déclaré que le vote des grecs ne pouvait aller à l’encontre des traités européens.

Est-il donc étonnant que partout en Europe les peuples se rebellent de plus en plus.

La démocratie à laquelle nous participons est une démocratie canada dry, elle ressemble à la démocratie mais n’en est pas une.

Nous pouvons voter, mais les opposants au néolibéralisme sont stigmatisés par les médias qui grâce au néolibéralisme ont été rachetés par les grandes groupes, ces médias ne manquent pas de vous mettre en garde si vous votez mal, vous aurez la crise.

Bref nous avons le droit de choisir mais entre des partis et des candidats favorables au système. Ce que permet l’élection présidentielle en France.

Comment appeler démocratique un système qui prétend qu’il n’y a pas d’alternative aux politiques néolibérales ?

A quoi sert cette démocratie de façade. Les lecteurs ont beau voter pour le changement comme en 2012, cela ne donne rien, la politique économique non seulement ne change pas, mais les contre réformes néolibérales s’accélèrent.

La vraie crise c’est cela, ne plus pouvoir changer de politique économique, sociale, budgétaire, bref la fin du politique, c’est nier le fait que la politique doit consister à débattre et à choisir .

En fait depuis prés de 40 ans nous ne pouvons que constater que le néolibéralisme n’est pas compatible avec la démocratie.

Nous le constatons avec la dérive autoritaire actuelle, qui est inhérente au système, en effet le néolibéralisme  aggrave les inégalités à un tel point, qu’elles deviennent insupportables. C’est d’ailleurs cela la violence première faite au peuple.

D’autre part le système néolibéral génère la renaissance de l’extrême droite  et sa montée partout en Europe.

Lorsqu’elle parvient au pouvoir : Hongrie, Autriche, Italie, nous constatons que ces partis et hommes politiques mènent des politiques néolibérales décomplexées ! C’est aussi pour cela que les médias  mettent en scène ce pseudo affrontement entre les partis néolibéraux et l’extrême droite.

La commission Européenne a sanctionné et empêché une politique alternative en Grèce, mais n’a pris aucune sanction de la même ampleur contre les gouvernements d’extrême droite !

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Diplomatie
Macron passe la diplomatie française à la sauce « libérale »
Sous prétexte d’accroître la « mobilité interne » au ministère des affaires étrangères, la réforme prévue par Emmanuel Macron permettra d’offrir des postes d’ambassadeur à des amis politiques ou des cadres du monde des affaires qui ont rendu des services. Tout en réglant son compte à un corps diplomatique que l’Élysée déteste.
par René Backmann
Journal — France
Fausse rétractation de Takieddine : sur la piste d’un « cabinet noir » au service de Sarkozy
L’enquête sur l’interview arrangée de Ziad Takieddine révèle les liens de plusieurs mis en cause avec le clan Sarkozy et leur volonté de « sauver » l’ancien président, mais aussi ses anciens collaborateurs, Brice Hortefeux et Thierry Gaubert, également mis en examen dans l’affaire libyenne.
par Karl Laske et Fabrice Arfi
Journal — Terrorisme
Les confidences du commissaire des services secrets en charge des attentats du 13-Novembre
Le commissaire divisionnaire SI 562 – le nom de code le désignant – a dirigé la section chargée des enquêtes judiciaires liées au terrorisme islamique à la DGSI, entre 2013 et 2020. Il offre à Mediapart une plongée inédite dans les arcanes du service de renseignement.
par Matthieu Suc
Journal — Justice
À Marseille, des juges font reculer l’incarcération à la barre
L’aménagement de peine, par exemple le bracelet électronique, prononcé dès le jugement, est une possibilité qui n’avait jamais décollé avant 2020. Mais à Marseille, la nouvelle réforme de la justice et la volonté d’une poignée de magistrats ont inversé la tendance. Reportage.
par Feriel Alouti

La sélection du Club

Billet de blog
La comédie des catastrophes
Au Théâtre de la Bastille, le collectif l'Avantage du doute dresse un hilarant portrait de la société contemporaine pour mieux en révéler ses maux. De l’anthropocène au patriarcat, de la collapsologie aux comédiennes mères ou non, du besoin de tendresse des hommes, « Encore plus, partout, tout le temps » interroge les logiques de puissance et de rentabilité par le biais de l’intime.
par guillaume lasserre
Billet de blog
La clique de « Kliniken » vue par Julie Duclos
Quinze ans après Jean-Louis Martinelli, Julie Duclos met en scène « Kliniken » du dramaturge suédois Lars Noren. Entre temps l’auteur est décédé (en 2021), entre temps les guerres en Europe ont continué en changeant de pays. Immuable, la salle commune de l’hôpital psychiatrique où se déroule la pièce semble jouer avec le temps. Troublant.
par jean-pierre thibaudat
Billet de blog
Un poète palestinien : Tawfik Zayyad
Cette poésie simple, émouvante, populaire et tragique a circulé d'abord sous les tentes des camps de réfugiés, dans les prisons avant d'être lue, apprise et chantée dans toute la Palestine et dans tout le monde arabe.
par mohamed belaali
Billet de blog
La chanson sociale, comme levier d’empowerment Bernard Lavilliers en concert
Dans la veine de la chanson sociale française, l’artiste Bernard Lavilliers transmet depuis plusieurs décennies la mémoire longue des dominés, leurs souffrances, leurs richesses, la diversité des appartenances et propose dans ses narrations festives et musicales. Balzac disait que «Le cabaret est le Parlement du peuple ». En quoi la chanson sociale est-elle un levier de conscience politique ?
par Béatrice Mabilon-Bonfils