La désinformation en marche le rassemblement Aufstehen lancé par Sarah Wagenknecht

Il est de bon ton dans la plupart des médias de caricaturer les opposants de gauche au néolibéralisme. Sarah Wagenknecht et ses amis fondateurs du mouvement Aufstehen n'échappent pas à cette pratique de désinformation, pourquoi ? pour protéger la gauche de droite : la social-démocratie ? le social libéralisme ? ou diviser toute opposition digne de ce nom à la mondialisation libérale ?

Contre la désinformation concernant le rassemblement Aufstehen (debout) lancé par Sarah Wagenknecht,  Marco Bülow (SPD), Sevim Dagdelen (Linke) und Antje Vollmer (les verts), le dramaturge Bernd Stegemann, et    Oskar Lafontaine )   Que disent les sondages ?

Le rassemblement Debout est déjà l’objet d’une campagne de presse bâtie autour de mythes négatifs ! L’axe central de l’histoire racontée par les adversaires repose sur l’argument suivant : ce rassemblement n’a aucune base réelle, il est construit d’en haut. Pourtant les nombreuses déclarations de debout disent tout autre chose.

Un sondage d’EMNID, (le plus ancien institut de sondage fondé en 1945) à la demande de l’hebdo de centre droit Fokus, confirme que le potentiel électoral d’Aufstehen (debout) se situe au-delà de 30% de l’électorat ! En fait ce mouvement prend appui sur le centre de la société allemande.

Les grands médias essaient actuellement de présenter Debout, comme étant un projet autoritaire sans base réelle. Un nouveau mouvement doit forcément partir de la base, il ne doit en aucun cas être mis en place par quelques personnalités ! Cette façon de voir, ce parti pris est hypocrite et n’est pas vrai.

Parmi les critiques du rassemblement debout, il y a de nombreuses voix, qui ont soutenu le mouvement néolibéral du président français E. Macron, En Marche qui correspond exactement aux caractéristiques qui sont attribuées à tort à Debout : c’est bel et bien un mouvement sans âme construit par des Elites en place, une construction des médias et agences de communication au service de ces élites, qui ne repose sur rien d’autre que le pouvoir des médias et communicants.

De plus Debout ne bénéficie pas comme en Marche de l’appui inconditionnel des grands Médias, au contraire ils sont vent debout contre lui. Comme l’a exprimé RT ce mouvement pas assez de moyens de communication, ou de soutien dans la presse, aux mains des néolibéraux, pour répondre aux caractéristiques qui lui sont attribuées, De plus puisque Debout ne bénéficie pas comme En Marche du grand renfort médiatique, produisant une pseudo euphorie, le rassemblement est obligé de s’adresser directement à la population, qui est son seul potentiel.

Ce potentiel existe, comme le montre d’une part les 50 000 inscription à Debout, et d’autre part ce sondage EMNID qui évalue à 34% ses électeurs potentiels, électeur s’étant déclarés prêt à voter Debout !

Debout prend sa source au centre de la société :

 

Contrairement aux parti pris affichés par la grande presse, les soutiens de debout, ne sont pas des aveugles suivant la séductrice Sarah Wagenknecht, non les soutiens viennent du centre de la société à l’est comme à l’ouest, chez les femmes comme chez les hommes.

Le sondage EMNID

87% des électeurs proches de Die Linke voteraient pour Debout,

14% des électeurs de la CDU,

Famille :

30% des foyers constitués d’une personne,

 Ceux de 4 personnes seraient 43% à choisir Debout,

 Revenus :

 45% des citoyens disposant d’un revenu mensuel de 2500-3000€uros,

33% de ceux qui ont entre 1000 et 15000€uros,, ceux disposant de 1000€uros ou moins seraient 44% à choisir Debout.

37% des électeurs de l’Est, et 33% de l’Ouest, 35% des hommes, 33% des femmes,

Niveau de formation :

25% de ceux qui n‘ont pas le bac,

39% des bacheliers et diplômés d’université,

 

 Les opposants des ailes gauches de die Linke et des verts s’interroger : 

A la question

Considérez-vous, souhaitable qu’un nouveau rassemblement de gauche devraient, s’adresse aux électeurs des partis de gauche existants ? la réponse est 58% chez les verts, et 90% chez die Linke !

 Ce serait être autoritaire que d’ignorer les attentes des citoyens

Conclusion du sondage :

 Le désir de changement, de voir un mouvement trouver sa source au centre de la société, n’est ni virtuel, ni venu autoritairement d’en haut. En fait ce qui serait autoritaire, serait d’ignorer le besoin de changement des citoyens.

En fait il s’agit d’une main tendue répondant aux attentes et aux demandes émises depuis longtemps. Les citoyens critiques allemands  ont tenté ces dernières années plusieurs fois de construire un mouvement d’en bas : Occupy, Blockupy, Nuit Debout, mouvement anti-sommets, mouvement anti accords de libre-échange,, mouvement pour la paix, Stop Ramstein (Base Américaine utilisée pour lors des guerres de l’OTAN sans accord du gouvernement fédéral) et tous ces mouvements ont été décrits par les grands médias comme peu dignes d’attention et sans intérêt, le but étant de décourager les citoyens à soutenir ces mouvements.

De manière exemplaire ces mouvements ont été caricaturés, critiqués, voire stigmatisés, afin qu’ils ne reçoivent aucun soutien significatif !

Debout lui reçoit des soutiens de personnalités reconnues, et un soutien large de la population qui répondent aux attentes exprimées jusqu’ici sans succès ! Cela donne à Debout une base large et solide.

Traduction libre d’après  Tobias Riegel, site https://www.nachdenkseiten.de/?p=45671

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.