Jean Bachèlerie
retraité
Abonné·e de Mediapart

288 Billets

1 Éditions

Billet de blog 27 déc. 2014

Jean Bachèlerie
retraité
Abonné·e de Mediapart

10 ans de flexibilité du travail en Allemagne

Harceler par la loi ou les 10 ans de loi Hartz IV (réforme du marché du travail allemand 2003-2005)Editorial d'Heribert Prantl*, Süddeutsche zeitung du 27.12.14

Jean Bachèlerie
retraité
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Harceler par la loi ou les 10 ans de loi Hartz IV (réforme du marché du travail allemand 2003-2005)

Editorial d'Heribert Prantl*, Süddeutsche zeitung du 27.12.14

(traduction libre)

il ya 10 ans déjà, que les manifestants comme à Berlin en 2004 descendaient dans la rue contre la loi Hartz IV, contre la mise sous tutelle des sans emplois .

Il y a tout juste dix ans que  la loi Hartz IV (1) est entrée en vigueur. Qu'a -t- elle apporté? Grâce à  elle, la pauvreté  a fait son retour en  Allemagne . Hartz IV a  rendu responsable du chômage , les chômeurs eux-mêmes! Hartz IV a maintenant dix ans: à partir du 1. janvier 2015 est entrée en vigueur la loi pour" sécuriser les  chercheurs d'emplois".

Pour ceux , qui doivent vivre avec les aides Hartz IV (1),  ce n'est pas loi de sécurisation mais une loi  d'insécurité sociale

C'est une loi qui  les surveille, exige et stimule; mais aussi  contrôle et sanctionne avant tout les activités et mais aussi la façon de vivre du bénéficiaire  .  Quand le sans emploi ne se comporte pas, comme la loi l'exige, les aides Hartz IV , définies  comme revenu minimal de subsistance, respectant la nécessité de bénéficier d' un revenu minimum d'existence permettant de vivre dignement, au nom de cette loi,  ce" revenu minimum pour pouvoir vivre dignement" est  radicalement réduit!

Bien sûr, il y a toujours des tricheurs, petite minorité profitant des aides sociales. Mais la grande majorité se bat pour trouver un travail, être reconnue et respectée. Hartz IV leur rend la vie difficile, c'est une loi d'harcèlement, qui  poussent les autorités  administratives à tous les excès bureaucratiques, qui ne respecte ni le travail accompli  comme travailleur(par le demandeur d'emploi) tout au long de la vie,  ni son humanité,  demandeur d'emploi parce qu'il  a  mis au chômage. Les demandeurs d'emploi, les chômeurs   sont tous  stigmatisés par la loi Hartz IV.

Hart IV considère des millions d'hommes comme des paresseux en puissance.

le paragraphe 31 du code du travail , intitulé : sanction,  est le cœur et le pivot  de la loi  Hartz, 'est  le paragraphe le plus long et manifestement le plus important: Comment peut on harceler une personne qui reçoit les aides Hartz ?

le paragraphe traite les gens comme des feignants en puissance, dont on doit extirper  constamment la paresse. Cela concerne , depuis la mise en vigueur de cette loi,  en permanence  4 à 5 millions de personne.

La pédagogie réactionnaire,  proscrite dans l'éducation des enfants, fait  son retour  chez  les adultes grâce à Hartz IV . La loi a réintroduit , ce que la cour constitutionnelle a  abrogé,  la personne concernée se trouve  soumise à une violence d'état particulière, elle est plus  un sujet qu'un citoyen,  elle l'objet d'un paternalisme d'état.

Cela  s'accorde  parfaitement bien avec un capitalisme autoritaire, mais  pas du tout avec un état, qui se définit comme état social. Cela convient  vraisemblablement aussi avec une démocratie conforme au marché, telle qu' Angela Merkel l'a postulée. Le démocrate  compatible avec le marché, n'est pas le démocrate , qui a conçu la loi fondamentale (ndlr: la constitution allemande).

* Heribert Prandl : juriste, journaliste et éditorialiste allemand. Il dirige la rédaction de politique intérieure de la Süddeutsche Zeitung à Munich.( source Wikipedia)

1) sont les réformes du marché du travail qui ont eu lieu en Allemagne, entre 2003 et 2005, sous le mandat du chancelier Gerhard Schröder (SPD). L'inspirateur de ces réformes, Peter Hartz, était le directeur du personnel de Volkswagen

les quatre réformes Hartz ont profondément modifié l'État-providence allemand.( source wikipedia)

Peter Hartz, directeur des du personnel de Volkswagen a été condamné par la justice allemande pour avoir activement corrompu des dirigeants syndicalistes.

 Le tribunal de grande instance de Brunswick prononce, le 25 janvier 2007, une peine de deux ans de prison avec sursis . (source Wikipedia)

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Politique
À La France insoumise, le flou de la réorganisation suscite des inquiétudes
Si des garanties sont données aux militants insoumis en vue d’améliorer l’implantation locale du mouvement, la composition de la nouvelle direction, restée jusque-là à la discrétion d’une poignée de cadres, fait craindre de mauvaises surprises.
par Mathieu Dejean et Pauline Graulle
Journal — Éducation et enseignement supérieur
Une école plus si obligatoire
Pour faire face à la menace de coupures d’électricité cet hiver, le gouvernement a brandi une possible fermeture des écoles le matin, au coup par coup. Cette politique repose, trois ans après l’épidémie de Covid, la question de l’obligation d’instruction des enfants, un principe sans cesse attaqué.
par Mathilde Goanec
Journal — Énergies
EDF face aux coupures d’électricité : la débâcle énergétique
Jamais EDF ne s’était trouvée en situation de ne pas pouvoir fournir de l’électricité sur le territoire. Les « éventuels délestages » confirmés par le gouvernement attestent la casse de ce service public essentiel. Pour répondre à l’urgence, le pouvoir choisit la même méthode qu’au moment du Covid : verticale, autoritaire et bureaucratique.
par Martine Orange
Journal
Les gueules noires du Maroc, oubliées de l’histoire de France
Dans les années 1960 et 1970, la France a recruté 80 000 Marocains pour travailler à bas coût dans les mines du Nord et de la Lorraine. La sociologue Mariame Tighanimine, fille d’un de ces mineurs, et la journaliste Ariane Chemin braquent les projecteurs sur cette histoire absente des manuels scolaires. 
par Rachida El Azzouzi

La sélection du Club

Billet de blog
Fin de vie, vite
Le Comité Consultatif National d’Éthique considère « qu’il existe une voie pour une application éthique d’une aide active à mourir, à certaines conditions strictes, avec lesquelles il apparait inacceptable de transiger ». Transigeons un peu quand même ! Question d’éthique.
par Thierry Nutchey
Billet de blog
Récit d'une mort réussie
Elle avait décidé de ne plus souffrir. En 2002, La loi sur l'euthanasie venant d'être votée aux Pays-Bas elle demanda à être délivrée de ses souffrances.
par françois champelovier
Billet de blog
Mourir en démocratie — La fin de vie, une nouvelle loi ? (le texte)
Les soins palliatifs, et donc la sédation, ont désormais des alliés ne jurant que par eux pour justifier l’inutilité d’une nouvelle loi. Mais les soins palliatifs, nécessaires, ne sont pas une réponse à tous les problèmes. Si c'est l'humanité que l'on a pour principe, alors l'interdit actuel le contredit en s'interdisant de juger relativement à des situations qui sont particulières.
par Simon Perrier
Billet de blog
Fin de vie : faites vivre le débat sur Mediapart
En septembre dernier, le Comité consultatif national d’éthique (CCNE) a rendu un avis qui rebat les cartes en France sur l'aide active à mourir, en ouvrant la voie à une évolution législative. Conscient que le débat autour de la fin de vie divise la société, le président de la République lance un débat national. Nous vous proposons de le faire vivre ici.
par Le Club Mediapart