un passé qui ne passe pas: liberté de la presse et devoir d'informer

Un passé qui ne passe pas : liberté de la presse et devoir d’informer

 

 

La presse a longtemps enquêté sur le passé d’hommes politiques degauche, comme celui de Lionel Jospin,et son engagement trotskiste dePierre Cot, François Mitterrand mais au niveau national, son absence decuriosité à l’égard du passé des hommes politiques de droite estsurprenante.

Il est étonnant qu’en dehors de courageux journalistes deFR3 qui ont exhumé le passé d’Hervé Novelli, secrétaire d’état au commerce, àl’artisanat à la PME, au tourisme aux services et à la consommation et de NiceMatin, aucun média national n’ait eu la curiosité et la volonté d’informer surles faits et gestes d’hommespolitiques devenus ministres.

Le livre génération Occident nous avait éclairés sur l’engagementpolitique de Patrick Devedjian, Alain Madelin, Gérard Longuet, Hervé Novelli,Claude Goasgen, les proches de Charles Pasqua : Alain Robert, Jean ClaudeGuillet, William Abitbol, Jean Charles Marchiani (FEN) et les méthodesviolentes de ce mouvement néo fasciste.

L’information concernant l’équipée sauvage du duo Alain Madelin etPatrick Devedjian, est publique, un livre en a fait état en 1995, "lesnationalistes en France de Roland Gaucher (1), avec la, publication du jugementdu TGI de Draguignan, du 10 novembre 1965.

Le livre Génération Occident de Frédéric Charpier : apporteun complément d’information précieux qui éclaire le chemin parcouru par nosdélinquants. Récupérés par Georges Albertin et son officine Institut d’Histoiresociale, publiant Est etOuest, au service dupatronat de la CIA et des services français.

Les faits: l’équipée sauvage d’Alain M et Patrick D durant l’été1965

Le jugement du TGI de Draguignan. 10 novembre 1965

« N°1874

Ministère public contre Devedjian Patrick et Madelin Alain

Tentative de vol, vols, détention d’arme et de munitions, usage defausse plaque d’immatriculation

Les auteurs:

Patrick Devedjian né le 26 août 1944 à Fontainebleau....

Alain Madelin né le 26 mars 1946 à Paris 12°…

la chronologie des faits reprochés:

Le 18 juillet 1965 La Réole (Gironde) vol d ‘un moteur de bateau,

Le 19 juillet 1965 La Réole vol d’une Simca 1000 ainsi que lespapiers du véhicule

Le 19 juillet à Villefranche de Lauraguais, Haute Garonne, vol depièces d’identité et de voiture,

Le 2 août 1965 Saint Cyr sur Mer, vol d’une Simca 1000, dechaussures de ski, lunettede soleil, sac à main, pièces de voiture et autres équipement…

Le 6 août à Cavalaire sur mer, détenu sans autorisation unpistolet calibre 6,35 et ses munitions,

Le 6 aout 1965, la Croix Valmer tentative de vol d’essence, etusage d’un véhicule avec une fausse plaque d’immatriculation.

Verdict un an de prison avec sursis et trois de mise àl’épreuve ».

 

Il y eut appel, et la condamnation fut ramenée à une peinesymbolique. Deux mois de prison avec sursis ! Après intervention dedifférents services de l’état.

Cela permettra à nos jeunes délinquants de continuer à semer laterreur avec leur bande d’Occident, dont Alain Madelin fut membre du comitédirecteur, jusqu'en 1968.

Le Mouvement Occident :

Le mouvement Occident fondé le 23 avril 1964(5) par desmilitants dissidents de lafédération des étudiants nationaliste (FEN) (fondée le 1er mai 1960). Le mouvement Occidentparrainé par Pierre Sidos, (Jeune Nation, mouvement néofasciste fondé en 1949)est fondé par Patrick Lemaire (Président) Gérard Longuet, porte parole,Philippe Asselin, trésorier, François Duprat, propagande, Alain Madelin,, AlainRobert, Frédéric Brifaud, membres du comité central bientôt rejoint par JacquesBompard, Claude Goasgen,Jean Gilles Malliarakis, Jean Jacques Guillet, Xavier Raufer, Alain Renault,Patrick Buisson,….

Occident se caractérisera par sa violence sans limite tant au quartier Latin, àNanterre, devant les grands lycées Parisiens, à Rouen, et par ses méthodes peuorthodoxes.

L’un des meilleurs exemples est l’équipée barbare des mêmes PatrickDevedjian et Alain Madelin et leurs onze camarades d’Occident au restaurantUniversitaire de Mont Saint Aignan le 9 janvier 1967, qui se termine par lacondamnation étonnamment symboliquepour des récidivistes comme Patrick Devedjian, et Alain Madelin.1000 francs d’amendes

Les rescapés de la Collaboration : Georges Albertini et sesamis

L’homme de l’ombre (6) Georges Albertini, ancien socialistepacifiste, puis néosocialiste avec Marcel Déat, il le suivra sur le chemin de la collaboration dés 1940,secrétaire général du RNP de Marcel Déat (1942-44), qui prônait un nationalsocialisme à la française, condamné en décembre 1944, pour intelligence avecl’ennemi, à 5 ans de travaux forcés, amnistié dés 1948 par Vincent Auriol. Tantde mansuétude à l’égard d’Albertini, surprit plus d’un historien comme Herbert Lottmann(1) et Albert Camuséditorialiste de Combat (30.08.1945 ): » On nous excuserade commencer aujourd’hui par une vérité première… l’épuration est non seulementmanquée, mais déconsidérée….la même cour qui condamna Albertini, recruteur dela LVF…à 5 ans de travaux forcés, ,a condamné à 8 ans de la même peine lepacifiste René Gérin, chroniqueur littéraire de l’Œuvre (le Quotidien de MarcelDéat, socialiste, néosocialiste rallié au national socialisme)... Une sociétése juge elle-même si, au moment où elle n’est pas capable , faute de définitionclaire ou d’idées claires de punir d’authentiques criminels, elle envoie aubagne, quelqu’un qui nes’est trouvé que par hasard en compagnie de ces faux pacifistes qui aimentl’hitlérisme et non la paix… »

Dés sa sortie de prison en 1948, Georges Albertini, rejoint la banqueWorms et se met au service du patronat, de la Cia et des services français,dans leur lutte contre l’ennemi communiste. Dés 1951, il est amnistié. Ildevient l’éminence grise de Vincent Auriol, Edgar Faure, Guy Mollet, GeorgesPompidou, Giscard d’Estaing, puisMarie France Garaud, et Pierre Juillet, Jacques Chirac, Alain Juppé, AlainMadelin, et Alain Devaquet

Après mai 1968 Alain Madelin, rejoint l’Institut d’Histoire Socialde Georges Albertini et Boris Souvarine, à la tête d’une véritable centraleanticommuniste, financée par le Patronat, la CIA et les services français.Cette centrale publie une revue Est et Ouest, fait des études pour la CIA,entretient des liens avec la SFIO, Force ouvrière, la gauche anticommuniste,recueille des fonds auprès du patronat pour les campagnes électorales, etprodigue ses conseils.

Revenons à Occident : une note du SDECE du 10 janvier 1968,citée dans Génération Occident de Frédéric Charpier ,»le mouvement Occident quin’a aucune audience en France, groupe quelques centaines de jeunes gens et esttruffé d’indicateurs de police et de provocateurs »

La droite extrême aupouvoir :

Il n’y a rien d’étonnant à ce que P Devedjian et Alain Madelin,restés à droite s’émeuvent de ce rappel d’un passé qui ne passe pas, mais lesfaits sont là et nul ne peut nier la réalité, lorsqu’elle fait partie dudomaine public, comme c’est le cas de la vie de tout homme politique.

Il n’y a rien d’étonnant que Claude Goasgen regrette « que ledébat sur l'Identité nationale soit mis entre parenthèses… Néanmoinsil est important que la France puisse mener des débats ouverts sur des sujetsdifficiles comme l'immigration ou l'islamisme. »

Il est resté cohérent avec ses idéaux dejeunesse. comme les proches de Pasqua( Alain Robert, William Abitbol, JeanClaude Guillet, Jean Charles Marchiani, etCharles Pasqua qui ont soutenu et soutiennent NicolasSarkozy, qui a fait libérer des prisons de la république le « préfetMarchiani ».

Le Président Sarkozy n’a pas hésité à faireappel à Patrick Buisson, conseiller en stratégie vient de l’extrême droite.(Occident, Ordre Nouveau, PFN) Avec Philippe de Villiers et son MPF, ilrecrute Jacques Bompard, (FEN, Occident,Front National, maire d’Orange, fondateur de la ligue du Sud).La reprise dethème de l’extrême droite comme l’identité nationale, n’est pas un hasard, pasplus que le débat opposant Éric Besson à Marine Le Pen. A qui tout celaprofite- t-il ? Les idées de l’extrême droite n’ont jamais été aussibanalisées que depuis l’arrivée de Nicolas Sarkozy au pouvoir. Les hommesd’extrême droite refont surface comme à une autre époque que l’on croyait à,jamais révolue.

Une campagne électorale sansdébats, mais stigmatisant les étrangers, les banlieues, les musulmans,l’islamisme :

L’UMP et ses leaders Valérie Pécresse, Frédéric Lefèvre, PatrickDevedjian peuvent ils produire contre Ali Soumaré, un jugement ? desfaits ?

Que dire de l’éthique de ces hommes politiques connus etreconnus, lorsqu’ils font campagne pour la tolérance zéro, lorsque leurs alliésutilisent de fausses informations ou mènent des chasses aux sorcières contreleurs adversaires, qu’il faut salir, discréditer, tuer politiquement ?

Est-il plus grave d’avoir été Trotskiste qued’avoir été néo fasciste ?

Est-il plus grave d’avoir milité pour des idées plutôt qu’avec desmanches de pioches ?

Est-il sans importance de pratiquer la violence dans la vie detous les jours comme dans la vie politique dans une république et unedémocratie digne de ce nom ?

Estil plus grave d’avoir milité en usant et abusant de la force, avec lacomplicité active de certains services de la République, jusqu’à faire desvictimes comme cet étudiant de Rouen qui est resté paraplégique depuis1967.

En quoi la violence est elle un argument politique dans unedémocratie et une République.

Le devoir d’un homme politique quel qu’il soit est d’assumer sonpassé, les faits délictueux commis, doivent aussi être assumés, c’est cela lecourage et l’honneur d’un homme politique, c’est cela le respect de l’électeur,de la démocratie républicaine.

 

Comment lorsqu’un homme politique a été délinquant dans sajeunesse peut il 40 ans plus tard, oser réclamé la tolérance zéro, stigmatiserles jeunes des banlieues, qui n’ont pas la chance d’être protégé par desrelations familiales et certains services de l’état et du patronat, pour voiren appel leur peine réduite, et pouvoir compter sur le silence des grands médiaspour faire carrière ?

Dans une démocratie réelle, ce passé qui ne passe pas, aurait étérappelé à ses hommes politiques depuis leurs premiers pas. La presse en serait sortiegrandie, et le devoir d’informer les lecteurs et le droit à l’information descitoyens auraient été respectés.

Jean Bachèlerie

Sources :

1 Roland Gaucher les nationalistes en France (tome I :la traversée du désert 1945-1983) Roland Gaucher éditeur, 1995

2 Herbert Lottmann l’épuration, Fayard 1986

3 Le dossier Georges Albertini une intelligence avec l’ennemi JeanLevy L’Harmattan,1992

4 Génération Occident Frédéric Charpier, Seuil, 2005

5 La tentation néo fasciste en France 1944-1964 Joseph Alagazy,Fayard 1984

L’extrême droite en France 1965 à 1984 Joseph AlgazyL’Harmattan , 1989

6 l’Homme de l’ombre Georges Albertini 1911-1983 Laurent Lemire, Balland 1990

 

 

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.