Jean Baubérot
Professeur émérite de la chaire « Histoire et sociologie de la laïcité » à l’Ecole pratique des Hautes Etudes. Auteur notamment de deux « Que sais-je ? », La laïcité expliquée à M. Sarkozy (Albin Michel) et (avec M. Milot) Laïcités sans frontières (le Seuil).
Abonné·e de Mediapart

105 Billets

1 Éditions

Billet de blog 2 mai 2012

Ne votez pas Patrick Buisson, votez Hollande !

En général ce blog, et mes autres interventions sur Mediapart, donne lieu à des Notes où j’estime, à tort ou à raison, avoir des choses un tantinet originales à dire. Appeler à voter Hollande n’est certes pas original puisque (du moins j’espère) nous serons presque 20 millions à le faire dimanche. Mais pour atteindre cet objectif, il ne faut pas que l’effort se relâche. Or, en ce week-end-pont, j’entends dire ça et là que l’abstention ne serait pas nuisible au candidat de la gauche car « de toute façon, c’est plié ».

Jean Baubérot
Professeur émérite de la chaire « Histoire et sociologie de la laïcité » à l’Ecole pratique des Hautes Etudes. Auteur notamment de deux « Que sais-je ? », La laïcité expliquée à M. Sarkozy (Albin Michel) et (avec M. Milot) Laïcités sans frontières (le Seuil).
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

En général ce blog, et mes autres interventions sur Mediapart, donne lieu à des Notes où j’estime, à tort ou à raison, avoir des choses un tantinet originales à dire. Appeler à voter Hollande n’est certes pas original puisque (du moins j’espère) nous serons presque 20 millions à le faire dimanche. Mais pour atteindre cet objectif, il ne faut pas que l’effort se relâche. Or, en ce week-end-pont, j’entends dire ça et là que l’abstention ne serait pas nuisible au candidat de la gauche car « de toute façon, c’est plié ».

Ce genre d’illusion dangereuse risque conduire à une maousse gueule de bois le dimanche soir. S’abstenir, c’est voter Patrick Buisson, le conseiller influent, chantre de la laïcité positive envers Benoît XVI (qu’il admire en tant que catholique traditionnaliste), et de la laïcité répressive à l’égard de l’islam (« religion d’immigrés » qu’il déteste en tant qu’ancien collaborateur de Minute).

Chacun le sait, Buisson est plus écouté par Sarkozy que les tenants de la droite républicaine. Il y a quelques semaines, le week-end des 18-19 février à Lille, Marine le Pen déclenche une nouvelle polémique en prétendant que « l’ensemble de la viande (…) distribuée en Ile-de-France, à l’insu du consommateur, est exclusivement de la viande hallal ». Dans un premier temps, le sieur Guéant lui-même (pourtant qualifié par M. Le Pen, en 2011, de « membre d’honneur du FN », pour ses déclarations islamophobes) rectifie. Sarkozy lui-même paraît ne pas se prendre au jeu quand il visite Rungis. Il en est de même des professionnels de la viande. Mais, selon un schéma bien connu, la réfutation contribue à donner de l’ampleur à ce qui était jusque-là un non-problème. Tel Zorro, arrive alors Patrick Buisson, avec sa cape et son grand sondage. Il dit quoi, le grand sondage : que 56% des Français auraient causé de la « viande halal ». Il n’indique même pas qu’ils auraient approuvé M. Le Pen, non, juste que cela a été un des sujets de conversation du week-end entre la pluie et le beau temps, et la grippe du petit ! Ni une ni deux, Sarkozy change son fusil d’épaule et décrète la viande halal comme un des premiers « sujet de préoccupation des Français ». Il réclame, haut et fort, la traçabilité de la viande halal et casher et entraîne Fillon (qui avait refusé, en avril 2011, de participer au calamiteux débat de l’UMP sur la laïcité) dans sa dérive. Le Premier ministre évoque des « traditions ancestrales qui ne correspondent plus à grand-chose ». Laïcité répressive, pendant de la laïcité positive qui, elle, nous bassine tout le temps avec les fameuses « racines », on ne peut plus « ancestrales » !

Simple rappel (je pourrais accumuler bien d’autres exemples) pour prouver le pouvoir de Buisson sur le pseudo hyper-président. Et certains se positionnent pour lui faire concurrence, tel Gérard Longuet dans Minute. Longuet se verrait bien, sans doute, Premier ministre d’ouverture… vers le FN ! Juste une autre indication : dans le clip de Sarkozy pour la campagne officielle sur France télévision, son propos commencé par la dénonciation de la proposition de Hollande d’accorder le droit de vote aux étrangers (sans préciser qu’il s’agit seulement des élections municipales, bien sûr !)

Allez, point n’est besoin de longs discours pour tirer la morale de l’histoire : il faut que Sarkozy-Buisson soit battu, et le plus largement possible. Il faut que les Français fassent la démonstration que « le crime ne paie pas » et que l’ouverture  à l’extrême-droite est non seulement éthiquement désastreuse, mais également une très mauvaise stratégie.  

L’élection de François Hollande donnera la possibilité de refonder une laïcité républicaine. Certes, il n’y aura rien d’automatique, mais, et c’est très important, le débat sera resitué sur de véritable enjeux. Cette élection est donc un préalable au retour d’une laïcité qui s’impose aux religions par l’extension des libertés laïques (droit à l’euthanasie, au mariage entre personnes de même sexe, recherche sur les cellules souches,…) et non par la répression de la liberté de conscience.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
Inflation : les salariés, éternels dindons de la farce
Avec la poussée inflationniste, les salariés sont sommés d’accepter un recul de leurs revenus réels pour éviter l’emballement des prix. Mais lorsque les prix étaient bas, les salariés devaient accepter la modération salariale au nom de l’emploi. Un jeu de dupes que seules les luttes pourront renverser. 
par Romaric Godin
Journal
Électricité et gaz : les salaires mettent le secteur sous haute tension
Appel à la grève dans le secteur des industries électriques et gazières, le 2 juin prochain, pour réclamer des revalorisations de salaires indexées à l’inflation. Chez RTE, gestionnaire du réseau électrique français, un mouvement social dure depuis déjà depuis treize semaines.
par Cécile Hautefeuille
Journal
Nouveau gouvernement : le débrief de Mediapart
Premier conseil des ministres du deuxième quinquennat Macron ce matin, marqué par l’affaire Damien Abad. Émission consacrée donc à notre nouveau gouvernement et à la campagne législative de ceux qui n’en font plus partie, comme Jean-Michel Blanquer, parachuté dans le Loiret.
par À l’air libre
Journal — Écologie
Planification écologique : le gouvernement à trous
Emmanuel Macron avait promis, pendant l’entre-deux-tours, un grand tournant écologique. Si une première ministre a été nommée pour mettre en œuvre une « planification écologique et énergétique », le nouvel organigramme fait apparaître de gros trous et quelques pedigrees étonnants.
par Mickaël Correia, Jade Lindgaard et Amélie Poinssot

La sélection du Club

Billet de blog
Ndiaye et Blanquer : l'un compatible avec l'autre
« Le ministre qui fait hurler l'extrême droite », « l'anti-Blanquer », « caution de gauche »... voilà ce qu'on a pu lire ou entendre en cette journée de nomination de Pap Ndiaye au ministère de la rue de Grenelle. Beaucoup de gens de gauche qui apprécient les travaux de M. Ndiaye se demandent ce qu'il vient faire là. Tentons d'y voir plus clair en déconstruisant le discours qu'on tente de nous imposer.
par Jadran Svrdlin
Billet de blog
Lycéennes et lycéens en burn-out : redoutables effets de notre organisation scolaire
La pression scolaire, c’est celle d’une organisation conçue pour ne concerner qu’une minorité de la jeunesse Lycéennes et lycéens plus nombreux en burn-out : une invitation pressante à repenser le curriculum.
par Jean-Pierre Veran
Billet de blog
L’École et ses professeurs à bout de souffle : urgence vitale à l'école
Nous assistons aujourd’hui, dans un silence assourdissant, à une grave crise à l’Ecole. Le nombre des candidats aux concours de l’enseignement s’est effondré : ce qui annonce à court terme une pénurie de professeurs. Cette crise des « vocations », doit nous alerter sur une crise du métier et plus largement sur une crise de l’Ecole.
par Djéhanne GANI
Billet de blog
Déblanquérisons l'École Publique, avec ou sans Pap Ndiaye
Blanquer n'est plus ministre et est évincé du nouveau gouvernement. C'est déjà ça. Son successeur, M. Pap Ndiaye, serait un symbole d'ouverture, de méritocratie... C'est surtout la démonstration du cynisme macronien. L'école se relèvera par ses personnels, pas par ses hiérarques. Rappelons ce fait intangible : les ministres et la hiérarchie passent, les personnels restent.
par Julien Cristofoli