Jean Baubérot
Professeur émérite de la chaire « Histoire et sociologie de la laïcité » à l’Ecole pratique des Hautes Etudes. Auteur notamment de deux « Que sais-je ? », La laïcité expliquée à M. Sarkozy (Albin Michel) et (avec M. Milot) Laïcités sans frontières (le Seuil).
Abonné·e de Mediapart

102 Billets

1 Éditions

Billet de blog 6 sept. 2014

«En l’absence de Monsieur J.», de Pierre Dharréville

Mes amis, quel été pourri que cet été 2014. Je ne parle pas de la météo « mauvaise » (encore que), mais de l’été politique, celui de la géopolitique internationale, comme celui de la politique française. Je crains que, même dans ses rêves les plus fous, Marine le Pen n’espérait pas une telle décomposition politique et sociale. Et voilà maintenant que le FN s’intitule champion de la défense des « sans-dents » !

Jean Baubérot
Professeur émérite de la chaire « Histoire et sociologie de la laïcité » à l’Ecole pratique des Hautes Etudes. Auteur notamment de deux « Que sais-je ? », La laïcité expliquée à M. Sarkozy (Albin Michel) et (avec M. Milot) Laïcités sans frontières (le Seuil).
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Mes amis, quel été pourri que cet été 2014. Je ne parle pas de la météo « mauvaise » (encore que), mais de l’été politique, celui de la géopolitique internationale, comme celui de la politique française. Je crains que, même dans ses rêves les plus fous, Marine le Pen n’espérait pas une telle décomposition politique et sociale. Et voilà maintenant que le FN s’intitule champion de la défense des « sans-dents » !

Nous avons eu droit à une avalanche de commémorations. Mais celle qui importait le plus, le centenaire de la mort de Jaurès, marquée par diverses tentatives de récupération, n’a pas été à la hauteur de l’homme qu’elle était censée honorer. Sauf qu’elle n’est pas terminée et que dans cette rentrée littéraire surabondante, un roman peut être savouré : En l’absence de Monsieur J. de Pierre Dharréville (1). Il n’a pas été imprimé en Allemagne, il n’est pas lancé de façon tonitruante. Et pourtant, je vous conseille de le déguster sans modération : au plaisir de sa lecture, double plaisir donné par le déroulement de l’intrigue et l’originalité de l’écriture, s’ajoute la gravité des réflexions multiples qu’il suscite.

Nous sommes en 1919, juste après la « Grande Guerre » et trois personnes assistent, participent pourrait-on écrire, tant elles se sentent impliquées (avec différents points de vue), au procès d’Hervé, meurtrier, la veille du déclenchement des combats, de Monsieur J. Chacun aura reconnu Raoul Villain et Jean Jaurès, mais il n’est pas indifférent que l’auteur change le nom du premier, ne retienne que l’initialE du second. C’est une manière de mêler fiction et réalité, de signifier que, pour décrypter le réel, l’imagination active est nécessaire conjointement à la connaissance. Que l’on est toujours à distance de… C’est également une façon de mettre en scène, dès le titre, le thème qui parcourt l’ouvrage : l’absence présente ; Jaurès, mort et compagnon de route des personnages, partie prenante de leur vie.

La majeure partie du livre nous fait partager les rebondissements du procès, et sa complexité. Nous sommes presque dans un roman policier où, connaissant le coupable, il nous faut découvrir le mobile du meurtre. Sauf que nous nous trouvons dans une situation si paradoxale que, selon mes lectures, au demeurant partielles, aucun auteur de polar ne semble l’avoir envisagée : l’énigme de l’acquittement d’un criminel dont l’acte, prémédité, ne fait matériellement aucun doute, et qui n’est nullement considéré comme fou. Le grand talent de Dharréville consiste à nous donner, sans jamais quitter l’univers du roman, l’ensemble des clefs historiques permettant de comprendre, dans la mesure où cela s’avère possible, les raisons du verdict, tout en maintenant intact son caractère totalement inacceptable. A l’inverse de l’affaire Dreyfus, la « réconciliation » ne s’est pas faite, là, sur le fondement de la justice, comme le note Eléonore, un des protagonistes du livre.

Roman historique de la meilleure eau, roman philosophique aussi car nous sommes confrontés à la façon dont le présent, celui des personnages et le nôtre, ne peut se vivre que dans l’historicité, dans les réinterprétations multiformes d’un passé-présent, si proche et pourtant si lointain. Dharréville nous fait découvrir à quel point l’interprétation du passé est, de façon constante, un enjeu à la fois politique et existentiel. Et si la meilleure philosophie était celle qui se pense à travers une allure romanesque ? Celle où l’épaisseur de vie, la saveur de caractère des personnages mis en scène – ici Eléonore, Marius, Marcel – rend mieux compte que de bien des ouvrages théoriques, à la terminologie sophistiquée, de l’humanité de toute réflexion intellectuelle, de l’inextricable enchevêtrement entre subjectivité et objectivité ?

La nausée des côtelettes servies avec de la purée à la cantine, le voisin de table qui dévore son plat, de grands éclats de rire, l’énervement qui prend le pas sur la fatigue, Eléonore qui plait à Marius quand elle se met en colère, et « plus encore quand elle fait danser ses cheveux », Hervé reconnaissant son crime, le revendiquant, le hissant « insolemment comme un drapeau au-dessus de sa vie misérable, rougeoyante oriflamme flottant sur une ruine », l’indignation face à la sentence rendue, qui n’enlève pas l’envie de goûter un peu de muscadet, le mouvement Dada, le travail de journaliste, les questions sans réponses (au hasard, parmi de multiples : Faut-il prendre en pitié un assassin haineux et inconsistant ? Le « charisme extraordinaire » de Monsieur J. n’en avait-il pas fait un « homme providentiel » malgré la doctrine que « l’histoire ne peut-être que le fait des peuples » ?…), les paradoxes (la France avait gagné une guerre « que beaucoup de Françaises et de Français avaient perdue ») : comme les temporalités,  tous les aspects de la vie quotidienne et sociale s’entremêlent en un tournis endiablé : « La vie ne vaut rien, rien ne vaut la vie » chante Alain Souchon avec sagesse.

L’ouvrage de Dharréville me semble profondément « jaurésien » car une des plus importantes dimensions de Jaurès, une de celles qui l’individualise le plus fortement au sein du courant socialiste, c’est l’idée que l’on peut échapper au matérialisme historique et faire vivre un idéal humain. Dans un ouvrage qui me semble être, sur un plan scientifique, dans une logique un peu analogue à celle de notre auteur, Vincent Duclert (2) insiste sur les « vies posthumes » de Jaurès « sans équivalent pour un homme de son époque » : il est ainsi redevenu « comme de son vivant, un inspirateur critique du socialisme et même du républicanisme », « une ombre protectrice pour ceux et celles qui lui vouent une fidélité », et dans les décennies 1950-1970 « une voie alternative pour la gauche française et lui permettre de se dégager du déshonneur de la guerre d’Algérie ».

Il existe dans l’histoire collective, et dans l’histoire personnelle de chacun, des événements structurants (dépassant l’opposition classique, structures-événements). L’assassinat de Jaurès et le procès de son meurtrier en font partie… avec, entre les deux, l’immense événement de la guerre. Il existe également des personnalités structurantes (dépassant l’opposition, tout autant classique, entre le collectif et l’individuel). A travers la trajectoire de ses personnages, Dharréville raconte, de façon allègre, ces pesanteurs  de la vie. La dernière partie de l’ouvrage retrace les parcours des personnages – Hervé y compris – après le verdict, et marqué par lui. Je vous laisse les découvrir. Et ainsi, dans un temps de désarroi, réfléchir aux entrecroisements entre itinéraires personnels et aventures des peuples.

(1) Editions de l’Atelier. Il vient de paraître. 

(2) Jaurès La politique et la légende, Autrement,  2013.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Santé
Maltraitance en Ehpad : une indignation feinte et insuffisante
Les pouvoirs publics font mine de découvrir que le puissant groupe Orpea se joue des règles dans ses Ehpad. Mais la maltraitance, les conditions de travail dégradées et la répression syndicale sont sur la table depuis des années,  sans que jamais le système de financement ne soit remis en cause.
par Mathilde Goanec et Leïla Miñano
Journal — France
Macron 2017 : la preuve que l’affaire a été enterrée
Le préfet Cyrille Maillet, nommé par Emmanuel Macron à la tête d’un service du ministère de l’intérieur, a personnellement classé l’enquête concernant des prestations de sécurité suspectes durant la campagne présidentielle, avec des motifs fallacieux et contre l’avis de trois sous-directeurs.
par Fabrice Arfi, Antton Rouget et Marine Turchi
Journal
La grande colère des salariés d’EDF face à l’État
Ulcérés par la décision du gouvernement de faire payer à EDF la flambée des prix de l’électricité, plus de 42 % des salariés du groupe public ont suivi la grève de ce 26 janvier lancée par l’intersyndicale. Beaucoup redoutent que cette nouvelle attaque ne soit que les prémices d’un démantèlement du groupe, après l’élection présidentielle.
par Martine Orange
Journal
Gérald Darmanin, le ministre qui dissout plus vite que son ombre
Après une manifestation antifasciste à Nantes, le ministre de l’intérieur a annoncé son intention de dissoudre le collectif « Nantes révoltée », animateur d’un média alternatif local. Outil administratif conçu contre les groupes factieux, la dissolution est avant tout utilisée comme une arme de communication et de neutralisation politique. 
par Camille Polloni

La sélection du Club

Billet de blog
Fermer une prison, y ouvrir une école et un musée
« Ouvrir une école, c’est fermer une prison », aurait dit Victor Hugo. Avec la fermeture imminente de la prison de Forest, un projet stratégique unique se présente aux acteurs politiques bruxellois : traduire la maxime d’Hugo en pratique et, en prime, installer un musée de la prison au cœur de l’Europe ! Par Christophe Dubois
par Carta Academica
Billet de blog
Contrôleuse des lieux de privation de liberté : l’année Covid en prison
Mis en garde par la Contrôleuse générale des lieux de privation de liberté (CGLPL) pour les risques de cluster dans les prisons, le gouvernement a brillé par sa passivité. Rien d'étonnant, tant ses alertes et préconisations restent systématiquement lettre morte.
par lien-social
Billet de blog
Un système pénal à abolir : perspectives féministes
Dans son essai Pour elles toutes. Femmes contre la prison, Gwenola Ricordeau propose une réflexion sur l'abolition du système pénal (police, justice, prison) d'un point de vue féministe, à contre-courant des courants dominants du féminisme qui prônent un recours toujours plus accru au pénal.
par Guillaume_Jacquemart
Billet de blog
Le bracelet électronique, facteur et révélateur d'inégalités
Chercheur à l’École normale supérieure, Franck Ollivon propose une approche géographique du placement sous surveillance électronique. Il analyse notamment la façon dont, en reposant sur la restriction spaciale, le bracelet redessine les contours d’un espace carcéral, dans lequel les situations individuelles des placés sont inévitablement facteurs d’inégalités.
par Observatoire international des prisons - section française