Jean Baubérot
Professeur émérite de la chaire « Histoire et sociologie de la laïcité » à l’Ecole pratique des Hautes Etudes. Auteur notamment de deux « Que sais-je ? », La laïcité expliquée à M. Sarkozy (Albin Michel) et (avec M. Milot) Laïcités sans frontières (le Seuil).
Abonné·e de Mediapart

105 Billets

1 Éditions

Billet de blog 11 févr. 2013

Pour la séparation de l’Eglise et de l’Etat… au Vatican!

A peine le Pape a-t-il annoncé sa prochaine démission que les acteurs de la célèbre série Les Experts Vatican glosent sur le prochain pape. Après un «athlète de Dieu», Jean-Paul II , et un «intellectuel», Benoît XVI, le «trône de Pierre» sera-t-il confié à un homme qui, privilégiant la «pastorale» sur la doctrine, entreprendra des «réformes»?

Jean Baubérot
Professeur émérite de la chaire « Histoire et sociologie de la laïcité » à l’Ecole pratique des Hautes Etudes. Auteur notamment de deux « Que sais-je ? », La laïcité expliquée à M. Sarkozy (Albin Michel) et (avec M. Milot) Laïcités sans frontières (le Seuil).
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

A peine le Pape a-t-il annoncé sa prochaine démission que les acteurs de la célèbre série Les Experts Vatican glosent sur le prochain pape. Après un «athlète de Dieu», Jean-Paul II , et un «intellectuel», Benoît XVI, le «trône de Pierre» sera-t-il confié à un homme qui, privilégiant la «pastorale» sur la doctrine, entreprendra des «réformes»? Et certains experts d’énumérer une longue liste de questions en suspens. Les plus optimistes voient déjà l’Eglise catholique, grâce au futur pape, «entrer dans le troisième millénaire». Mais, curieusement, la mère de toutes les réformes n’est jamais évoquée.

L’idée force des journalistes, en France en tout cas, serait de souhaiter une Eglise plus libérale, notamment quant aux mœurs. Il faut aller plus au fond des choses. La réforme fondamentale serait la renonciation à l’ambivalence. Le pape est, en effet, un chef religieux et un chef d’Etat. Il épouse donc une double fonction : spirituelle et politique. Si son Etat est le plus petit du monde, il n’empêche qu’il dispose de toutes les prérogatives étatiques, joue un rôle sur la scène politique internationale, souvent de concert avec certains Etats «islamiques».

La puissance du Vatican vient non de sa superficie ou du nombre de ses habitants mais du fait qu’il constitue aussi le centre, la tête d’une Eglise qui a des adeptes dans le monde entier. Inversement, malgré la disparition des Etats pontificaux en 1870, la papauté n’a jamais renoncé à son statut de chef temporel. Certes, l’Etat de la Cité du Vatican, créée en 1929, est distinct du Saint-Siège, mais la réalité est mêlée. Et quand le pape est en visite en France, on accueille à la fois une autorité religieuse et un chef d’Etat. Cette ambigüité n’est pas sans conséquence.

Au XIXe siècle, les anticléricaux accusaient facilement les catholiques soient d’être de mauvais Français, soit de ne pas vraiment être Français, parce qu’ils «obéissaient à un chef d’Etat étranger». Inversement les cléricaux accusaient juifs et protestants d’être à la solde de l’Allemagne. Maintenant, comme on a trouvé d’autres personnages à stigmatiser, ces accusations paraissent pour ce qu’elles sont : ridicules. Mais peut-être, du coup, on n’ose plus du tout poser la question de la dualité du spirituel et du temporel à la tête du catholicisme, qui est pourtant un tout autre sujet.

Il semble tellement  impertinent de parler d’une possible renonciation du pape à ce statut de chef d’Etat que personne ne semble oser le faire. Pourtant, il existait une autre autorité religieuse qui possédait un pouvoir politique, le Dalaï-Lama. Or, ce dernier a abandonné cette fonction en 2011. Certes, il est infiniment peu probable que le prochain pape se concentre sur sa seule autorité spirituelle. Mais ce serait le rôle des médias d’amorcer le débat sur un sujet qui intéresse tout le monde, catholiques et non catholiques.

Continuons de raisonner en utopie, la renonciation du Saint-Siège à se lier à un Etat pourrait s’accompagner d’une seconde renonciation : celle d’énoncer une «morale naturelle» qui serait valable pour tous les humains, quelle que soient leurs convictions. Il s’agirait de reconnaitre que les positions morales qu’adopte l’Eglise catholique proviennent de la manière dont elle lit la Bible et articule cette lecture à sa tradition propre, que ses choix éthiques sont dépendants de ses convictions théologiques. Cette seconde réforme serait également fondamentale, plus fondamentale, à mes yeux de non catholique, qu’une éventuelle évolution de l’Eglise catholique sur tel ou tel sujet. Et je pense que de nombreux catholiques partagent cet avis, habitués qu’ils sont, depuis des décennies, à ne pas forcément tenir compte des directives de leur hiérarchie en la matière.

Pourquoi ces deux renonciations sont-elles si difficiles, si improbables même ? Parce que cela signifierait l’abandon de la prétention à être «l’Eglise», la «sainte mère Eglise», celle qui possède la légitimité de guider les êtres humains vers les voies de salut ? C’est ainsi que cela est perçu. Mais en fait les choses sont plus complexes. Plus acclimatée à la laïcité que d’autres, l’Eglise catholique en France, du moins avant la façon autoritaire dont elle a exprimé son opinion dans le débat sur le «mariage pour tous», insistait sur le fait qu’elle énonce des «propositions de foi». Autrement dit, elle ne prétend dominer la société civile mais s’y insérer. Il s’agit alors, pour reprendre une expression de laïcisateurs du XIXe siècle, de «mettre la vérité au concours». Il s’agit de préférer la parole au diktat, le dialogue à une imposition que l’on n’a d’ailleurs plus les moyens de concrétiser.

Finalement les deux renoncements que j’évoque seraient dans la suite logique de cette affirmation. Ils constitueraient peut-être une possibilité pour l’Eglise catholique d’être à nouveau audible et donc, comme l’on suggéré les experts qualifiés, «d’entrer dans le troisième millénaire». Mais, bien sûr, comme dirait Martin Luther King, il s’agit d’un «rêve».

En attendant, il me semble être du devoir de ceux qui s’expriment à un autre titre que celui de catholique (même s’ils peuvent l’être par ailleurs) de ne pas cautionner la prétention de l’Eglise catholique à être mise à part, à posséder une légitimité supérieure à celle de toutes les autres religions et convictions. Et pourtant, c’est ce qui se fait chaque jour quand on parle de «l’Eglise», comme s’il n’en existait qu’une seule légitime. Ce terme substantialiste qu’utilise tout un chacun, y compris bien des laïques, montre que l’on n’est pas totalement dégagé, sur un plan symbolique, de l’autorité de la «sainte mère», qu’on est en déficit de «laïcité intérieure». Si cette Note conduisait, au moins, certains commentateurs à changer leur façon de parler et à aller de l’essentialisme à la réalité concrète en parlant désormais de «l’Eglise catholique», ce serait au moins un premier pas vers une culture laïque en France. Sinon, la laïcité française actuelle ressemble un peu au bœuf de chez Findus !

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Santé
Comment le CHU de Bordeaux a broyé ses urgentistes
Les urgences de l’hôpital Pellegrin régulent l’accès des patients en soirée et la nuit. Cela ne règle rien aux dysfonctionnements de l’établissement, mettent en garde les urgentistes bordelais. Épuisés par leur métier, ils sont nombreux à renoncer à leur vocation.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal
Force ouvrière : les dessous d’une succession bien ficelée
À l’issue du congrès qui s’ouvre dimanche, Frédéric Souillot devrait largement l’emporter et prendre la suite d’Yves Veyrier à la tête du syndicat. Inconnu du grand public, l’homme incarne, jusqu’à la caricature, le savant équilibre qui prévaut entre les tendances concurrentes de FO.
par Dan Israel
Journal
« Travail dissimulé » : la lourde condamnation de Ryanair confirmée en appel
La compagnie aérienne a été condamnée, en appel, à verser 8,6 millions d’euros de dommages et intérêts pour « travail dissimulé ». La firme irlandaise avait employé 127 salariés à Marseille entre 2007 et 2010, sans verser de cotisations sociales en France. Elle va se pourvoir en cassation.
par Cécile Hautefeuille
Journal — Social
En Alsace, les nouveaux droits des travailleurs détenus repoussent les entreprises
Modèle français du travail en prison, le centre de détention d’Oermingen a inspiré une réforme du code pénitentiaire ainsi qu’un « contrat d’emploi pénitentiaire ». Mais entre manque de moyens et concessionnaires rétifs à tout effort supplémentaire, la direction bataille pour garder le même nombre de postes dans ses ateliers.
par Guillaume Krempp (Rue89 Strasbourg)

La sélection du Club

Billet de blog
par Bésot
Billet de blog
Ce qu'on veut, c'est des moyens
Les salarié·es du médicosocial se mobilisent à nouveau les 31 mai et 1er juin. Iels réclament toujours des moyens supplémentaires pour redonner aux métiers du secteur une attractivité perdue depuis longtemps. Les syndicats employeurs, soutenus par le gouvernement, avancent leurs pions dans les négociations d'une nouvelle convention collective avec comme levier le Ségur de la santé.
par babalonis
Billet de blog
Destruction du soin psychique (2) : fugue
Comment déliter efficacement un service public de soins ? Rien de plus simple : grâce à l'utilisation intensive de techniques managériales, grâce à l'imposition d'un langage disruptif et de procédures conformes, vous pourrez rapidement sacrifier, dépecer, puis privatiser les parties rentables pour le plus grand bonheur de vos amis à but lucratif. En avant toute pour le profit !
par Dr BB
Billet de blog
Macron 1, le président aux poches percées
Par Luis Alquier, macroéconomiste, Boris Bilia, statisticien, Julie Gauthier, économiste dans un ministère économique et financier.
par Economistes Parlement Union Populaire