Retour sur les crèches

Voici une Note courte, car j’ai actuellement un problème avec mes yeux. Mais je ne peux laisser sans rectification la manière dont Jean-Claude Brighelli, dans Le Point, et Agora Vox présentent ma position sur les crèches, suite à une interview sur le site de L’Obs, ainsi que la réaction de Philippe de Villiers après une autre interview (Ouest-France Vendée, 12 décembre, et 13-14 décembre).

Voici une Note courte, car j’ai actuellement un problème avec mes yeux. Mais je ne peux laisser sans rectification la manière dont Jean-Claude Brighelli, dans Le Point, et Agora Vox présentent ma position sur les crèches, suite à une interview sur le site de L’Obs, ainsi que la réaction de Philippe de Villiers après une autre interview (Ouest-France Vendée, 12 décembre, et 13-14 décembre). Je regrette d’ailleurs l’ampleur prise par cette « affaire », comme s’il n’y avait pas de problème beaucoup plus important en France et ailleurs....

Sur les crèches : le tribunal a effectué un rappel à la loi. La loi de 1905, et les débats parlementaires qui ont précédé l’adoption des articles que je vais citer, sont très clairs. La possibilité des manifestations de la religion sur la voie publique est étendue (par combinaison de l’Article 27 et  de l’Article 44 qui abroge les limitations opérées par les Articles organiques de 1802). En revanche, l’Article 28 demande que les lieux publics qui représentent la collectivité soient religieusement neutres par respect pour la liberté de conscience de chacun, c’est une neutralité arbitrale. L’hôtel du département et la mairie sont dans ce cas. Et l’invocation de traditions ne respecte ni la laïcité ni même les religions (ainsi folklorisées).

Ces dispositions sont en parfaite cohérence avec la logique de la loi : liberté pour les religions, dans le respect d’un ordre public démocratique, et sans prendre cet ordre public comme prétexte restrictif (Article 1) ; pas d’officialité d’aucune religion (Article 2).

Par ailleurs, en réponse à une question plus générale de l’Obs, j’ai effectivement regretté que la gauche n’ait pas rétabli la Halde, et indiqué que le climat actuel d’islamophobie provoque par ricochet un durcissement général face aux religions. Il ne faut pas faire de court-circuit entre cette réponse et l’application de la loi de 1905 sur les crèches : il n’est pas interdit de penser deux idées en même temps !

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.